Une île qui vous surplombe depuis les cieux, où dragons, Hommes, bêtes fantastiques et technologies se côtoient, c'est cette île qui vous attend, cavalier.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Repos d'entre-deux

Aller en bas 
AuteurMessage
Ikari
Admin
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 19

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Repos d'entre-deux   Mar 5 Juin - 0:07

Le sang l'attirait, comme à son habitude. Il avait cette belle couleur rougeoyante, ce petit éclat lumineux. Elle appréciait en voir, il lui en donnait envie d'en avoir plus. Un long frisson lui parcourut l'échine tandis qu'un long soupir s'échappa de ses petites lèvres rosées. Si son visage semblait parfait, il n'avait rien de commun : ses longs cheveux argentés, son œil rougeoyant, d'une couleur de rubis, comme ceux de son compagnon ailé. Mais ce qui tranchait le plus dans les imperfections était cette fleur de Lys. Ce Lys, ancien souvenir, rappel d'une vie passée. D'une vie de noble. Mais elle n'avait jamais été une enfant « normale ». Les lames de son père, un chevalier, lui avaient toujours, toujours plus. Même la puissance d'Arashi lui plaisait, car il exhalait le pouvoir, la force et la destruction.
Zéro avait toujours aimé la destruction. Le chaos. C'était dans ce genre de moment qu'elle servait réellement, elle était utile.

Sa main se referma sur le sang qui avait perlé de sa blessure à l'épaule, lors de son dernier combat la femme qu'elle cherchait ne s'était pas montrée docile. Zéro ne l'avait pas sous-estimé. Elle ne sous-estimait jamais. Alors qu'elle remettait un bandage plus propre que le précédent, la jeune femme repensa à sa chasse « humaine ».

Le contrat avait été posé quelques jours auparavant. Une femme demandait à ce qu'une fugitive soit retrouvée. Il y avait une tête mise à prix. Zéro n'avait pas réfléchi plus que ça, elle n'avait pas l'histoire des deux femmes, elle avait prit le contrat. Toutefois il y avait une chose dont elle n'avait plus le droit. Elle ne pouvait plus faire couler le sang de ses contrats. Elle n'avait pas le droit de tuer. Elle n'en avait plus le droit. Mais la fugitive n'en avait apparemment que faire de cela. Surtout que la mercenaire n'était pas inconnue. Sûrement que sa tête elle-même était aussi mise à prix. Cela était une possibilité non négligeable.

Jusqu'aux confins du Torrent de Sélénite ses pas l'avaient mené pour poursuivre ce qu'elle chassait. Le contrat provenait pourtant d'Ormes-Val. Le torrent avait caché les bruits du fer contre le fer. Zéro l'avait prise par surprise, après l'avoir observé longuement. Le combat avait été enivrant, la femme était douée. Il s'agissait d'un être robuste, taillé pour la bataille, ses mouvements étaient souples, agiles.

La bataille avait perduré pendant une demie-heure très certainement. Lors d'une esquive, la femme adverse, fourbe, avait sorti un petit poignard. Ce dernier avait entaillé son épaule, de manière légèrement profonde et sur toute la largeur de l'épaule. Mais ce n'était pas une si petite blessure qui pouvait arrêter la mercenaire. Bien au contraire, ce fut ce qui augmenta la cadence. Enivrée la mercenaire se fit plus vive, plus rapide. Et avant même que l'autre n'est pu comprendre que la cadence s'était accélérée elle fut mise à terre, la pointe de la belle lame stylisée sur la gorge. Ce fut la partie la plus compliquée pour la jeune femme. Au fond de son corps des ondes froides se propageaient, et l'envie de la tuer. Même le dragon ressentit ce besoin, et le fit aboutir quand ses griffes lacérèrent un warg.

Après avoir rendu le « colis » aux forces de l'ordre, étant donné que le contrat lui donna l'argent en lui demandant de se débarrasser de « cette femme de mauvaise vie », Zéro se laissa aller à errer dans les alentours de Cylnaes. Elle ne faisait rien de particulier, elle était assise sur un rochet, à regarder l'eau s'écouler, bientôt elle repartirait pour un nouveau contrat, enfin, encore fallait-il le trouver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-troisieme-dragon.forumactif.com
Maître du Jeu
Destin
avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 99

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Repos d'entre-deux   Mar 5 Juin - 20:16

Certains monstres avaient tout des prédateurs-nés. Taillés pour le combat, mais aussi pour la survie. Pourtant, la nature savait se montrer tout aussi cruelle avec eux qu'avec n'importe laquelle de ses créations.
Ses bois, avant resplendissants, étaient ternes, cassants, ils s'effritaient lentement. Tout son corps semblait galeux, il lui manquait des touffes entières de fourrure à certains endroits, laissant la peau  brune en contact direct avec l'air. Des zébrures noires et blanches, comme incrustées, parcouraient le cuir découvert.
Le fiellon avançait à quatre pattes, la tête basse, proche de la terre, en soufflant bruyamment à chaque mouvement. Sa langue humide pendait, et un liquide gluant rouge sombre, presque noir, coulait de ses naseaux et de sa gueule, visiblement encombrée de cette pâte immonde, qui semblait venir du plus profond de ses entrailles. Il en vomissait régulièrement sur le sol, laissant des traces dégoûtantes partout où il passait. Une odeur de viande décomposée ne le quittait pas, faisant fuir tous les animaux sur son chemin, avant même qu'ils ne puissent entendre les pas du monstre, son horrible émanation cadavérique les avertissait du danger. Ne réussissant pas à chasser, il marchait depuis longtemps, espérant tomber sur un corps déjà tué, pour se nourrir. Il ne pouvait plus courir, ses pattes étant couvertes d'hématomes et d'abcès gonflés de pus dégoulinant. Seulement ce n'était pas entièrement de la sanie qui s'échappait, mais encore cette substance puante ressemblant à de l'hémoglobine digérée.

Ne pouvant plus détecter une seule odeur à cause de son museau congestionné, il suivait le bruit de l'eau, par moment presque assourdissant, de la rivière qu'il longeait. Il savait que dans les parages, se trouvait des êtres faibles, ainsi espérait-il en trouver un. Son regard fut alors attiré par une forme inhabituelle, quelque chose qui ne faisait pas partie du paysage et qui ne devrait pas se trouver là.
Alors il marcha vers cette frêle créature blanche. Il la fixa de ses yeux écarquillés aux contours infectés. Cette chair fraîche appétissante lui était offerte, il ne pouvait attendre pour planter ses crocs contaminés dans de la tendre viande humaine, avec cette peau si molle, si fine, si facile à percer. Pas d'écailles, pas de carapace à retirer. Il n'aurait aucun effort à faire pour la déchirer et dévorer les organes chauds et moelleux. Le goût doucereux du sang de cette femme arriverait à calmer sa souffrance, il laverait son estomac avide et rassiérait sa famine.
Déterminer à manger cette proie, enivré par l'aspect sain et blanc de la jeune humaine, le monstre se dressa sur ses quatre pattes, découvrant ses crocs aux gencives grises. Des exhalaisons noirâtres s'échappaient des pores de son cuir, comme une très légère vapeur, aux endroits ou la chair était boursouflée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crayon
Admin
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Repos d'entre-deux   Mar 5 Juin - 20:17

Cela faisait maintenant un moment qu'il le suivait. Cette chose à moitié mourante, qui empestait la mauvaise infection par toutes ces plaies couvertes de gangrène, cela fascinait plus ou moins le dracoliche, qui avait regardé de loin cette bête fangeuse avec une curiosité malsaine et un certain intérêt morbide. Il n'avait pas prit la peine d'aller l'achever, bien qu'il convoitait ses organes, en particulier son cœur, car des morceaux de monstre étaient difficile à trouver, puisque ce genre de monstre était lui-même difficile à trouver, ce n'était pas comme les animaux communs qu'on dénichait rien qu'en plongeant entre les arbres d'une forêt. Non, ce genre de monstre était rare. Alors Skulrak ne perdait pas le fiellon, le suivant de loin, dans les airs, bien que son crâne squelettique n'ayant plus aucun sens de l'odorat, il pouvait facilement le sentir, sa présence empestait la magie. Il ne l'attaquait pas, le laisser souffrir, rien que pour savoir jusqu'où il réussirait à traîner sa sale carcasse fétide. Et il savait également que, plus un être a souffert avant sa mise à mort, plus ses organes étaient de bon conducteurs pour la magie noire. La bête venait du sud-est, le grand dragon squelette était tombé dessus par hasard, alors qu'il tournait dans la zone, sans raison particulière, pour s'éloigner de la tour ou l'entité serpentine et lui avaient livré combat. Si bien que, les os de sa cage thoracique était toujours fêlés et brisé par endroit, et certaines de ses vertèbres étaient déplacées. Il aurait bien envie de s'asperger du sang de ce monstre, mais sa patience lui permettait de tenir facilement, après tout, ce n'était pas comme s'il pouvait mourir de vieillesse, il avait l'éternité devant lui. Son squelette, dans tous les cas. Pour son esprit, rien n'était moins certain.

Le dracoliche laissait des vents chauds soulever la membrane noire et filandreuse de ses ailes, planant sans effort, suivant le courant en même temps que le fiellon, devant parfois faire des cercles autour pour ne pas le dépasser, tel un oiseau charognard qui attendait que sa proie finisse par s'effondrer pour aller lui arracher la chair. Peut-être pouvait-il presque replonger dans le sommeil, à force de se laisser porter par les courants d'air ascendant.
Mais quelque chose changea, intimement, au fond de son cœur de glace, Skulrak ressenti le changement chez le monstre qu'il suivait depuis plusieurs jours. Avait-il remarqué quelque chose ? Le squelette géant replia légèrement ses ailes pour perdre de l'altitude, se mettant à décrire des cercles, fixant vers le sol de ses orbites vides pour apercevoir ce qui retenait l'intérêt du monstre. Ainsi, une pauvre petite humaine était venue se perdre ? Le dracoliche se mit, par réflexe, à chercher le dragon qui accompagnait cet humain. Après tout, sans ce « moyen de transport » – il ricana intérieurement en pensant ses mots – les humains ne voyageait pas souvent trop loin de leurs routes, malgré la présence de leur capitale non loin, cela restait un endroit de passage, un endroit pour rejoindre les autres villes. Là où on ne s'attardait pas.

Skulrak piqua quelques secondes vers le sol pour se rapprocher, avant de se redresser pour passer au-dessus de l'humaine. Ce fut à ce moment qu'il l'a reconnu. Ou plutôt, qu'il reconnu sa présence, à savoir, la dernière chose qu'avait vu son ancien cavalier avant de mourir. Sur tous les humains vivant sur ce bout de cailloux volant qu'était Argeya, il fallait qu'il tombe sur celle-là. Mais au-dessus de la colère, le dracoliche n'eus pas l'idée de l'attaquer ainsi. En fait, il était même satisfait de ne plus être lié à un cavalier. Quel intérêt y aurait-il à mettre à mort une gamine perdue ? Et d'ailleurs, où était son imbécile de reptile blanc ? Peut-être dans les parages. Skulrak resta sur ses gardes, il pouvait surgir et lancer de la foudre sans sommation.
Bifurquant, le dracoliche vint se poser à une bonne vingtaine de mètres de l'humaine, sur l'un des larges morceau de rocher qui ponctuaient le bord de l'eau. Intéressant, le fiellon avait déjà l'air décidé à s'en faire un casse-croûte, et cette humaine n'allait sûrement pas se laisser faire. Allait-elle prendre la fuite ? Ou tenter le combat contre un monstre tel que celui-ci ? Si c'était le cas, Skulrak ne manquerait pas de profiter du combat, comme un humain qui regarderait un show sportif à la télévision, et se coucha sur la pierre, l'attitude nullement provocatrice ou agressive. Mais il ne fallait pas non plus que le fiellon l'a tue trop rapidement, et puis, même s'il était content de ne plus être assujetti à un lien, cette fille lui avait tout de même prit son cavalier, elle avait volé un truc appartenant au dracoliche. Et ce dernier n'aimait pas qu'on touche à ses affaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikari
Admin
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 19

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Repos d'entre-deux   Ven 8 Juin - 11:09

La mort était au rendez-vous. Et cette fois une vague de plaisir intense la submergea alors que son esprit savait qu'elle allait pouvoir tuer. L'humaine elle n'avait pas eu le droit, elle n'en avait plus le droit. Le monstre par contre. Elle pouvait. Elle avait le droit. Il représentait un danger pour la ville après tout. N'est-ce pas ? Zéro s'en moquait, son œil luisait d'une lueur dangereuse, et un sourire étrange étira ses lèvres. Elle pouvait dire qu'elle voyait rouge, mais pas de colère, mais d'une avidité au sang, une soif de ce liquide intenable. Elle était désireuse qu'il ne recouvre ses mains blanches, et sa tenue tout aussi blanche. Son regard voulait le voir goutter de sa lame.

Mais autre chose attira son attention, avant même qu'il ne plonge, Zéro avait senti sa présence, elle avait développé des réflexes, des habitudes au combat après tout. Le sac d'os était donc de retour ? Mais ce n'était pas pour elle qu'elle repensait au passé, mais par rapport à Arashi. Pour elle, elle n'avait rien à voir avec ce dragon mort pourtant vivant. Sans réellement comprendre son attitude alors qu'elle le regardait calmement se poser non loin. Sa présence laissant partout autour d'eux un vent froid, un air glacial qui fit naître la chair de poule sur le corps de la jeune femme. Pourtant elle n'en avait déjà que faire, se rencontrant de nouveau sur la bête dévoré par la putréfaction, elle sentit son cœur rater un battement face à l'excitation.

Cela faisait un moment qu'elle n'avait pas usé de son pouvoir, mais il coulait dans ses veines, c'était comme faire de la bicyclette : on ne pouvait pas oublier. Pourtant elle n'en fit pas appel immédiatement, sa lame apparue, la sienne, et elle entra en communication avec les autres dans l'éventualité de les faire apparaître mais elle attendu le bon moment. Le moment où elle pourrait toutes les abattre dans le dos de cette bête, un dos qui semblait si pourri qu'elles pourraient facilement le percer de part en part.

Elle ne réfléchit pas plus, ce n'était pas comme dans un combat entre humains où elle apprenait de son adversaire, Zéro voulait le sang, et la mort le lui en avait amené, et nullement dérangée par la présence du dracoliche, elle ne prévint même pas Arashi. Cette totale solitude l'émoustilla une nouvelle fois. Même son œil qui voyait pourtant ce monstre qui avait déjà deux pattes dans la mort, ne lui fit pas faire la remarque qu'il était atteint par un mal étrange. Bien souvent si l'infection était de naissance ils mourraient avant l'âge « adolescent » ou adulte. Même les sortes de volutes de fumée noires, aussi imperceptible que la vapeur ne l'alarmèrent pas. Pourtant il y avait bien un problème.

Ce monstre empestait, la mort mais aussi une odeur de souffre, d'oeufs pourris en somme. C'était difficilement supportable mais la femme s'en moquait. Elle ne voyait que le sang dans la mélasse dégoûtante qui suintait des pores de la bête. Bien qu'elle semblait vouloir faire face à Zéro, elle était vouée à mourir, à être tuée. Son état ne pouvait que l'affaiblir.
Sans attendre Zéro s'élança, la lame pointa d'abord vers l'endroit où elle se tenait avant, puis d'un coup sec elle la fit revenir sur le monstre. Elle se planta dans la gueule de l'animal qui lui planta ses crocs dans le bras de la femme. Le sang coula, celui de la bête et de l'humaine se mêlèrent pour n'en former plus qu'un, opaque. La douleur ne lui fit aucun effet, et son sourire se fit plus grand. Elle voulait s'acharner, tuer, faire couler plus de sang.
Un râle s'échappa de ses lèvres, un râle guttural, rauque, qui en disait long sur sa folie du sang.


Loin, bien au loin de l'endroit, une masse blanche se releva, sentant dans l'air et sur la chaîne invisible, quelque chose qui n'allait pas.


Dernière édition par Ikari le Ven 8 Juin - 11:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-troisieme-dragon.forumactif.com
Maître du Jeu
Destin
avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 99

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Repos d'entre-deux   Ven 8 Juin - 11:09

Le membre 'Ikari' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Maître-Lame Zéro' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Destin
avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 99

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Repos d'entre-deux   Ven 8 Juin - 13:07

Le monstre avait avancé vers l'humaine sans prendre garde, comme s'il était complètement inconscient, en transe, comme s'il imaginait que sa proie n'allait opposer aucune résistance et qu'il pourrait la cueillir aussi facilement qu'une simple fleur. Obnubilé par l'idée de survivre à tout prix, il n'avait qu'une idée en tête, tuer et dévorer le plus vite possible, mais plus sa faim l'envahissait, plus son corps se faisait lentement ronger par une gangrène inconnue.

Il reposa ses deux antérieurs à terre, s'élança légèrement en avant la gueule ouverte, les crocs découverts, pour tenter d'aller mordre, mais ce fut d'abord un objet métallique et tranchant que sa gueule rencontra. La lame tailla dans sa chair malade, pourtant le fiellon n'eut aucune réaction de recul, il émit uniquement une sorte de gargouillement, comme s'il voulait grogner mais sa gorge était trop encombré pour sortir un bruit correct. Il ne perdit pas l'occasion de referma sa mâchoire sur le bras fin et blanc, enfonçant ses crocs pour aller y chercher le sang sain qu'il convoitait. Bien qu'il ne pouvait que difficilement en sentir le goût, la sensation du liquide chaud qui glissait sur ses babines l'enorgueillit, et bien que le métal était planté dans son corps, il ne lâchait pas ce précieux bras.

Un liquide sombre et gluant coulait de sa gueule, et à l'instant où cette substance entra en contact avec la chair humaine et son sang rougeoyant, une courte réaction se produisit, une zébrure blanchâtre crépita telle une petit étincelle tout autour de la blessure provoquée par les crocs, semblant s'insinuer entre les plaies et engourdissant les muscles.
Le fiellon, écartant légèrement sa mâchoire, levant d'un coup l'une de ses antérieurs aux griffes crasseuses, l'abattant sur l'humaine en visant directement la tête.


Dernière édition par Maître du Jeu le Ven 8 Juin - 13:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Destin
avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 99

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Repos d'entre-deux   Ven 8 Juin - 13:07

Le membre 'Maître du Jeu' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'MM1' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikari
Admin
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 19

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Repos d'entre-deux   Ven 8 Juin - 14:51

La bête était immonde. Écœurante même. Elle dégoulinait de tous les pores et orifices de son corps mais Zéro n'en avait que faire. Ses yeux ne voyait que le sang qui couler dans le corps de cet être infâme. Plus rien n'entourait la cavalière. Seul le sang et la vie comptaient. Car elle voulait lui arracher, tout lui prendre, le tuer sans cérémonie, l'abattre. La fleur maudite était ivre de ce sang, ivre de ce combat. La dernière fois qu'elle l'avait autant été, elle avait tué un homme frêle. Ces pulsions s'étaient calmées depuis, assouvies, rassasiées. Mais depuis quelques temps la faim la tenaillait. Elle voulait tuer de nouveau.

Ce fut le déclic pour la masse blanche qui avait rejoint les cieux, le sang de sa cavalière avait coulé, si bien qu'il s'était envolé. Ces puissantes ailes brassées l'air avec vitesse, une cadence insoutenable pour un dragon, ou un quelconque être volant, non habitué au vol. Mais lui avait l'habitude.
Il tentait de raisonner la jeune femme, mais ses paroles mentales restèrent sans réponse.
Zéro, écoute moi.

Il faut que tu m'écoutes Zéro. Il te faut gagner du temps car j'arrive.

Reprends tes esprits, et gagne du temps.

Puis il se concentra sur son vol.

Après s'être décalée de la mâchoire du monstre, la maître-lame ne put que partiellement parer la puissante patte de l'animal. Une double hache apparue, s'interposant entre la bête et Zéro, elle fut balayée par le coup mais la puissance en fut affaiblie, l'étonnement de la bête permis aussi à la fleur de s'écarter assez pour que le coup ne touche que son dos. Le sang coula encore des lacérations dans son dos. Entre lui et elle du sang s'écoulait de leur plaie. Par ailleurs, la hache s'était enfoncée dans le dos de la bête qui rua, gémissant avec fureur avant de parvenir à la retirer.
Cette double hache elle s'en souvenait bien, elle était lourde, ayant appartenu à un homme immense, aussi grand et large qu'un ours, le combat avait été intéressant mais l'issu inéluctable. L'arme fut sa récompense, elle pouvait à peine la porte, et pourtant elle arrivait à se battre avec comme s'il s'agissait d'un poids plume. Toutefois quand elle l'avait en main et que la fièvre du combat se calmait, Zéro était incapable de la soulever, même à deux mains, par conséquent elle ne l'utilisait majoritairement que pour de la protection, les lames de la hache arrivant à protéger de sa poitrine à sa tête. Le plus important à son goût.
L'arme disparut ensuite, retournant sagement dans la salle où de multitudes d'armes étaient entreposées, et aucune ne prenait la poussière grâce aux soins de la mercenaire.

De son côté Zéro était couverte du sang de la bête et du sien, ainsi que d'une étrange mélasse noirâtre, une sorte de boue ragoûtante. Cette... chose, lui brûlait la peau, et notamment au niveau de son bras tenant la lame, elle secoua pour s'en débarrasser mais la sensation resta encore après, affaiblissant légèrement son bras. Sûrement que son prochain assaut ne serait pas aussi puissant qu'elle le voudrait.

Son regard chercha les yeux du fiellon, mais elle n'en vit aucun, comme s'ils étaient cachés, ou bien recouvert par la gangrène. Heureusement que Zéro en avait vu d'autres, car la vision de ce monstre était tout droit sorti des pires cauchemars, il était affreux, malade, pourri jusqu'à la moelle, la nécrose recouvrait son dos, laissant s'échapper une forte odeur, mais des lambeaux aussi semblaient chuter de ce monstre.
La fleur maudite soupira d'aise, sa main glissa sur sa joue relevée par un rictus sinistre, et bien qu'elle détestait la sentir, ses doigts se refermèrent sur la fleur de lys. Un frisson la parcourut.

C'était si excitant comme bataille.


Dernière édition par Ikari le Ven 8 Juin - 15:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-troisieme-dragon.forumactif.com
Maître du Jeu
Destin
avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 99

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Repos d'entre-deux   Ven 8 Juin - 14:51

Le membre 'Ikari' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Humain - défense' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

--------------------------------

#2 'Maître-Lame Zéro' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Destin
avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 99

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Repos d'entre-deux   Ven 8 Juin - 18:48

Immédiatement après que l'acier tranchant de l'arme s'enfonça dans à travers sa peau contusionnée, le fiellon poussa un hurlement sonore accompagné de grincements stridents, comme si on faisait crisser une craie sur un tableau noir. Il décolla ses deux antérieurs du sol, secouant son corps en essayant d'aller attraper ce morceau d'acier, mais ses bras n'arrivèrent pas à attendre son dos, ils semblaient que même ses articulations n'arrivaient à se plier entièrement à cause des boursouflures et des abcès purulents qui les encombraient.
Il tituba quelques secondes, se tortillant sur lui-même, visiblement pas beaucoup réactif, contrairement à ses autres comparses, souvent plus rapides et vifs. Mais lui, tout son corps n'était qu'une prison, un carcan malade qui le faisait souffrir et le ralentissait dans toutes ses tentatives de mouvement.

Le monstre se calma légèrement lorsque l'objet en acier cessa d'exercer une pression dans son dos. La tête remise près du sol, il leva sa patte, celle la-même qu'il venait d’utiliser pour attaquer. Il avait touché, il avait senti la chair frêle de cette humaine se déchirait sous ses griffes. Alors, comme un réflexe, il se mit à lécher le sang qui s'y trouvait, avec des mouvements de langues presque désespérés, comme un assoiffé en plein désert.
Puis, il s'arrêta quelques secondes. Et, ouvrant grand la gueule, il mordit violemment dans sa propre patte, mâchant sans retenu les doigts griffus comme s'il ne ressentait pas la douleur. Lentement, les crocs déchiraient et mutilaient la chair, et finalement, il attrapa deux de ses doigts entre ses crocs. Le fiellon se mit alors à tirer, encore et encore, des craquements osseux se firent entendre, des sons de déchirement humide lorsque la viande pourrie qui recouvrait la patte se fit retirer par les crocs affamés. Le monstre arracha un grande partie de la chair de sa patte, jusqu'à que l'on puisse apercevoir les os luisants sous les tendons.
Ces os semblaient poreux, fragiles, ils étaient couverts de petits zébrures noires ayant la forme de vaisseaux sanguins.

Le monstre mâcha sa chair, l'écrasant, à chaque mouvement de mâchoire du sang noirci coulait, comme expulsé de cette viande spongieuse. Mangeant bruyamment, avec des sons de bouche et de salive coulante, le fiellon finit par s'arrêter de lui-même lorsqu'il avait dévoré la majorité de tout ce qu'il pouvait avaler sur sa patte. Les petits fumerolles de vapeur noire et blanches se firent plus pressants, et se mirent à glisser le long de la colonne vertébrale du monstre tel des vers, s'insinuant dans la plaie ouverte par la hache.
Bien qu'il avait l'air au bord de la mort, cette dernière semblait se refuser à lui. Après avoir avalé la viande qu'il s'était arraché, le fiellon reprit son attention sur l'humaine.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Destin
avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 99

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Repos d'entre-deux   Ven 8 Juin - 18:48

Le membre 'Maître du Jeu' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'MM1' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikari
Admin
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 19

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Repos d'entre-deux   Lun 11 Juin - 18:03

La vision était des plus répugnantes. Pourtant elle ne fit qu'envenimer l'envie de sang de la jeune mercenaire. Elle voulait le saigner, tout enlever, tout couper pour que, à ses pieds, une rivière rouge soit rajoutée. Son esprit était si peu clos que la vouivre ressentait cette envie de sang dévorante, il pouvait sentir sa joie, son bonheur à le voir saigner, à le voir mourir. Si d'habitude la vouivre aimait voir ce genre de comportement chez des humains pour qu'ils s’entre-tuent, quand la fureur enveloppait sa cavalière c'était loin de lui plaire. Il l'avait rencontré, par cette nuit d'orage, où son pouvoir avait appelé Zéro. Le lien avait tiré sur les chaînes qui les liés pour que l'enfant trouve le dragon. Leur rencontre s'était faite dans une effusion de sang, et Zéro s'était laissée envahir par ses pulsions. Pour la toute première fois. Arashi l'avait incité à continuer le massacre de sa famille, et elle avait commencé à tuer des êtres vivants par ses propres sœurs. Ils n'avaient jamais reparlé de leur rencontre, comme un sujet tabou. Le dragon était pleinement conscient du fait qu'un animal ne suffirait pas à la mercenaire. Elle en voudrait plus, toujours plus, elle voudrait tuer un humain, car il n'y avait qu'eux qui pouvaient la calmer. La vie qui quittait le corps d'un humain l'enivrait, elle voyait dans leur regard la colère, la tristesse, elle y voyait le désir de vivre qui partait peu à peu. Une bête, un monstre, n'avait pas ce même regard.
Le dragon se pressa, il passa entre les monts, entre les falaises, se retrouvant à voler sur le côté, vrillant, ou piquant. Il devait l'arrêter avant qu'elle ne se lasse du sang du monstre.

Zéro était tout excitée, elle avait la chaire de poule, mais ce n'était pas à cause du froid, mais plutôt dû aux nombreux tremblements qui secouaient son corps. Elle ne répondait plus de rien, sûrement en avait elle même oublié le langage. Son bras mécanique avait subit quelques chocs, et même s'il fonctionnait encore assez bien pour son esprit actuel, sûrement allait-il lui en faire un neuf.
Et tout comme la folie emportait le corps de cette femme comme la marée emporte le sable, elle semblait aussi emporter le fiellon qui se dévorait. C'était à se demander qui était le plus détraqué. Tous les deux voulaient du sang, et le dracoliche en était sûrement désireux lui aussi.

Ce n'était pas suffisant. Il fallait plus. Toujours plus. Elle était incapable de penser à autre chose, incapable de réfléchir, son cerveau ne pouvait plus répondre de quoique ce soit et sûrement que toutes les connexions dans son esprit ne s'effectuaient pas. La fleur maudite était hors de ce monde, en dehors de la réalité. Il n'y avait qu'elle et le fiellon fou. Deux folies s'entrechoquant. Zéro ne réalisait même pas que le dragon n'était dorénavant plus bien loin.
Elle regarda avec un drôle d'intérêt l'animal s'auto-dévorer, son œil ne pouvant quitter le broyage qui se déroulait, alors que même un soldat entraîné aurait sûrement tourné de l'oeil. Elle ne voyait que le sang, c'était comme si son mode était en gris, que la seule couleur visible était celle du sang.

Lorsque le fiellon concentra de nouveau son attention sur l'humaine, Zéro était déjà en train de foncer de nouveau sur lui, elle visait le cou, cherchant à atteindre les zones qui donnerait le plus de sang. Loin de voir les bizarreries de ce monstre, loin savoir si le dracoliche n'allait pas l'attaquer de dos. Zéro n'en avait que faire. Elle voulait juste le sang.
La lame s'enfonça dans la nuque, sans pour autant toucher un endroit critique, mais une giclée de sang tâcha sa robe et son visage qui dégoulinait d'un liquide sombre. Cela lui plaisait. Cependant la robe n'était pas assez rouge.
Un mouvement du fiellon la fit de nouveau reculer, même si son avidité du sang était pleinement présente, ses réflexes restaient fidèles à eux-mêmes : ne pas rester trop longtemps à proximité du monstre.


Dernière édition par Ikari le Lun 11 Juin - 18:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-troisieme-dragon.forumactif.com
Maître du Jeu
Destin
avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 99

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Repos d'entre-deux   Lun 11 Juin - 18:03

Le membre 'Ikari' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Maître-Lame Zéro' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Destin
avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 99

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Repos d'entre-deux   Ven 15 Juin - 11:57

Le fiellon n'avait même pas pu hurler lorsque la lame s'enfonça au niveau de sa gorge. Il n'émit qu'un gargouillement humide en ouvrant grand sa mâchoire, et recula immédiatement pour retirer l'objet de sa chair. Sa mélasse noirâtre et spongieuse se répandit sur le sol, et contrairement à de l'eau ou du sang, ne fut pas bu par la terre, comme si l'île elle-même refusait de toucher cette chose. S'appuyant sur trois de ses pattes, il s'ébroua, la tête tournée vers l'humaine.
D'un geste de sa patte valide, s'appuyant sur ses postérieurs, il arracha le pus séché autour de l'une de ses paupières, qui l'empêchait d'ouvrir complètement les yeux, grattant frénétiquement dessus.

Cela ne dura que quelques secondes, et il se prépara à attaquer, se baissant les cornes à avant comme un taureau s'apprêtant à charger. D'un bond féroce, il fonça sur son adversaire, dans l'objectif de l'empaler sur ses bois noirs et fissurés par endroits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Destin
avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 99

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Repos d'entre-deux   Ven 15 Juin - 11:57

Le membre 'Maître du Jeu' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'MM1' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crayon
Admin
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Repos d'entre-deux   Ven 15 Juin - 11:57

Skulrak observait le combat comme s'il regardait un match de sport. Bien qu'il semblait parfaitement calme vu de l'extérieur, son aura s'agitait au sein de sa cage thoracique. Finalement, alors qu'il pensait voir cette femme se faire déchirer par les griffes du monstre, alors elle pouvait se battre réellement, elle n'était pas juste bonne à tuer des gens désarmés par surprise. Même s'il ne pouvait sentir les odeurs, le dracoliche se souvenait de celle du sang lorsqu'elle emplissait l'espace, et de celle des corps en décomposition, que devait répandre cette bête au vu de son apparence. Et ce n'était pas tout, quelque chose d'autre qu'une simple gangrène rongeait le fiellon, Skulrak le sentait bien, sans pouvoir mettre des mots ou un souvenir dessus. Peut-être un parasite quelconque ? Ou un mauvais esprit s'accrochant au fiellon ? Peut-être une ancienne victime le hantant, l'empêchant de mourir, le gardant en souffrance pour se venger. Ou peut-être plusieurs de ces suppositions, ou peut-être aucune.

Ses sens étant complètement ouverts pour profiter des sentiments du combat, le dracoliche griffa la pierre, si son crâne avait encore de la chair, sans doute que ses babines se seraient découvertes dans un rictus malsain. Cette humaine avait une sorte d'ivresse du sang, et cela plaisait beaucoup au dragon d'os. Souvent les humains étaient mous, faibles, inintéressant, et même ceux qui savaient se battre n'étaient que des choses amorphes, à cause de cette chose qu'ils appelaient honneur, juste une manière de masquer leurs faiblesses. Mais pour lui, les pulsions de folie étaient elles-mêmes une forme de faiblesse, si on les laissaient tout contrôler, c'était pour autant bien plus excitant à observer.

Skulrak jeta quelques coups d'orbites dans les environs. Son dragon blanc allait-il venir l'aider ? Cela ne serait pas drôle. Même si les fiellons étaient des monstres dangereux, ce n'était pas ce qui allait effrayer un dragon, le reptile blanc n'allait sûrement pas mettre longtemps pour offrir la délivrance de la mort à cette bête. Alors, ça n'allait pas être intéressant. Le dracoliche voulait voir si l'humaine allait réussir à le tuer seule, si elle allait pouvoir se calmer, ou sinon, à quel point elle irait s'enfoncer dans sa folie sanguinaire, pas question qu'un autre vienne troubler la fête. Skulrak se leva, et d'un bond, prit son envol, à une altitude correcte, examinant le ciel, se concentrant pour percevoir une présence. Le squelette suivit son instinct, et prit fermement une direction, vaguement vers le nord. Il ne vola pas longtemps, avant d'apercevoir, sur l'horizon, une masse blanche se rapprochant à toute vitesse, fendant bruyamment l'air.

Sans réfléchir plus longtemps, le dracoliche gris se  décida à tenter de l'intercepter, et signifia sa présence en poussant un hurlement caverneux et provocateur, un message de défi explicite. Malgré la distance, pour ponctuer son cri, il forma une pointe de glace effilée à partir de la magie tournant entre ses côtes, et après savoir légèrement laissé s'approcher son adversaire, il lança la stalactite en direction de l'autre dragon, décidé à l'empêcher de porter secours à sa cavalière.


Dernière édition par Crayon le Ven 15 Juin - 11:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Destin
avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 99

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Repos d'entre-deux   Ven 15 Juin - 11:57

Le membre 'Crayon' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dragon - attaque' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ps : dégâts réduits de 30 (atk faible)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikari
Admin
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 19

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Repos d'entre-deux   Ven 15 Juin - 13:21

Zéro ne voyait que son ennemi, cette affreuse bestiole. Sa folie se demandait comment les entrailles de ce monstre étaient, étaient-elles fumantes, bien rose et rouge comme les couleurs de la bonne santé ou bien si elles étaient noircies et dégoulinantes de maladie. Ce monstre était moribond, funeste même car il appelait à la fois la maladie et la mort. Il était facile de sentir les voiles sombres qui enveloppait déjà ce monstre, il fallait l'abattre, il n'avait plus sa place désormais. Pourtant ce n'était vraiment pas ce que la jeune femme avait en tête. Elle n'avait pratiquement plus rien en tête si ce n'est la couleur du sang qui recouvrait sa robe blanche. La fleur maudite se sentait aussi bien qu'une jeune mariée en nuit de noce. Son souffle rauque, avec un léger ronronnement qui faisait vibrer ses cordes vocales. Zéro se sentait tellement bien, même la douleur semblait s'estomper face au sourire détraqué qui étirait ses fines lèvres rosies. Son esprit criait « encore ! Encore ! ».

Ce monstre était dégoûtant, répugnant, ces lambeaux étaient éparpillés sur une terre qui semblait se rétracter, souffrir dès qu'une nouvelle goutte de mélasse lui tombait dessus. La mercenaire ne s'en rendait pas compte, mais ses pieds gisaient dans cette sorte de boue, ce liquide qui n'était ni du sang ni du pus ou de l'eau. C'était un mélange de viscère, de putréfaction et de morceaux d'organes.

Son regard analysa rapidement les gestes du fiellon, et son corps réagit en conséquence : d'un geste fluide et rapide, la femme aux cheveux blancs se décala sur le côté. Elle évita de justesse les cornes effritées de l'animal. Cependant la largeur du monstre la prit de cours, et Zéro fut percuté sur tout son corps, son corps serait sûrement meurtri, et sûrement qu'un énorme hématome allait apparaître dans les heures suivantes. Toutefois elle avait évité la lésion, et la douleur ne fut que fugace pour quelques secondes, sûrement qu'aucun problème interne n'allait faire son apparition. De toute manière elle s'en moquait. La mercenaire n'attendit pas que le ciel ne leur tombe sur la tête ou que le monstre face à elle ne recommence à la charger telle un taureau ébloui par une couleur vive.

La mercenaire pencha la tête, regardant avec intérêt le flan du monstre, la peau était souvent plus tendre vers cet endroit, moins difficile à trancher au niveau des aisselles ou sous le ventre aussi... Faisant jouer le pommeau dans sa paume, la jeune femme tourna autour du fiellon, elle le regardait, cette horreur, ce désastre naturelle. Comme une bête ramenée des morts.
Alors qu'elle entama un énième assaut depuis le début du combat, Zéro ne fit même pas attention au décollage du dracoliche, elle ne sentit pas l'air se rafraîchir plus qu'il ne l'était déjà, ni la tension électrique qui grimpa d'un cran et qui fit hérisser légèrement ses cheveux et les poils sales de la bête. Elle ne ressenti rien de tout cela alors que sa belle lame s'enfonça dans le flan de la bête. Elle était concentrée sur sa bataille, son dernier œil ne voyait pas ce qui se tramait au-dessus de sa tête.


Arashi était sur le point d'arriver, de parvenir à sa cavalière, il comptait la prendre et la calmer, achever ce qu'elle avait commencé avant que tout ceci n'aille trop loin, car c'était sa réputation qui était en jeu. Il était vrai qu'ils avaient perdu de leur splendeur : ils ne pouvaient plus tuer, en tant que Maître-lame Zéro ne pouvait pas, elle ne pouvait plus se permettre cette folie. Mais ce n'était point par cette manière qu'ils allaient de nouveau être autant craint que par le passé. Toutefois Arashi avait d'autres plans en tête. Lui voulait briser cette paix.

Ce fit pourtant autre chose qui allait briser quelqu'un. Un éclat lumineux attira son regard de reptile rougeoyant. Le soleil avait ébloui le pic de glace. Mais il était trop tard, le dragon le prit de plein fouet entre deux grosses écailles du ventre. Cela ne lui plaisait pas du tout. Surtout qu'il se rappelait de la sensation. Ce dragon. Ce pouvoir. Il les connaissait. Puisque c'était sa cavalière qui avait arraché son cavalier -il s'était renseigné- mais qui durant la bataille l'avait pratiquement laissé pour mort. Un profond agacement le prit. La colère monta en lui. Il la réprimanda, ne laissant apparaître qu'un faciès calme alors qu'il se secouait pour effriter la glace que l'électricité brisait elle aussi.

En vol stationnaire, le dragon blanc regarda le dracoliche. Ses pupilles étaient si rétrécies que pratiquement seule la couleur rubis ressortait. Sur tout son corps des fumerolles bleutées zébrées ses écailles si pures. Ce n'était que de l'intimidation face à ce sac d'os. Il avait d'autres choses à faire, si bien que le reptile voulait rapidement le mettre hors d'état de nuire : dans sa gueule des lueurs électriques apparurent et rapidement sa gorge fut un concentré pure d'électricité. Arashi avait le chic pour faire ce qu'il voulait de sa force, de son pouvoir, malgré l'envie à cet élément d'être volatil il pouvait l'envoyer comme une lance, comme une boule... L'intérieur était un concentré, comme un petit condensateur qui maintenait l'électricité en place.
D'un claquement Arashi referma sa gueule, mais son pouvoir faisait toujours lui entre ses crocs et le museau tarabiscoté du dragon. Malgré le soleil on pouvait voir sur son faciès des lueurs électriques. D'un battement d'ailes il tournoya autour du dracoliche, puis soudainement il envoya une boule bien condensé d’électricité.
Nuire au dracoliche en cet instant signifiait surtout le faire fuir, ou tout du moins l'écarter du chemin des cieux pour qu'il atteigne sa cavalière. C'était ce qui comptait au mâle blanc, car l'électricité sur des ossements n'étaient pas le plus efficace. Non.

Ce qu'il fallait viser, c'était son cœur de glace.

Arashi le savait.


Dernière édition par Ikari le Ven 15 Juin - 14:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-troisieme-dragon.forumactif.com
Maître du Jeu
Destin
avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 99

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Repos d'entre-deux   Ven 15 Juin - 13:21

Le membre 'Ikari' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Humain - défense' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

--------------------------------

#2 'Maître-Lame Zéro' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

--------------------------------

#3 'Dragon - défense' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

--------------------------------

#4 'Dragon - attaque' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Repos d'entre-deux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Repos d'entre-deux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Discution entre deux Gryffondor [pv : Judicaelle]
» conflit entre deux [PV WildStorm] [Dé]
» Retrouvailles entre deux amis [ PV: Josh ]
» Pique nique entre deux chemins...
» [Combat GS]Shaun VS Tenma, Duel entre deux chevaux légendaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Troisième Dragon :: Argeya Centre :: Alentours Cylnaes-
Sauter vers: