Une île qui vous surplombe depuis les cieux, où dragons, Hommes, bêtes fantastiques et technologies se côtoient, c'est cette île qui vous attend, cavalier.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Réveil

Aller en bas 
AuteurMessage
Cyes
Oeuf
Oeuf
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 22/04/2018

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Le Réveil   Mar 24 Avr - 15:35

Les Hommes connaissaient bien l'histoire des Hommes mais celle des Dragons restait toujours un peu flou et incertaine. D'ailleurs, il semblerait que beaucoup d'entre eux ignorent leur passé et les autres, peut-être ne voulaient-ils simplement pas en parler ou manquait-elle trop d'intérêt pour qu'on s'y intéresse. Mais les Hommes sont des êtres curieux, ils sont de grands amateurs d'histoires, ils veulent tout savoir, tout connaître alors ils aiment chercher et trouver ce passé qui s'est fait sans eux.
Un jour, alors que l'histoire s'écrivait depuis peu sous le règne du roi Vassilias, alors que l'Homme avait fait un immense bond en avant sur sa façon de voir les choses et de les vivre, fut apporté aux bureaux centraux d'archéologie de Cylnaès, la nouvelle de la découverte d'un être draconique emprisonné dans un glacier plusieurs fois millénaire. Un corps quasi intact dont la rare qualité de conservation allait valoir beaucoup d'or. Grâce aux nouvelles technologie de pointe, l'extraction se fit plutôt facilement, en réalité, les scientifique ne s'étaient jamais inquiété pour cette épreuve, celle qu'ils redoutaient tous était le voyage.
Argeya était une une île spacieuse, voyager à dos de dragon prenait déjà beaucoup de temps mais pour le cas actuel, il n'était même pas envisageable. De gros véhicules avaient été ramené jusqu'au Terre Gelées du Nord, ils devaient être capable de traverser les paysages sans abîmé un spécimen de plusieurs tonnes. De plus la question de la conservation se posait, ce n'était pas un fossile de pierre qu'on transportait mais un être mort gelé aux chairs encore intact, en descendant vers le Sud, le dégel deviendrait inévitable au moins jusqu'aux laboratoires de Cylnaès. Il fallait le ralentir et sans pouvoir le stopper, au moins le faire en douceur. Les véhicules avaient été équipés et adaptés spécialement pour cette épreuve. Le convoi devait également traverser des contrés sauvages et pour éloigner d'éventuelles créatures opportunistes, une milice privé comportant cavaliers et dragons avait été engagée pour la sécurité.

Finalement, malgré les craintes et grâce aux précautions prises, le voyage certes long c'était passé sans le moindre problème. En réalité, les complications se firent sur la fin avec une mauvaise concordance des dates. Le début de l'été annonçait la fin de la guerre et une fête nationale, la moitié d'Argeya semblait avoir rejoint la capitale et les routes s'étaient transformées en énorme bouchon. Le convoi demanda une dérogation spécial pour qu'un passage lui soit libéré au travers de la foule mais les autorités locales, déjà plus que déborder pour organiser autant de monde la refusa. Malgré les équipements utilisés, sur cette fin de voyage, sous le soleil de l'été tapant sur la taule, au milieu de ces routes grouillantes de vie, au fond d'une poitrine endormie se réveillait un cœur resté longtemps gelé.
C'était un réveil lent qui avait commencé depuis un bon moment déjà mais sous cette chaude immobilité, le processus semblait s'être accéléré. Ça n'avait été qu'un rêve éveillé, la renaissance d'une prise de conscience amenée par un souffle si rare que personne ne le remarqua. Là, sous le soleil du début d'été, les muscles retrouvait la vie, le ventre se souleva plus régulièrement pour devenir une respiration rapide, oxygénant le sang et le corps et lorsque l'agitation attira quelqu'un, les paupières se relevèrent sur une pupille fendue au milieu d'un œil ambré.

Cyes de se rappelait plus des rêves qu'il avait fait mais il se rappelait de l'étendu de glace qui l'avait englouti, il se rappelait d'un abandon pur et simple face à la fatalité, le corps couvert de blessures, les chairs lacérées par les griffes de ceux qui l'avaient chassé de son territoire, il se rappelait d'une haine pour lui même de ne pas avoir su se défendre, le condamnant lui, Ymre, Romi et Quala. Mais là, dans ce doux sommeil, il sentait ses écailles chauffé par un parfum d'été alors peut-être que le rêve, c'était cette glace et cette défaite non ? Que les Grands du passé en soient témoins, il aurait aimé que tout ça ne soit qu'un long et doux rêve mais son instinct, plus puissant que tout était dans l'alerte la plus totale, une volonté de vie soudaine lui parcourait tout le corps, comme s'il retrouvait l'air manquant après s'être noyé. En ouvrant les yeux, la première chose qu'il vit fut une créature, d'assez petite taille à l'apparence totalement inconnue. En levant le regard, le poussant plus loin, pas de ciel, pas d'étendue, d'arbre ou de mer, même pas de neige, non, juste des murs et un endroit clos. La créature s'éloigna de lui, se plaquant sur un des murs alors que Cyes tenta de se relever mais quelques choses l'en empêchait, il poussa un grognement profond tandis qu'il sentait les filles émerger à leur tour. Paniqué il agita sa queue, tapant contre les parois, essayant d'agiter ses ailes, ses pattes bloqués avant de finir par arracher sa tête du sol, faisant voler un lien noir et une boucle en métal. Emprisonnant les filles, la même chose qu'il entreprit d'arracher d'un coup de crocs, libérant toute ses têtes.
Un hurlement, un bruit sourd et la créature avait disparu pour laisser un trou dans une des parois. Là, c'était ce qui le sauverait, le sortirait de cet endroit inconnu. Il s'agita, brisa quelques  choses sans vraiment savoir quoi mais il se libéra, les pattes encore emmêlées de ces drôles de liens mais il pouvait bouger alors il s'en occuperait à l'abri. L'hydre s'échappa du camion, détruisant la porte d'un coup d'épaule avant d'être stoppée par l'éblouissement du soleil. Au bout de quelques secondes, le temps de s’accoutumer, la bête put voir en face d'elle, une marée de ces drôles de créatures accompagnées de dragons. Au loin de drôles de montagnes géométrique et partout, du bruit, assourdissant. Jamais, au grand jamais Cyes n'avait vu un tel rassemblement d'être vivant au même endroit, même les moustiques des mares étaient moins nombreux. Le cœur, battant, la peur au ventre, l'hydre grimpa sur feu sa  prison pour pousser un rugissement de ses quatre têtes en un seul être sans distinction puis elle déploya ses ailes noires, semblant absorber le soleil et fit un bond pour décoller au dessus de la foule...
Mais la dragon s'écrasa tout de suite, n'ayant pas réussi à se soulever dés les premiers battements, s'étant épuisé tout de suite. Le souffle court, les ailes étendues sur le sol sans parvenir à les relever, il essaya de se dresser à nouveau sur ses pattes mais les efforts précédents l'avait déjà considérablement épuisé. Incapable de se relever, la tête principale se concentra pourtant encore et encore sur cette tâche sans y parvenir tandis que les trois autres têtes s'agitaient comme des gardes du corps, lançant des regards noirs à la foule, sifflant avec fureur sur chaque être s'approchant d'un peu trop près.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Destin
avatar

Messages : 75
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 99

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Le Réveil   Mar 24 Avr - 17:50

Tout allait mal se passer. C'était la petite voix qui criait dans l'esprit du conducteur de la fourgonnette. Ils auraient réellement dû insister pour avoir un passage, mais à la fois la réponse allait sûrement rester la même. Par festivité trouver un chemin libre était compliqué, il conduisait depuis assez de temps pour le savoir. Mais la catastrophe qui se déroulait à l'arrière de son fourgon était bien loin d'être imaginée par ce conducteur. Même si la route avait été longue et avec la chaleur de l'été, il n'aurait jamais pu autant délirer pour penser à une telle chose.
D'ailleurs, quiconque aurait pu penser à une telle chose serait sûrement passer pour un fou, bon à interner. Même si l'île volante était imprégnée de magie -mais cela n'avait rien d'exceptionnel après tout dorénavant- un tel événement ne semblait tout simplement pas possible.
Pourtant le conducteur sentit quelque chose, son camion semblait commencer à ployer sous le coup de l'agitation. En tant qu'homme civilisé il ne tambourina pas sur sa portière comme pour dire « fermez-là dedans ! » mais légèrement inquiet du soin de ce qu'il transportait -c'était qu'il devait être payé le bon monsieur, il était responsable de la marchandise!- le vieil homme, qui connaissait bien les routes d'Argeya, s'arrêta sur la bande d'arrêt d'urgence. Peut-être qu'une voiture avait cogné à l'arrière ? Cela pouvait arriver, même dans un embouteillage : en effet, souvent lorsque l'on recommençait à rouler quelques individus pensaient que tout repartait normalement, alors que l'on avançait juste de quelques mètres, cela pouvait provoquer quelques légers accrochages.
Lorsqu'il descendit, nulle voiture n'avait foncé dans l'arrière du camion. Mais les bruits se faisaient de plus en plus puissants, et inquiétants aussi. Par conséquent, l'homme voulu tout de même vérifier que tout était bien en place, même si l'homme à l'intérieur aurait dû le prévenir, il préférait faire confiance à son instinct et à son expérience de routier professionnel.

Pourtant il ne put atteindre l'arrière du véhicule, la porte claqua violemment, la plupart des gonds sautèrent, l'homme à l'intérieur s'évada rapidement en même temps que la chose qu'il devait normalement transporter. La chose logiquement morte, prisonnière des neiges éternelles. Ce n'était pas possible. Sur la route les autres conducteurs à proximité de la bande sortirent aussi de leur voiture. Dès l'enfance on apprenait à réagir dans plusieurs situations si un dragon sauvage était présent, la plupart des enfants s'en amusaient, étant donné que le dragon était gentil mais là il n'avait pas l'air très commode. Puis il y avait aussi le risque que la porte tombe et s'écrase sur l'une des voitures. Certains commencèrent à paniquer, ils ne courraient pas partout en levant les bras, mais ils ne savaient plus où se mettre, le trafic n'avançait plus du tout, d'autres appelés les pompiers, les urgences et enfin la caserne de Cylnaes qui elle-même joignait la capitaine qui bien entendu ne se trouvait pas à la caserne. Maintenant, le temps que les forces rejoignent l'endroit, il fallait espérer que cet étrange reptile ne s'éloigne pas... Mais étonnement quelque chose disait que ça allait être compliqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikari
Admin
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 19

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Le Réveil   Ven 27 Avr - 12:01

Elle n'avait pas eu le temps de répondre à Torn que son téléphone sonnait déjà avec une grande insistance. Avec les technologies d'aujourd'hui, Aska avait programmé plusieurs sonneries pour quelques-uns de ses contacts, et elle reconnaissait parfaitement la sonnerie associée à la caserne. Décidément, dix minutes de pause c'était vraiment du luxe dans ce métier. Même en vacances elle avait une sacré tendance à se faire demander par-ci par-là malgré son adjoint qui était tout aussi qualifié qu'elle.
-Capitaine Aska, j'écoute, commença-t-elle d'une voix claire et forte et après une longue pause elle reprit, Très bien, nous arrivons avec Torn immédiatement, commencez donc à bloquer la route, et à ne laisser qu'une seule voie pour que les voitures puissent nous dégager le passage. Essayez aussi de privilégier les cavaliers, en voiture cela sera plus compliqué, donc je veux deux cavaliers qui partent les premiers et quatre soldats dans un fourgon qui prendra peut-être plus de temps mais s'il s'agit d'un dragon sauvage je ne veux pas qu'il puisse se sentir en danger en la présence de trop nombreux dragons. C'est aussi pour cette raison que les dragons devront déposer leurs cavaliers et ne pas venir trop proches de l'incident. Faites aussi venir des soins, en cas de problème et pour la sécurité.
Elle raccrocha, sa caserne était performante elle trouvait, ses soldats réagissaient toujours bien, même face à ce genre de situation ils gardaient un certain sang-froid et pouvait la prévenir sans paniquer, sans bafouilles ou babillages inutiles, ils étaient clairs et se faisaient comprendre. Certains avaient plus de mal certes, mais l'essentiel était qu'elle pouvait les comprendre.
Remettant rapidement ses bas puis ses chaussures, la capitaine flatta une dernière fois la tête puissante et très masculine de sa camarade et avec un « aller mon cher », elle grimpa sur son dos tout en lui faisant le topo de la situation.

Par chance, ils n'étaient pas non plus à des kilomètres du périphérique de la ville, et elles n'eurent qu'à remonter la route pour retrouver le lieu de l'incident. Le dragon ne semblait pas avoir bougé, et la situation lui rappelait étrangement celle de tantôt, lorsque la dragonne rouge s'était écroulée sur le sol. Toutefois, de ce qu'elle pouvait voir, celui-ci ne semblait pas très « imposant » mais plutôt chétif. Aska en tant que capitaine suivait toujours les actualités, autant celles des journaux, que des informations sur la télévision mais aussi celles plus internes, qu'on lui amenait le matin, la veille ou d'autres jours. Par conséquent elle était au courant du transport particulier, elle savait aussi qu'ils n'avaient pu lui ouvrir une voie particulière.
Les agents routiers avaient déjà commencé à bien débarrasser la zone, et du ciel elle pouvait voir le fourgon qui arrivait, les cavaliers étaient déjà sur place, ils avaient mis en sécurité le routier et le scientifique et s'approchaient avec prudence de cet être qu'ils n'avaient jamais vu. Les têtes sifflaient à leurs approches, et ils ne pouvaient donc que constater, impuissant, un dragon s'épuisant considérablement et dans les faits pratiquement incapable de se mouvoir.
-Je n'ai jamais vu un tel dragon, il était censé être mort aussi, je ne comprends vraiment pas. Il va peut-être falloir qu'on l'endorme, s'il ne parvient pas à s'envoler et à repartir il faudra le déplacer nous-même mais avec ce comportement agressif on a un risque de blessure autant pour lui que pour nous, confia-t-elle à sa dragonne, amène moi au sol s'il te plaît, et ne reste pas loin, même si tu n'es pas très douée en relation social tu pourras réagir assez rapidement pour nous mettre à l'abri au besoin, il semble agressif, il me fait aussi penser à Terian-zuù, la dragonne de Maître-Lame Esdeath.

Elle toucha le sol en même temps que le fourgon arrivait, ils avaient éteint la sonnerie, c'était déjà assez bruyant pour en rajouter, et Aska ne peut que sentir la fierté l'envahir face à ceux qui composait sa caserne, mais bien entendu elle n'en montra strictement rien : son air calme était toujours dessiné sur son visage avec un sourire se voulant rassurant.
Elle s'approcha légèrement du dragon, en restant dans une zone où elle n'était ni en danger et où elle ne devait pas -pensa-t-elle- envahir l'espace que la bête désirait. Puis gardant les mains le long du corps, sans signe d'agressivité, elle scruta légèrement ce dragon composé de quatre têtes. Les ailes étendues sur le sol, son aspect fragile, morbide même -au sens de la maladie-, renvoyait un aspect piètre, chétif. Avait-on menti à la caserne de Cylnaes ? S'agissait-il en réalité d'un transport de dragon illégal ? Ou bien était-ce réellement ce dragon enfermé dans les neiges éternelles ?
-Dites moi, d'où venez-vous ?
Elle s'adressa aux têtes, les fixant d'un regard calme -même si avec le bandeau on ne pouvait pas vraiment voir ses yeux-. Elle était prête à reculer s'il réagissait de manière agressive, mais ils allaient devoir communiquer afin de le sortir de là, afin de le garder sous surveillance pour le remettre en pied et de le laisser repartir. Elle était capitaine d'une caserne, mais sur cette île ce n'était pas seulement les humains qu'ils protégeaient, ils devaient aussi s'occuper des dragons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-troisieme-dragon.forumactif.com
Crayon
Admin
avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Le Réveil   Sam 28 Avr - 18:17

Ce fut à contrecœur que Torn ressortit du lac. Elle aurait largement préféré rester faire tranquillement trempette, et sa nuque la démangeait toujours. Il allait falloir se résoudre à faire avec, jusqu'à ce qu'elle trouve une falaise pour retirer les plaques de métal. Elle écouta Aska parler au téléphone, donnant ses ordres, et ronfla des naseaux en devinant qu'il allait falloir se bouger, qu'il y avait du travail, une situation à aller gérer. Torn secoua sa tête, s'ébrouant pour retirer les particules d'eau de ses ailes, qu'elle étendit ensuite dans le but de prendre une nouvelle fois son envol. Elle n'avait pas envie d'y aller, comme un enfant qui ne voudrait pas aller faire ses devoirs, pour la dragonne, c'était juste une corvée, et elle n'avait pas l'habitude de se forcer à faire des choses qui lui paraissaient enquiquinantes. Mais puisque Aska avait déjà prit place sur son dos, et qu'elle avait déjà dit au téléphone qu'elle viendrait avec sa dragonne, cette dernière enfonça ses griffes dans le sol et se prépara à l'impulsion puissante qu'il fallait pour faire décoller son corps lourd. Juste avant, elle n'oublia pourtant pas de râler auprès de sa cavalière.
– Hmpf, lance un « hue, dada », pendant que tu y es. Je veux bien parce que c'est toi, mais ne me confond pas avec un stupide cheval apprivoisé.
Torn décolla violemment, en meurtrissant les galets de la plage. Sans faire de commentaires, mais sans non plus cacher son agacement dont elle faisait profiter son humaine, la dragonne écoutait le résumé que lui faisait cette dernière. Une autre histoire de dragon. En même temps, avec autant de monde à la capitale, il fallait bien s'attendre à des incidents. La presse allait avoir de quoi remplir ses pages, demain.

La dragonne des volcans suivit la direction que lui indiquait Aska, il y avait juste à suivre la ligne de béton gris et moche sur laquelle roulaient sagement les humains avec leurs véhicules tout aussi moches, pour arriver à ce qui faisait bouchon. Elle survola un instant la zone pour regarder ce qu'il se passait, jusqu'à repérer le "léger problème" qui bloquait toute la circulation, la forme draconique noirâtre qui se dessinait par terre était anormale, et Torn entreprit la descente pour aller se poser à distance respectable. C'était la première fois qu'elle voyait un dragon avec plusieurs têtes, et ne pu s'empêcher de se poser plein de questions sur la vie quand plusieurs cerveaux étaient accrochés au même corps.
Elle se baissa pour laisser Aska sauter à terre, s'avançant de quelques pas, mais sans trop s'approcher comme sa cavalière semblait lui ordonner. Déformation professionnelle de capitaine, peut-être ? Quoi qu'il en soit, Torn râla encore.
– D'accord, mais je n'aime pas ça. S'il fait un mouvement en trop, je lui coupe ses museaux d'un seul coup.
Elle faisait comme sa cavalière lui avait demandé, à savoir, ne pas trop s'approcher, mais pas question qu'elle s'éloigne trop non plus. D'ailleurs, elle trouvait Aska imprudente, à y aller ainsi, et si ce reptile pluricéphale avait une magie offensive et qu'il se mettait à l'attaquer avec ? Et s'il décidait de l'attaquer avec la rapidité mortelle d'un serpent ? Même si Torn ne doutait pas des capacités de sa cavalière en terme de défense, il n'empêche qu'elle restait une mignonne chose rose face à un monstre à plusieurs têtes. Même si ce dernier, vu son air émacié, semblait sortir d'un régime draconien - sans mauvais jeu de mots évidemment. Torn resta plusieurs mètres derrière sa cavalière, bien campée sur ses pattes, les griffes raclant le béton. Elle fixait le nouveau venu, ce n'était pas parce qu'il venait de dégeler comme une orange givrée en dehors du congélateur qu'elle allait être plus gentille. Aska avait bien raison, tout ce qui était sociabilité n'était pas son fort, surtout avec les inconnus. Mais démontrer des signes d'agressivités ne plairait sûrement pas à ceux qui préférait garder l'hydre calme, ne pas l'affoler, alors Torn ne grognait pas, et restait juste immobile, à surveiller, néanmoins prête à réagir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyes
Oeuf
Oeuf
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 22/04/2018

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Le Réveil   Jeu 3 Mai - 21:38

Cyes n'avait qu'une envie : décoller, s'envoler, prendre de la hauteur sur la situation et surtout partir loin d'ici, loin du bruit, loin de ces odeurs inconnus, loin de ces êtres qui lui tournaient autour. L'hydre ne savait d'ailleurs pas comment les classer. Ils ne ressemblaient pas à des chasseurs, trop chétifs, trop fragiles, pourtant ils n'avaient pas beaucoup l'odeur de l'herbe comme les herbivores. Des charognards ? C'était ce qu'il semblait le plus logique et peut-être attendaient-ils qu'il s'épuise encore et encore avant de lui sauter dessus. Cyes avait arrêté d'essayer de s'envoler, il n'y arrivait pas alors il préférait garder son énergie pour repousser ces bêtes qui l'observaient.
Cependant il y avait quelque chose d'étrange dans tout cela, ces créatures l'observaient, beaucoup passaient leur chemin, d'autres s'approchaient. Ils ressemblaient surtout aux membres d'une fourmilière et ils agissaient comme s'il venait de détruire leur chemin établi en se retrouvant sur cette terre noire sur laquelle il reposait actuellement.

Puis se produisit quelque chose qu'il n'aurait jamais imaginé. Si les filles se chargeaient d'une protection agressive, Cyes, tête principale observait, essayait de comprendre, de trouver une solution. Il ne manqua pas du tout de remarquer des dragons se poser au loin, au milieu des bêtes qui envahissaient l'espace et même interagir avec. C'était comme cela que les terres du Sud étaient conquises ? Avec une alliance inter-espèce ? Ça expliquait pourquoi des groupes attaquaient les terres déjà pauvres du Nord. Ces créatures n'étaient pas bien grosses mais nombreuses et pour un dragon seul, le nombre était quelque chose de dangereux.
Se détachant partiellement des mystérieuses bêtes, il ne comprenait pas leurs comportement de toute façon, Cyes essaya plutôt de se concentrer sur ce qu'il connaissait, c'est à dire les autres dragons. C'est alors qu'un autre, plus grand, projetant son ombre depuis le ciel, se posa parmi les autres quoique plus proche et accrocher à son dos, une des créatures tel un petit parasite. Même les dragons, Cyes avait du mal à les comprendre. Il ne se rappelait pas ce qu'il était arrivé, il ne savait pas pourquoi il était ici mais une chose était sûre, il était bien loin de son territoire.

Avec l'arrivée du gros dragon et avec la fatigue, ses têtes avec commencer à se calmer un peu, se repliant sous la principale bien que sifflant au moindre geste brusque. C'était risqué de relâcher la tension mais malgré cet instant de faiblesse, aucune des créatures ne tenta d'en profiter pour l'assaillir, Il y avait peut-être un moyen à ce qu'elles finissent même par se désintéresser de lui.
C'est alors que le parasite du dragon rouge et noir osa une approche, tel un chef de meute qui s'avance pour affronter de lui même le danger. Cette frêle créature était-elle vraiment la tête dominante ? Les dragons se laissaient-ils vraiment soumettre par elle ? Cyes, passa du parasite à son dragon, essayant de comprendre mais il fut trop lent pour Ymre qui n'hésita à lancer une attaque vers la créature, gueule grande ouverte dans un féroce sifflement, elle fut finalement retenu par la portée pas si longue que ça que lui offrait son cou. Appréciant peu l'attaque non autorisée, Cyes n'hésita pas à mordre Ymre, histoire de rétablir l'ordre et les deux têtes se chamaillèrent un instant dans des grognements, des sifflements et des coups de crocs alors que la situation n'y prêtait pas, défaut de l'hydre, elles faisaient tous ça d'aussi loin que Cyes s'en souvienne.
Ce n'était pas pour autant qu'il ne remarqua pas ce semblant de langage que la créature prononça. C'était assez doux, pas comme lorsque les dragons s'adressaient entre eux, ça semblait audible, pas  comme simple de gazouillements d'oiseaux mais pour l'hydre, c'était complètement incompréhensible alors une fois le calme revenu entre les têtes, elles fixèrent la créature sans vraiment savoir que faire avant qu'instinctivement et inconsciemment, cherchant à se raccrocher à ce qu'il connaissait, Cyes ne relève les yeux vers le dragon comme pour chercher une aide pour le sortir de tout ce bazar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikari
Admin
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 19

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Le Réveil   Lun 7 Mai - 23:35

Le manque de réponse pouvait signifier plusieurs choses. Mais déjà Aska organisait ce qu'elle pouvait observer : les différentes têtes devaient toutes posséder leur propre conscience : l'une d'elle avait fait un mouvement agressif envers la femme mais la tête du milieu semblait l'avoir par la suite réprimandée. Par ailleurs cette tête possédait des attributs uniques : à savoir de petites pointes sur le museau. Sûrement cela désignait-il le fait qu'il était le chef ? La capitaine était loin de savoir ce que cela pouvait signifier, mais c'était peut-être comme pour les militaires et les grades associés ? C'était un mystère.
Ensuite vint donc ce manque de réponse. Pouvait-il être trop faible pour parler ? Ou peut-être s'agissait-il d'un dragon muet ? Mais les quatre têtes étaient-elles muettes ? Il grognait pourtant ? Et vu la taille de la bête, il était difficile de se dire qu'il s'agissait d'un jeune ne sachant pas encore parler. Dans tous les cas, la capitaine était bien loin de s'imaginer la réalité qui se cachait derrière le corps sombre du dragon -et derrière ses cordes vocales!-.
-Torn, je ne parviens pas à comprendre pourquoi il ne parle pas, peut-être est-il craintif et peureux ?
C'était une réflexion comme cela, le périphérique était en train de grandement diminuer du côté de la route, par conséquent, il y avait un passage affaibli de voitures, permettant peut-être au dragon de se sentir mieux. Bien qu'elle se doutait que ce n'était pas si simple, après tout, il restait du bruit, du monde et leurs sens pouvaient parfois être bien plus développés que celui des Hommes.

Aska cherchait une idée, pour montrer qu'ils n'étaient pas dangereux, un homme était venue la renseigner sur le fait que ce dragon n'avait rien de connu pour une espèce donnée, et que les papiers étaient bien en règle, que cela aurait été tiré par les cheveux qu'il s'agisse d'un groupe et d'un transport illégal de dragon se faisant passer pour des érudits et scientifiques. C'était déjà ça au moins. Mais il fallait tout de même trouver une solution, il fallait pouvoir déplacer ce dragon, le mettre dans un endroit où il pourrait se reposer et repartir bien que... Aska entendait déjà les érudits hurler au scandale si on laissait un tel individu partir. Mais la capitaine avait signé pour la sécurité et le bien de tous, humain et dragon, et d'ailleurs aussi pour les autres individus, comme les animaux de temps à autres en appliquant des lois de maltraitances, et autres. Elle voulait avant tout le bien de tous, et tant que ce dragon refuserait de coopérer, elle ne laisserait personne l'examiner plus que le strict minimum pour faire une fiche. À moins qu'ils parviennent à avoir une réclamation des supérieurs. Enfin, elle n'en était pas encore à ce stade-ci. Son problème actuel était de faire accepter au dragon de se faire... héliporter. Ou « dragonporter » selon ce qu'ils avaient en stock. Mais elle allait devoir user de stratagème pour lui faire comprendre qu'ils voulaient juste l'aider, et ne pas le laisser ici. La capitaine avait déjà contacté le service, et aussi l'endroit pour déposer le dragon : un territoire assez large, non loin de cylnaes, qui accueillait des dragons malades pour les aider à guérir plus rapidement. C'était selon le souhait du dragon : il pouvait très bien refuser et s'en sortir tout seul, mais il servait aussi beaucoup aux dragons des militaires blessés.
Torn, j'ai... un petit service à te demander.
Son sourire narquois n'avait d'égal l'air -même si c'était une discussion mentale- que tenaient les propos de la capitaine.
Toujours mentalement, elle expliqua à la dragonne qu'elle souhaitait qu'elle s'approche, montre qu'elles étaient sans danger, mais elle expliqua aussi le plan : Torn allait devoir montrer qu'il devrait  grimper sur une toile très résistante, et se laisser « agréablement » transporter par la voie aérienne jusqu'à un endroit où il pourrait se reposer.
Je sais que je t'en demande beaucoup, mais sinon je ne vois pas comment faire, une autre idée peut-être ? Autre que « on lui force la main ! »
Elle flatta doucement l'arrière de la mâchoire de la dragonne des volcans, et ajouta, comme pour l'amadouer :
Je m'occuperais de tes plaques pour nettoyer la chair, et aussi le métal. Ça ne me dérange guère tu sais bien.
Puis, même si le dragon ne voulait pas répondre -puisqu'elle pensait tout de même qu'il pouvait comprendre mais qu'il n'avait pas forcément confiance d'où l'aide de Torn- elle ajouta, toujours calmement, sans hurler, ni crier, qu'ils allaient s'occuper d'eux, et qu'il devait leur faire confiance. Sur son visage était dessiné un sourire sincère, puisque, après tout, on pouvait comprendre de nombreuses choses avec un visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-troisieme-dragon.forumactif.com
Crayon
Admin
avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Le Réveil   Mar 8 Mai - 15:46

Torn s'était crispée au moment où l'une des têtes avaient tenté de s'en prendre à son humaine. Heureusement que leur cou n'avait pas été assez long pour permettre d'infliger une blessure, mais la dragonne noire ne perdait pas sa concentration. Enfin, jusqu'à que la tête la plus grosse ne décide de mordre celle qui avait attaqué. Voir les mêmes têtes d'un même dragon se disputer était plutôt... comique, en fait. En tout cas, ça plaisait bien à Torn, se disant que ça devait être fatiguant d'avoir toujours d'autres cerveaux accroché à son corps, mais que c'était drôle à observer. Alors elles avaient chacune leur propre conscience ?
La dragonne des volcans s'approcha de plusieurs pas, pour se caler juste derrière sa cavalière, cette dernière n'ayant pas l'air de savoir trop quoi faire avec une hydre qui ne répondait pas.
– Si tu venais de fondre comme un poisson surgelé, tu aurais peut-être du mal à parler aussi.
Tout en faisant sa remarque, elle donna un petit coup de museau sur l'épaule de la capitaine. Elle n'y connaissait pas grand chose en mode de fonctionnement humain, mais elle se doutait que laisser un gros morceau en plein milieu de leur voie qu'ils avaient spécialement construite pour se déplacer, ça n'allait pas arranger les choses.
D'accord, elle se doutait également que Aska allait trouver un moyen pour déplacer l'hydre autre part. D'accord, Torn n'était pas du genre à trop rechigner si sa cavalière lui demandait un service – du moins, pas toujours. Mais se faire transporter comme un caillou géant ? Accrochée comme une pauvre mouche dans une toile d'araignée ? Ce n'était pas facile à accepter, et surtout la honte de se faire trimbaler comme ça alors qu'elle était en pleine forme ! C'était comme mettre un adulte dans une poussette. Elle avait une fierté, tout de même, et rien qu'écouter Aska lui décrire l'idée, cette fierté était légèrement heurtée.

La dragonne noire émit un raclement guttural, en griffant le béton avec ses pattes. Décidément, cette journée n'allait jamais se terminer. Enfin, le dernier argument de sa cavalière fit céder l'opiniâtreté de Torn sous l'appréciation des soins promis qui allaient calmer ses démangeaisons.
– D'accord, d'accord ! Je lui montrerais comment et je l'accompagnerais si besoin. Mais interdiction de rire, et tu m'en devra une, hein, je n'oublie pas !
C'était bien parce qu'elle appréciait toujours quand Aska s'occupait d'elle. Et pas trop des autres dragons. Bon Toraka était un cas particulier, alors ça allait.
Torn s'avança légèrement, en jaugeant l'état de l'hydre. Si il venait du nord, peut-être n'avait-il jamais vu d'humains avant, ils n'étaient pas bien nombreux à vivre dans les grands froids. Que faire pour lui faire comprendre que ça irait, et que ces mini-bestioles rosés ne lui voulaient pas de mal ? La dragonne des volcans balança légèrement sa tête d'un côté et de l'autre, comme un chien qui jugerait un comparse, se posant la question d'une autre manière. Qu'est-ce qu'elle aurait le plus envie, si elle sortait d'un long sommeil ? Réponse : manger, évidemment. Un peu de gras en-dessous de ses écailles ne lui ferait sûrement que du bien.
– Bon ! Je m'en occupe. Ne bouge pas.
Torn se recula de plusieurs mètres, pour aller prendre son envol sans trop faire subir de le coup de vent du décollage aux autres. Étant en périphérie de la capitale, elle ne vola que quelques minutes pour sortir totalement de la ville, à très basse altitude, le museau pointé vers le sol. Les alentours de Cylnaes avaient pour bon goût d'être majoritairement composés de nature, des champs cultivés mais aussi des forêts, d'ailleurs censées être plus ou moins protégées, car si tous les dragons de la ville allaient se servir dans ses environs, autant dire que tout le gibier et la faune ne ferait pas long feu. Mais cette fois, pas le temps de s'éloigner pour aller chasser, la dragonne noire émit des grognements menaçant en survolant une parcelle de forêt, pour faire sortir les bêtes qui s'abritaient sous les arbres. C'était un peu comme de la pêche, elle rassemblait les proies pour les avoir. Si elles se mettaient à galoper de peur, c'était bien, elles finiraient par s'affoler et essayer de s'enfuir le plus loin possible. À force d'insister, finalement un petit troupeau de biches s'élança hors des troncs, effrayé par le boucan que produisait la dragonne. Il ne fallut pas plus à cette dernière, qui choisit celle la plus dodue, et plongea vers les herbivores. Une boule de plasma plus tard, la proie fut envoyée valser, le poil à moitié roussit. Elle n'était pas totalement morte, mais Torn l'acheva rapidement en lui brisant le cou.

Ce n'était pas grand chose, pour un dragon, une biche n'était qu'un apéritif, mais il s'agissait surtout d'une tentative pour mettre l'hydre en confiance – ou au moins, éviter qu'elle ne mange les humains qui arriveraient à sa portée. Torn reprit donc le chemin inverse, l'herbivore entre ses griffes, pour revenir à son point de départ. Elle fit l'effort de se poser tranquillement, pour ne pas exploser le béton ni faire peur.
Puis, avec des mouvements calmes, elle vint déposer la biche juste devant l'hydre, poussant légèrement le corps de l'animal d'un coup de museau pour l'inciter à le manger. Offrir de la nourriture à quelqu'un était un langage universel, même pour un être venu de loin, espérait-elle. Et puis, vu qu'il venait de décongeler, malgré le soleil de juin, peut-être avait-il encore froid, que ses muscles étaient encore engourdis. Vu que ses écailles de dragon des volcans émettaient naturellement de la chaleur, Torn se tourna pour se coucher contre le côté droit de l'hydre, histoire de lui faire profiter si jamais il en avait besoin, et lui montrer qu'on voulait prendre soin de lui. Tout en étant néanmoins prête à s'écarter rapidement si l'une des têtes décidaient de refaire le coup de l'attaque surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikari
Admin
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 19

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Le Réveil   Ven 8 Juin - 11:42

Elle remercia intérieurement sa dragonne pour ce qu'elle allait faire. Elle savait combien cela pouvait être difficile pour Torn de faire du social, mais là elle était bien obligée de lui en faire la demande. Puis cela ne la dérangeait pas de s'occuper des plaques. Aska avait vu d'autres horreurs, et puis c'était son amie, Torn, c'était normale de l'aider, de la soigner et de la bichonner aussi car elle acceptait de la transporter sur son dos, de l'aider allant même jusqu'à faire des efforts pour être sociale, comme là. Ou pour être présentable en public, bien que ça, la capitaine s'en moquait -enfin, tant que Torn ne cassait pas tout.

Son regard laiteux observait l'hydre, elle ne bougea même pas quand Torn s'en alla chercher de la nourriture. Comment avait-elle pu ne pas y penser avant.
-Tout va bien se passer d'accord, nous allons t'amener dans un endroit qui ressemble à une grande lande.
Ne sachant toujours pas s'ils comprenaient ou non, elle continua de parler d'une voix calme, tandis qu'au loin l'hélicoptère arrivait. Elle dut parler plus fort pour continuer à être entendue, mais elle tenta aussi de se rapprocher alors que Torn le réchauffait en se tenant à proximité. Elle montrait ses paumes, en signe de paix, pour lui montrer qu'elle n'avait rien dans les mains, et qu'elle n'en ferait rien.
-Ne t'inquiète pas, le bruit est dérangeant mais après tu n'entendras plus de machines.

Doucement au-dessus d'eux l'hélicoptère fit descendre une immense voile sombre, elle était pliée, et liée par de nombreux cordages pour ne pas s'envoler, mais aussi parce que si elle faisait office de voile comme les bateaux elle pourrait facilement faire s'écraser l'hélicoptère, happé par l'air qui ferait gonfler le tissu et l'emporterait loin. Une fois arrivé au sol, la capitaine déplia calmement, doucement, avec des gestes lents, le drap. Elle appela plusieurs soldats pour venir l'aider à étendre le carré au sol sans qu'il ne s'envole : il fallait poser des poids aux quatre coins.
Le carré était si grand qu'il empiétait sur la voie à côté, et des bords pendaient hors de la route à certains endroits, il était fait pour un dragon après tout. Pour n'importe quel dragon. Pour les plus petits ils avaient une voile plus petite aussi, mais globalement ce tissu épais servait aux dragons de catégories moyennes et grandes. La face contre le bitume était comme du plastique, et là où devait s'installer le dragon le revêtement était plus doux, assurant un certain confort.
Personne ne devait monter là où le dragon se trouvait : s'il bougeait un peu on pouvait toujours se faire à moitié écraser, et pour un dragon, ce genre de transport pouvait paraître étrange après tout. Toutefois, sur les quatre coin, au niveau des cordes qui rejoignaient l'hélicoptère, se trouvaient des individus pour encadrer, rassurer et aussi assurer la maintenance et le bon déroulement du vol.

La dirigeante avait étalé le voile pour qu'il soit assez proche du dragon décongelé. Il n'aurait que quelques pas à faire, elle voulait qu'il ne fasse le moins d'effort.
-Voilà, peux-tu venir ici, demanda-t-elle en tapotant doucement sur le milieu du carré, je sais, ça peut faire peur mais tout se passera bien, on va t'emmener ailleurs, cette fois-ci elle désigna l'horizon, là où il y avait de la verdure, Allez. S'il te plaît.

Le fourgon venait du Nord, eux iraient aussi vers le Nord, à proximité d'un grand lac, à l'ouest de Tereldor, là où il y avait de l'espace, un espace pour accueillir des dragons. Cela se présentait sous l'aspect d'une ferme, avec des individus y travaillant pour assurer le soin des bêtes à écailles, poils ou plumes, ou cuir. Il y aurait certes d'autres individus, mais l'adjoint d'Aska avait déjà appelé pour réserver une place au calme, avec peu d'autres comparses aux alentours. Maintenant l'hydre n'avait plus qu'à accepter la nourriture, puis à comprendre qu'il n'y avait pas de crainte à monter dans le tissu. Après il pourrait récupérer toute ses forces et aller là où il voudrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-troisieme-dragon.forumactif.com
Cyes
Oeuf
Oeuf
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 22/04/2018

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Le Réveil   Sam 9 Juin - 23:44

[excusez moi du temps de réponse, j'ai eu ma certif a préparé]

C'était étrange le comportement que le dragon rouge avait avec le parasite. Il semblait vraiment faire attention à lui et l'hydre reconnut plusieurs comportement affectif à son égard. Tout ceci lui échappait complètement. Etant une espèce de base très territoriale, Cyes avait toujours eu du mal avec les autres espèces de dragons voir même avec les autres hydres mais voir ainsi un comportement aussi affectif et protecteur envers une créature semblant si frêle, si fragile et qui pourtant semblait tout contrôler, c'était vraiment perturbant pour la bête noire.
Cependant, l'autre dragon, qui d'ailleurs était plutôt une dragonne à l'odeur, l'hydre se basant beaucoup sur ce sens pour définir ses congénères, s'avança. La confrontation se faisait maintenant de manière plus habituelle pour Cyes, jaugeant l'autre reptile autant qu'il se faisait jauger. Mais la dragonne s'envola sans plus de cérémonie, la totalité des têtes suivant le point qui s'éloignait dans le ciel avec un sentiment commun de « Nooooon, revient ! » avant que déconcertées par la perte de ce repère, les quatre paires d'yeux ne se fixent sur la frêle créature à la voix d'oiseau. D'ailleurs cette dernière continua à gazouiller dans son dialecte étrange avant qu'un énorme bruit venant du ciel ne commence à la couvrir.

Heureusement, la dragonne revint finalement, semblant ignorer l'autre occupant du ciel et son bruit monstre, lâchant une proie devant l'hydre. Romi et Quala, les deux têtes les plus jeunes, ne se firent pas prier, saisissant la nourriture dés qu'elles sentirent l'odeur du sang devant leur museau, mordant à plein crocs directement dans la chaire. Ymre commença à tordre son expression pour défendre son droit de part mais comme s'empêchant de manger elle même, une des serres avant de l'hydre vint arracher la proie aux têtes alors que la principale se pencha pour sentir l'animal, beaucoup plus prudent malgré l'estomac qui se tordait à s'en digérer lui même. Pourquoi un dragon offrirait sa proie à un autre hein ? C'était suspect et Cyes n'avait pas confiance.
Il fut cependant déranger dans le procéder de vérification lorsque la dragonne se coucha à côté de lui, le réchauffant via ce qui semblait être une chaleur naturelle. Écarquillant les yeux d'abord de surprise, tout son corps fut traverser par un frisson de bien être qui relâcha tout les muscles. Toutes les têtes le sentirent mais certaines ne perdant pas le nord, Romi vola la proie et l'englouti quasiment toute seule. Cyes lui, avait envie de fermer les yeux, une sorte de roucoulement de satisfaction étouffé s'échappa par inadvertance de sa gorge alors que son corps se réchauffait petit à petit, lui rappelant les longues après-midi à lézarder sur les galet au bord de l'eau.

Cependant l'agitation des parasites, les bruits inconnus et les odeurs nauséabondes rappelaient que ces doux moments étaient loin. La faiblesse du corps de l'hydre lui donnait envie de dormir mais son instinct lui hurlait que s'il commençait à sombrer, c'était la fin. Alors s'efforçant à garder les yeux ouvert, basculant son corps à l'opposé de la dragonne parce que mine de rien, mieux valait garder une certaine méfiance, si elle avait été très amicale jusque là, elle l'avait peut-être été un peu trop pour que tout soit normal, le dragon noir essaya à nouveau de comprendre ce qu'il se passait. Il y avait une drôle de matière qui avait été étalé au sol et la parasite semblait essayer de l'attirer au centre. Peu convaincu, Cyes renifla, Quala commença à mâchouiller, encore affamée et frustrée de ne pas avoir eu le droit d'avaler quoi que ce soit bien que l'estomac soit commun.
Toute cette agitation, toutes ces choses qui lui échappait, Cyes commençait à avoir la tête qui tourne avec tout ça et puisque la dragonne semblait très amicale avec la parasite, il lâcha prise. Il se laissa aller au peu qu'il comprenait, en soit, l'appel au centre du truc que Quala mâchouillait pour le simple plaisir d'avoir un truc en gueule plus que pour le goût. L'hydre essaya de se lever, l'effort paraissait impossible à réaliser. Le corps tenta de tenir sur les quatre pattes tremblantes et alors qu'une des serres se posa sur le tissu, la tête d'Ymre s'agita à nouveau pour pousser une sorte de grognement déformé, comme une parole qui venait du fond de la gorge, une sorte de langage venu du fond des âge.

« Hors de question qu'on aille sur ce truc, ça ressemble à un piège. Tout ressemble à un piège, on a qu'à les dévorer tous et après on rentre à la maison. »

Le corps s’affaissa à nouveau sur lui même, la tête principale fixa un instant le parasite avant de diriger son museau au loin, vers la direction indiquée avant de répondre à la tête qui avait parlé, se parlant un peu à lui même effectivement.

« Je ne sais pas où est la maison. »


Essayant de reprendre une pause assise, histoire d'être à mi-chemin sur l'effort, Cyes ramena sa tête pour regarder le sol.

« Je suis désolé les filles. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crayon
Admin
avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Le Réveil   Sam 16 Juin - 18:27

Assez impatiente, Torn leva rapidement la tête pour regarder ce que fabriquait la machine bruyante. Cette chose faisait tellement de bruit, certes les humains étaient fortiches pour ce qui étai inventions et construction de bidules tous plus biscornus et étrange les uns des autres, mais ils étaient loin d'être au fait concernant la discrétion de leurs machines de ferraille. Néanmoins, la dragonne aimait bien cette chose volante, avec ces pâles qui tournaient rapidement, et se dit qu'à l'occasion, elle en prendrait un pour aller le rajouter à sa collection. Elle observa les humains installer tout leur bazar, avec la grande bâche, en se demandant tout de même si la machine volante allait réussir à soulever une bête aussi imposante qu'un dragon, ou s'il allait falloir d'autres machines pour arriver à la porter assez haut. Enfin, peut-être y avait-il aussi un peu de magie dans cette entreprise.
Torn se leva lorsque la grande bâche fut complètement étalée par terre. Toute la zone était bouclée par l'armée, dans les deux sens, si bien que de chaque côté de la route, on pouvait voir de longues files de voiture faisant sagement la queue. Certaines personnes étaient sorties de leur véhicule et observait la scène de loin, et les plus motivés s'étaient rapproché jusqu'à être arrêté par les soldats, afin de prendre une photographie ou une vidéo avec leur téléphone. D'autres, moins avenants, étaient en train de se plaindre qu'on leur avait gâché la journée ou d'autres râles dans ce genre. La dragonne se contenta d'ignorer les actions des humains. Dans le fond, on attendait parfois quelques coups de klaxon, de la part de ceux ne sachant pas ce qu'il se passait ni pourquoi ils étaient bloqués en plein d'un gigantesque embouteillage.

Sans faire de remarque, Torn vint de placer à côté de la bâche, attendant que l'hydre veuille bien se déplacer pour grimper dessus. Aska semblait tout faire pour la mettre en confiance. Ah lala, sa cavalière était toujours aussi prévenante. Et patiente, aussi. Et bien que le dragon à quatre tête semblait commencer à bouger, il restait tout de même réticent. Alors la dragonne des volcans imita le geste de sa cavalière, en tapotant sa patte sur le tissus, pour inciter un peu plus.
– Allez, si on voulait te faire du mal, ça serait déjà fait depuis longtemps...
Mais l'hydre finit par s'arrêter alors qu'elle n'était pas encore complètement sur la bâche. Pendant une seconde, Torn envisagea carrément de laisser tomber la méthode douce et de le forcer à se mettre complètement sur le tissus en le poussant dessus. La dragonne étant bien souvent très peu patiente et avec un caractère difficile, elle exprima une pointe d'agacement en ronflant par les naseaux, et frappa faiblement au sol la lame de métal greffée sur sa queue. D'ailleurs, elle fixa Aska, lui témoignant sa contrariété d'un regard.
Son attention fut néanmoins prise lorsque l'une des têtes de l'hydre se mit à émettre des sons. En fait ça ressemblait à des grognements, mais avec des vagues syllabes et un certain rythme. Torn n'arrivait pas à identifier ce que ça voulait dire, ou si c'était juste des bruits de gorge aléatoires. Mais celle qui semblait être la tête principale formula ce qui avait l'air d'être une réponse. S'agissait-il donc d'une forme de communication ?
– Ah voilà, tu voulais qu'il parle, et bien il parle.
Annonça la dragonne en direction de sa cavalière, d'un air légèrement détaché. Elle anticipa également la question en secoua lentement la tête avec un mouvement négatif.
– Mais inutile de me demander, je ne sais pas ce que c'est, comme langage. C'est peut-être un dialecte autochtone. Ou, vu qu'il était en hibernation, un truc ancien.

Quoi qu'il en soit, ça expliquait pourquoi il ne comprenait pas ce qu'on lui disait, et ça n'allait pas faciliter les choses. Il restait toujours la communication par les attitudes, ou le langage du corps, mais c'était moins précis. En tout cas, si les dragons avaient un jour, il y a très longtemps, parlé ce genre de langue, Torn n'avait jamais entendu quoi que ce soit à ce sujet.
– Mais si c'est ancien, dans ce cas, il faudrait demander à un vieux, trèèèès vieux dragon.
Elle disait ça en espérant que Aska ne lui demande pas d'aller rechercher ça, parce qu'elle n'en connaissait aucun. Ce n'était pas comme si les vieux dragons étaient très sociaux non plus, certains préféraient vivre dans leur coin, en solitaire ou avec leur famille. Et encore, il fallait en plus que ce dragon se souvienne de la langue, ce qui à cause du temps, n'était pas donné.
Maintenant que la dragonne avait la confirmation que lui parler ne servirait pas à grand chose, alors elle se décida à tenter quelque chose de plus physique. Torn alla se replacer juste à côté de l'hydre, cette dernière tentait de s'asseoir, et même cette simple position avait l'air bien difficile pour ses membres maigrichons. La dragonne passa l'une de ses patte en-dessous des antérieurs de l'hydre, tout en la poussa légèrement de son épaule, pour l'inciter à se relever et continuer d'avancer sur la bâche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikari
Admin
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 19

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Le Réveil   Sam 30 Juin - 13:33

Sa concentration était uniquement focalisé sur la situation, rien ne venait perturber son esprit, et elle laissait à ses soldats l'occupation des individus lambda. Décidément, aurait-elle pu se dire, le monde draconique lui en faisait voir de toutes les couleurs : plus tôt la dragonne de sa supérieur s'était écrasée très étrangement, et son sixième sens lui disait « on ne te dit pas tout ». Ce qui avait d'ailleurs le don de l'agacer -même si elle n'en laissait rien paraître- qu'on lui mente sur les sujets du château, ce n'était pas de son ressort, mais qu'on lui mente pour la protection de sa ville en lui posant des questions étranges sans qu'elle n'ait le contexte... Cela était fort désagréable. Et maintenant le centre de recherche du Nord faisait aussi des siennes en ramenant un dragon qui avait inventé la cryogénisation. Tout ceci lui tira un sourire, cela faisait un moment qu'elle n'avait pas eu une telle journée.

Non Torn, tu ne vas pas le forcer à aller dedans, sinon à quoi va servir ta mise en confiance ? Et puis t'imagines, ajouta-t-elle par la pensée, il pourrait m'attraper avec ses quatre têtes et je finirai écartelée !
L'ironie était plus que présente dans cette dernière phrase, cela servait aussi à apaiser l'attente -espérait-elle- de sa chère dragonne à l'aspect trop masculin. Aska était entraînée à avoir la patience, à préférer les choses lentement, même si, quand elle avait dû devenir comme ça elle était plutôt comme Torn. À ses débuts, quand elle devait enquêter, elle n'avait pas toujours eu la patience, et même si au final elle parvenait à résoudre les affaires, bien souvent elle passait à côté de nombreux indices qui aurait pu constituer un dossier béton ou bien résoudre la chose bien plus tôt. Elle avait donc apprit à devenir patiente, à attendre que les choses se passent pour en récolter toute l'essence. Elle avait apprit à faire un travail de fourmi.

Une nouvelle fois l'hydre parla d'un langage bien étrange, pour la femme ce n'était que du charabia pratiquement, il n'y avait aucune sonorité qui lui rappelait un langage et Torn termina de confirmer des suspitions.

-Si c'est un langage ancien on devrait appeler des spécialistes, et encore, je ne suis même pas sûre qu'ils aient des informations. Puis ça m'inquiète aussi, je n'ai pas envie qu'on les bouscule car ce n'est pas une espèce récente, car il a un dialecte ancien que l'on voudrait étudier.
Elle posa sa main sur son front, se gratta le haut de la tête, la suite des événements étaient encore plus un casse-tête que maintenant.

-Puis, ajouta-t-elle, même si maintenant c'est impossible, parfois on a de vrais charognards qui veulent tout maintenant, et même si ces dragons allaient bien ils seront harcelés, encore et encore. Il va falloir que j'appelle Maître-lame Esdeath. Il faut que l'on fasse en sorte que cette affaire reste le plus couverte possible, même si... Les médias sont des rapaces.
Son regard se porta sur les quelques fourgons pleins de caméras, de présentateurs. Dans leur globalité, ils n'étaient pas dérangeants, elle savait faire avec, mais la rapidité avec laquelle ils se tenaient sur les lieux avait quelque chose d'agaçant.

Pour aider la femelle de fer, la capitaine avait appelé des boucheries, afin qu'on leur apporte de la viande, celle-ci ne tarda pas à arriver, et on la plaça au centre de la bâche. C'était l'histoire du bâton et de la carotte, sauf que l'on utilisait de la viande et que l'on refusait d'utiliser le bâton.
Il fallait aussi inventer des hélicoptères non bruyant, car le vacarme était pratiquement assourdissant, et les choses ne seraient pas non plus facile une fois dans la bâche : celle-ci allait se relever aux quatre coins, sur certains dragons cela leur donnait l'impression d'être enfermé et pouvait être assez angoissant, surtout pour ceux ayant l'habitude d'être en total liberté. Le trajet ne serait pas long, mais pendant tout le temps il faudrait rassurer, ou alors détourner l'attention à coup de morceaux de viande, afin que le dragon ne cherche pas à sauter du voile. C'était une possibilité très peu rassurante, mais une possibilité tout de même.
Aller Torn, c'est très bien ce que tu fais, c'est mieux que le pousse, là tu le mets en confiance, ou tu les mets en confiance, tu n'auras pas à monter dedans après ne t'en fais pas. Mais on volera à côté, tu seras la présence rassurante.

Rassurante. Quand on voyait la dragonne ce n'était parfois pas le premier mot venant à l'esprit, mais si l'hydre voyait en ce faux mâle un comparse, alors il était plus que nécessaire de s'engouffrer dans cette brèche. Il fallait dégager l'axe routier, et mettre cet être en lieu sûr, au calme et dans un endroit où il pouvait voir plus de vert que le gris du bitume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-troisieme-dragon.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Réveil   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Réveil
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un réveil difficile - Terminé
» Le réveil du chat
» Honor's Veil : les phoenix !
» Le réveil [Boule Epineuse]
» Un réveil difficile et un nouveau point de départ. [Libre à un membre de Fairy Tail]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Troisième Dragon :: Argeya Centre :: Alentours Cylnaes-
Sauter vers: