Une île qui vous surplombe depuis les cieux, où dragons, Hommes, bêtes fantastiques et technologies se côtoient, c'est cette île qui vous attend, cavalier.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [D1] Incident [Post scénario]

Aller en bas 
AuteurMessage
Maître du Jeu
Destin
avatar

Messages : 77
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 99

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: [D1] Incident [Post scénario]   Ven 12 Jan - 22:44

[Ce sujet est un post scénario. Il n'y a pas obligation de répondre en dessous, il sert simplement a décrire un événement et une ambiance à l'instant T. Vous pouvez créer votre propre sujet en prenant en compte les événements de ce post par exemple.]




La fête battait de son plein. Entre habitués et nouveaux clients, tous restaurants, qu'ils soient temporaires ou permanents, qu'ils fassent de la grande cuisine, de la cuisine familiale ou de la nourriture à emporter, écoulaient leurs stocks avec facilité. La plupart faisait salle pleine, pourtant, il semblait toujours pouvoir y avoir plus de monde dans les rues.
Le roi était reparti depuis un moment, après avoir parlé aux journalistes, pourtant, ces derniers occupaient encore la place, beaucoup plus libre à présent. Les gardes s'étaient dispersés, et des ouvriers étaient déjà occupés à démonter l'estrade, aidés de deux dragons robustes chargeant les morceaux dans une large benne. Sur la place restait aussi un bon nombre de personnes, cherchant un endroit ou s'asseoir pour manger, ou seulement flânant dans les environs. Un marchand de glace s'était installé, vendant à tour de bras des glaces au prix légèrement augmenté pour profiter de la chaleur de ce mois d'été.

Dans les coins plus reculés de la ville, même les commerces underground tournaient au ralenti, à cause de la grande présence de l'armée dans la ville. La générale de la premier division Maria Esdeath en personne, en charge du canton de Cylnaes, avait envoyé d'avantages de troupes pour assurer le bon déroulement de cette fête, importante en terme de symbole, car étant la première véritable fête après les années de guerre. Et sans doute que la forte présence des soldats n'était pas dénuée d'intérêt, voulant montrer à la population que l'armée veillait toujours.

Alors que rien ne semblait pouvoir arriver, une courte plainte larmoyante résonna soudainement au-dessus des rues, couvrant le bruit de la foule, cette dernière baissant soudainement d'un ton. Pendant quelques secondes, toutes les têtes se tournèrent vers le ciel, cherchant l'origine de ce bruit. Des murmures montèrent dans les conversations, et à peine quelques secondes après, un fracas retenti. Comme si quelque chose de massif venait de rentrer dans un mur de béton.
Au-dessus du boulevard de l'Alma, l'une des plus importantes rues menant à la place où le roi avait fait son discours, un dragon rouge venait de rentrer de plein fouet dans la façade d'un immeuble, ébranlant celui-ci au point qu'une fissure apparue le long de l'un des coins. Le corps du grand reptile dévala la distance le séparant du sol, les pointes de son corps brisant plusieurs vitres de l'immeuble et détruisant quelques petits balcons en passant. Dans la rue, tout les clients des bars se levèrent précipitamment de leurs terrasses avec des cris effrayés, et les passants s'écartèrent du trottoir en courant, la plupart reculant ou se mettant à courir pour s'éloigner la zone ou le dragon chutait.

Le grand reptile s'écrasa violemment au sol, aplatissant la devanture d'un pub ainsi que les chaises et les tables se trouvant dessous. Avec lui tomba une pluie de morceaux de verres et une multitude de débris, soulevant un nuage de poussière. L'immeuble était toujours debout, mais sa façade d'un beige sale était maintenant couverte de traces griffues et la plupart de ses balconnets avaient été emportés, complètement ou partiellement. Puis, après les crépitements des derniers fragments tombant sur le sol, la poussières se dispersaient lentement. Les voitures de la route étaient toutes immobilisées, leurs conducteurs ouvrants leurs portières. Parmi la foule, des toussotements, des murmures, quelques cris de personnes cherchant un proche perdu dans l'affolement.

Le dragon rouge était à terre, sur le flanc, ses écailles ternies de poussière grise. Il s'agissait apparemment d'un dragon commun, et personne n'osait l'approcher, encore hébétés par ce qu'il venait d'arriver, même si la capitale comptait de nombreux dragons la survolant, ce genre d’événement demeurait très rare. Surtout en temps de paix. Le reptile n'avait pas l'air de saigner, ni d'avoir d'importantes blessures sur le corps. Ses ailes étendues autour de lui étaient agitées de légers tremblements. Il n'était pas totalement inconscient, mais sans doute beaucoup trop sonné pour pouvoir bouger, et émettait quelques petits gémissements de douleur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikari
Admin
avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 19

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: [D1] Incident [Post scénario]   Mer 21 Mar - 9:16

Les rumeurs s'étaient propagées rapidement, une traînée de poudre prenant feu, et tout ceci jusqu'au château, jusqu'au palace du roi, mais surtout jusqu'aux oreilles du grand dragon blanc. Ses yeux rubis scrutaient la ville, cherchant le quartier de l'incident, puisque de la même manière que le téléphone arabe, un jeu courant dans les maternelles, les rumeurs disaient tout et rien. Pour le dragon s'était fait arracher les ailes, pour l'autre sa queue était tombée, comme pour certains lézards, Arashi ne savait point si l'autotomie était possible chez les dragons, peut-être chez certaines espèces.
Il ne savait point où sa cavalière pouvait se trpiver, peut-être était-elle déjà sur les lieux, où partie il ne savait où. Dans un cas comme dans l'autre cela lui était bien égal, la vouivre géante avait l'habitude d'être séparé de la jeune femme, notamment depuis la fin de la guerre. Ils ne vivaient pas ça comme la même chose qu'une rupture entre humains, ils se sentaient peut-être un peu plus libres par moment, chacun faisant le travail les incombant. Zéro travaillait pour le roi, mais elle n'arrêtait pas pour autant ses activités de mercenaire, parfois elle avait besoin de lui, et de nouveau ils se battaient côte à côte, protégeaient des individus trop faibles, trop chétifs, ou alors des dragons de compagnie, qui rapetissaient sous le coup de la domestication. Quant à lui il restait en haut de la plus haute tour du domaine, où il partait des jours, voire des semaines dans les terres de l'île flottante, à errer. Il ne savait pas si c'était la vieillesse qui l'affectait, il avait encore une certaine fougue, et il ne se sentait pas si vieux pour son âge, il avait peut-être deux voire trois milles ans à vivre encore. Mais il se sentait vide, las et blasé. Rien d'excitant ne venait perturber sa vie qui ressemblait à la vie d'une vieille personne : ennuyeuse, fade, grise. Dans un sens, la guerre lui manquait, l'activité physique intense, le risque de se tuer à chaque instant. Tout ceci lui manquait. Ce fut pour cette raison qu'Arashi déploya ses ailes, grandissant son ombre qui recouvrait les beaux jardins du roi. Puis, d'un seul battement, puissant, libérant une énergie qui fit plier les arbrisseaux , s'envoler les quelques feuilles qui étaient tombées -heureusement que l'automne n'était pas là, sans quoi les jardiniers auraient râlé- son vol était brut, légèrement désorganisé dû à ses ailes engourdies. Encore une preuve d'une vie fade, trop calme. Mais il espérait que cet événement réveille celui qui s'était endormi en lui, réveille de nouveau sa fougue, sa fureur et sa force.

Une légère fumée s'élevait du lieu de l'accident, une colonne de poussière à cause des gravats, des particules de ciment qui se faisaient soulever et porter par le vent. Une partie du bâtiment était ouvert comme une bouche étonnée, il s'était vu éventré sur un étage au moins, laissant apercevoir un salon, une salle de bain et sûrement d'autres salles qui se voyaient salies par les décombres. Personne ne semblait avoir été blessé gravement, plus de peur que de mal au final. Une foule de curieux s'était formée, qu'ils soient humains ou dragons, ils surveillaient les gestes du reptile qui se tenait à terre, cherchant péniblement à se relever. Il semblait sans force, aussi faible qu'un nouveau-né. Arashi était sûr de ne pas avoir remarqué de grognements, de sonorités ni d'utilisation d'un quelconque pouvoir signifiant une bataille. Ses sens ne pouvaient pas le tromper, il en était certain.
Comme d'autres dragons la vouivre blanche se posa sur l'un des toits, son grognement sévère permit de faire s'écarter les curieux, laissant apparaître un reptile qui peinait à se relever. Loin d'être qualifié dans les médecines, certains dragons avaient des dons de guérison innées, parfois il s'agissait de pouvoir, d'autrefois il s'agissait aussi d'espèce ayant vécu dans des zones forestières, connaissant les plantes médicinales. Lui avait vécu par-ci et par-là, actuellement dans les pics où l'orage grondait toujours, et où les éclairs zébraient les sombres nuages sans jamais s'arrêter. Les plantes ne vivaient pas en haut des pics, les conditions y étaient trop peu favorables, et la vouivre blanche n'était pas dû genre à se soigner avec des plantes. Tout ce que pouvait observer le dragon était la faiblesse de son comparse, son manque d'énergie à un point tel qu'il ne pouvait se relever. Pourtant sur son corps aucune trace de blessure, en dehors d’égratignures et autres sûrement dues à sa propre chute. Pour Arashi il n'y avait aucune information, rien qui pouvait expliquer sa faiblesse.
Il ne parlait pas, mais son regard flamboyant semblait voir au travers des écailles du déchu. Lui ne pouvait rien faire, il surveillait les cieux, attestaient de sa présence.
Mais au final il était las de faire un travail de gendarme. Arashi était un dragon, une vouivre forte, mais il se sentait régresser. Cela l'ennuyait, tout comme ce faiblard l'ennuyait aussi. Il perdait de sa splendeur, de sa superbe. Sa force s'évanouissait lentement. Ainsi Arashi était désireux d'une nouvelle guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-troisieme-dragon.forumactif.com
Crayon
Admin
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: [D1] Incident [Post scénario]   Jeu 29 Mar - 13:02

Sur le chemin de son « presque rendez-vous », Elesis avait pu entendre le boucan qu'avait le reptile en défonçant la façade de l'immeuble. Si bien que rangeant la remise des informations à plus tard – de toute façon, c'était elle qui décidait toujours de venir ou non – la jeune femme fit un détour pour aller voir ce qu'il se passait. Dans son cas, sa curiosité n'était pas un si mauvais défaut, elle la poussait à aller toujours voir plus loin dans ce qu'elle pouvait dénicher ou observer. Un dragon qui s'écrase au sol pile le jour du discours du roi ? Était-ce juste une coïncidence ou quelqu'un avait prévu quelque chose ? Si elle avait un credo, ça serait que les coïncidences en sont rarement.

Elesis ne s'approcha pas trop près, mais préféra rester à l'écart, appuyée contre le mur gris d'une ruelle adjacente. Elle observa les passants curieux venir voir ce qu'il s'était passé, et les soldats patrouillant dans le coin se précipiter pour venir gérer la situation. De loin, elle pouvait regarder le dragon rouge tenter plusieurs fois de se remettre debout, ses pattes tremblaient légèrement, et il semblait ne plus pouvoir bouger ses ailes, au lieu de les replier, elles traînaient de chaque côté de ses flancs. L'une d'entre elle avait même glissé à l'intérieur du bâtiment, encombrant l'entrée du pub qui venait de perdre non seulement ses tables extérieures, mais aussi sa vitrine. Les quelques clients encore à l'intérieur se pressèrent de sortir, et n'ayant pas trop le choix, devaient marcher sur la membrane au sol pour gagner le trottoir, n'ayant pas attendu que les serveurs leur indiquent la sortie par derrière le bâtiment. Le reptile ne sembla qu'à peine s'en rendre compte, il soufflait comme s'il était essoufflé.
La jeune femme examinait attentivement les attitudes des personnes présentes, essayant de déterminer si quelqu'un semblait différent, si quelqu'un ne semblait ni confus mais tout aussi observateur qu'elle. Plusieurs hypothèses défilèrent dans sa tête, concernant toutes les informations qu'elle avait, mais ne voyait pas quel avantage cela pourrait procurer. Par la même occasion, elle repéra l'un des « donneurs de tracts » qui sévissaient durant les grand événements. L'homme était d'une apparence affreusement banale, mais il regardait et pianotait sur son téléphone avec une nervosité non dissimulée. Peut-être souhaitait-il savoir ce qu'il se passait en tentant de contacter ses supérieurs ou un collègue. Quoi qu'il en soit, il n'était pas très discret et risquait de se faire repérer s'il continuait à paraître autant sur les nerfs sans pour autant avoir l'air de s'intéresser à l'incident non loin. Par réflexe, elle se tassa un peu contre le mur lorsque le dragon blanc de l'un des gardes royaux se posa en hauteur, et regarda les environs pour savoir si sa cavalière n'était pas dans le coin, se faire voir par un garde royal était bien l'une des dernières chose qu'elle souhaitait. Après tout, si jamais un jour elle faisait une erreur, peut-être que l'un d'eux aurait pour ordre de l’exécuter silencieusement. Curieuse de connaître la suite des événements, Elesis se croisa les bras, observant en coin qui allait se pointer pour gérer l'incident.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Destin
avatar

Messages : 77
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 99

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: [D1] Incident [Post scénario]   Jeu 29 Mar - 13:03

Après plusieurs tentatives pour se remettre debout, le dragon rouge avait finalement posé sa tête sur le sol, restant couché à terre, sans aucun autre mouvement que sa respiration. La situation sembla s'être plus ou moins stabilisée. Une ambulance venait d'arriver sur les lieux, bien qu'ayant aucun blessé grave à traiter… mis à part le dragon rouge, mais ce dernier fixait les personnes autour de lui avec un air décourageant quiconque de s'approcher. Alors que la circulation était bloquée, que les automobilistes ne trouvaient rien de mieux à faire que klaxonner, une voiture blanche assez banale aux vitres teintées força le passage au point de rouler sur le trottoir, et provoquer l'agacement des badauds venus voir ce qu'il se passait.
L'un des soldats s'approcha de la voiture lorsque celle-ci s'arrêta, lui faisant signe de reculer, et alla s'adresser au conducteur lorsque la portière s'ouvrit.
– Hé, vous ne pouvez pas vous arrêter….
L'homme se figea lorsque la conductrice descendit. Bien qu'ayant une voiture absolument banale, sa propriétaire était tous sauf banale.
– M-m-m-maître-lame Esdeath…
La générale de la première division Maria Esdeath referma la portière d'un coup, tandis que tous les soldats présents se mirent au garde-à-vous. Elle était en uniforme, son uniforme blanc reconnaissable, avec son grade sur l'épaule, même sa casquette de militaire sur la tête malgré la chaleur de juin.

Un léger souffle de surprise passa sur la foule, et un homme dégaina même son téléphone portable. Il était en effet rare qu'un général de division en personne se déplace dans une ville, d'habitude ils se déplaçaient hors des grandes villes ou géraient leurs affaires depuis leurs habitations. Et encore plus rare de voir la générale Esdeath être dans la capitale malgré qu'il s'agissait de l'un de ses canton à charge. Il était de notoriété publique qu'elle n'aimait pas les foules, et encore moins avoir à faire à la presse.
Mais à peine l'homme avait-il commencé à filmer que la générale tendit son bras vers lui, et du bout de son index, sortit une fine pointe de glace fila aussi rapidement qu'une balle, et alla transpercer l'appareil de l'homme. Elle s'arrête juste devant son nez.
– Je vous conseille de ranger ça.
La petite pointe de glace se brisa lorsqu'elle baissa le bras, et tout ceux ayant commencé à sortir leurs téléphones les rangèrent immédiatement, tandis que l'homme bredouillait des excuses avec un regard attristé devant son téléphone hors d'usage. Malgré sa casquette bien enfoncée sur sa tête, dont la visière masquait légèrement ses yeux, on voyait clairement que la générale n'était pas là pour s'amuser. Elle semblait même particulièrement énervée. Sa colère ne communiquait que par ses yeux, ses gestes et sa démarche restaient parfaitement professionnels.

Maria Esdeath leva légèrement le coin de sa casquette militaire, jetant un œil au dragon blanc posé en hauteur, avant de s'en détourner pour marcher vers le reptile rouge. De même que son évitement des foules, sa profonde désapprobation concernant l'existence des gardes royaux était aussi relativement connue, pour ceux dans le milieu.
Elle s'arrêta à côté du dragon rouge, qui l'a fixait d'un air hargneux, utilisant ses maigres forces pour retrousser ses babines et exposer ses crocs luisants. Elle le fixa quelques instants en plissant légèrement les yeux, l'air concentrée.
Puis, la générale se tourna d'un geste sec, parcourra la zone des yeux, et s'adressa à l'un des soldats présents d'une voix forte.
– Où est votre capitaine ? Dites-lui qu'elle a deux minutes pour se présenter ici, ou elle passera le reste de sa carrière au stationnement ! Et faites-moi circuler ces civils ! Je veux une rue dégagée !
Elle ne fit aucun geste superflu pour ponctuer ses paroles, le ton de sa voix suffisait à faire comprendre qu'il ne valait mieux pas la faire attendre.
– À-à vos ordres, Générale !
Les soldats s'exécutèrent, et tandis que l'un d'eux sortait son téléphone pour tenter de joindre sa supérieure, les autres commencèrent à gérer les civils trop curieux, en les repoussant, les convaincant de partir, de retourner à la fête, et marcher entre les voitures en faisant des signes pour débloquer la circulation.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikari
Admin
avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 19

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: [D1] Incident [Post scénario]   Sam 7 Avr - 14:35

Cette femme était exécrable, tout comme l'était sa dragonne. La vouivre blanche regardait cette dame de haut, un air de dédain qui faisait danser une lueur dans son regard rubis. Au-delà de la haine grandissante qu'il vouait aux Hommes Arashi ne supportait réellement pas celle-ci. Mais c'était de bonne guerre, elle ne les aimait pas non, pour elle ils étaient inutiles mais à côté de ça elle avait oublié qui avait protégé le roi avant qu'il ne monte au trône. Qui l'avait soutenu lors du coup d'état. Qui avait cru en lui et en ses idéaux avant même le début de la guerre contre Vulcain.
Je ne te conseille pas de lui dire quoique ce soit.
Zéro...

La cavalière avait l'impression que sa pensée avait un air railleur, de mépris alors qu'elle sentait flamboyer en lui la rage et la colère. Mais comme à son habitude il se contenait et sur le plan physique en dehors de sa grandeur rien ne pouvait être vu.
Je me passerai de remarques pour cette fois. Mais qu'elle prenne gare. La prochaine fois ne lui échappera pas.
Avant qu'elle n'est pu dire quoique ce soit d'autre, le dragon rompit le contact mental, fermant son esprit. Puis, pour ne pas seulement faire l'observateur, la vouivre qui maîtrisait l'électricité lança de légères gerbes bleutées sur les individus osant marcher sur la membrane de l'amas rouge qui n'avait même plus la force de se relever. Même si ce dernier n'avait pas l'air de le ressentir il n'était pas non plus nécessaire d'abîmer la membrane d'une aile déjà fragile. Les derniers clients restèrent pétrifié face aux autres individus qui se prenaient une petite décharge, et lorsque l'électricité ne parvenait pas à toucher sa cible au lieu de venir heurter le dragon rouge elle s'évanouissait comme si elle n'avait jamais existé. Le regard sévère de la vouivre termina d'achever les clients qui baissèrent la tête, honteux de leur acte, se disant qu'au final ils auraient dû attendre les instructions au lieu de céder à un sentiment de panique ou simplement de conformisme en suivant les autres comme des moutons.

Enfin Arashi étendit ses ailes, puis grâce à ses puissantes pattes et grâce à ses ailes fortes il put s'élever dans les cieux, son travail était terminé, du moins dans l'immédiat. Il sentait au fond de lui qu'il allait encore avoir à faire avec cet événement, et tapis dans ses entrailles quelque chose remuait, un sixième sens qui l'alertait du danger. Il sentait que ce dragon ne serait pas un cas isolé, et que sûrement dans les jours, peut-être les semaines voire les mois, une chose plus importante arriverait. Il ne se sentait pas inquiet pour autant, cependant le dragon devenait peu à peu méfiant. Il attendrait les premiers rapports médicaux.
Même s'il trouvait toujours que les dragons devenaient assagis par les Hommes et qu'il voulait couper les liens qui les unissaient aux humains, au moins assez pour que cela redevienne rare comme par le passé, il ne voulait pas non plus laisser l'un des siens dans le besoin. Ou peut-être était-ce sa curiosité, son désir de savoir, ou encore l'amusement, l'excitation d'une nouvelle activité douteuse et mystérieuse. Enfin quelque chose de passionnant, pas comme les dernières années de paresse qu'avait subit l'île d'Argeya.


---

La dispute était réellement grotesque, d'une idiotie sans pareille, pourtant la capitaine gardait son calme, tentant de calmer les deux parties. Dans tous les cas, Aska était toujours très calme, son sourire sur son visage ne montrait ni agacement, ni colère. Rien d'autre que le fait qu'elle était une bonne oreille, prête à écouter et à trancher entre les deux individus. Le premier, le gérant d'une petite échoppe ambulante accusait le second d'être sur son emplacement, tous les deux avaient fini par se hurler dessus, ne s'écoutant plus à force de fatigue et du fait qu'au final ils voulaient juste faire leurs affaires, faire du profit, du bénéfice.
-Bien au lieu de nous prendre tous la tête, commença calmement la jeune femme, et si vous me montriez vos droits d'être ici ?
Les deux individus se regardèrent, soudainement aussi doux que des agneaux, et peut-être même un peu idiot de ne pas y avoir pensé avant par eux-même. Les deux hommes cherchèrent dans leur sac, puis tendirent finalement à la placide capitaine leurs papiers. C'était au moins déjà ça, tout était en règle. Elle espérait simplement que ce n'était point une erreur administrative, sinon elle subirait leur courroux et il y aurait plusieurs heures de pertes, voire tout le temps de la fête le temps de départager et de trouver une nouvelle place à celui qui n'avait pas eu la chance de pouvoir garder son emplacement. D'un coup d'oeil rapide Aska regarda les papiers de chacun, et rapidement elle comprit l'erreur de l'un. De leur côté, les deux marchands regardaient d'un air perplexe cette femme lire malgré ses yeux bandés. Il était vrai que le ciel était d'un bleu intense, le soleil n'avait aucun soucis pour étendre ses rayons puisque aucun nuage ne venaient atténuer leur route. Mais par conséquent les yeux fragiles de la femme souffrait de tant de lumière, elle préférait plus la pénombre même si elle aimait beaucoup les jours de soleil où elle bronzait sur les plages durant ses vacances, bien qu'elle devait aussi se recouvrir d'une tonne de crème solaire car sa peau ne voulait pas bronzer, préférant rester aussi translucide qu'un fantôme !
-Monsieur votre place est sur la rue Miroï, le dragon de Celtius, et non pas Miroyes, un humble poète du règne de Cylnaes. Ce n'est pas très loin d'ici, à cinq minutes de marche à peine je dirais.
Sa voix douce et calme était compréhensive. Les erreurs pouvaient arrivées, ce n'était pas une fatalité en soit. Les deux s'excusèrent et remercièrent la capitaine qui les laissa ensuite seuls, son téléphone n'arrêtait pas de vibrer depuis trois bonnes minutes, lorsqu'elle décrocha elle n'eut à peine le temps de parler qu'on l'interrompit pratiquement immédiatement :
-Capitaine As...
-C-C-Capitaine ! Venez vite !! Elle, elle, euh madame la générale est là !
-Calmez vous soldat, tenta de rassurer Aska mais sans grand succès à toute évidence, et dites moi dans quelle rue êtes-vous ?
-Boulevard de l'Alma, au niveau du pub « Le dragon d'or », dois-je vous faire parvenir un véhicule ?
-Non merci, ça ira. J'arrive rapidement.
Avant que le soldat n'est pu être rassuré elle raccrocha. Cette femme, elle l'admirait tout comme elle la craignait. Même si Aska avait pu faire ses preuves et continuait d'assurer ses fonctions, avec cette femme cela ne semblait jamais assez. Il fallait toujours qu'elle soit présente partout. Bien sûr qu'elle le devait mais elle réglait aussi d'autre chose avant. Mais en même temps elle avait beaucoup d'admiration envers cette femme qui s'était fait une place dans un univers d'homme. Enfin, Aska avouait qu'elle aurait préféré le général Klaus Gottfried, mais... elle avait aussi un petit faible pour cet homme aussi. Ce n'était pas un amour passionné, mais il avait quelque chose d'attirant, mais bon, elle avait passé l'âge des amourettes, et dans les faits Aska attendait que l'amour lui tombe plus dessus.

Elle avait hélé un taxi pour qu'il l'amène dans la rue voulu, ce fut assez rapide et de ce fait pas très cher payé. Heureusement que les rues où circulaient les véhicules n'étaient pas aussi pleine que celle du centre-ville qui était de toute manière très piéton. Lorsqu'elle arriva sur place, elle fut très surprise par la situation, mais ne se laissant pas déstabiliser elle donna ses premiers ordres qui furent de protéger la zone et de faire reprendre leurs activités aux individus. Ses soldats s'activèrent, délimitant par des bandeaux la zone, d'autres commencèrent à prendre des photos autant des dégâts que du dragon blessé. Après avoir donné ses instructions la capitaine s'approcha de la générale pour la saluer :
-Générale et maître lame Esdeath.
Puis elle appela l'une de ses soldats inoccupée, lui demandant quelles étaient les informations qu'ils possédaient. La femme lui conta alors le dragon rouge avait chuté sans que l'on sache réellement pourquoi, qu'aucune trace de lutte n'était présente, pouvant signifier -mais cela n'excluait pas la possibilité- qu'il n'y avait pas eu d’altercation. Elle expliqua aussi qu'il n'y avait pas de blessé en dehors de blessés légers mais que sur le plan matériel c'était un peu plus mitigé avec un pan d'immeuble effondré, des vitrines brisés et la chaussée endommagée.
La capitaine regarda le dragon qui les regardait d'un air si faible qu'elle se demandait s'il pouvait les voir, ce n'était pas son rôle de soigner les blessures, mais plutôt celui des unités médicales pour dragon, ce qu'elle devait faire était d'interroger la victime mais elle conclue qu'il n'était pas dans un état assez stable pour commencer des questions, et des individus s'occupaient déjà de lui. Si seulement sa dragonne était plus sociale, elle aurait peut-être pu avoir des informations... Ah, elle l'aimait beaucoup mais ce n'était pas tous les jours facile et au final dans son travail c'était comme ne pas avoir de dragon. Enfin bon, des gens faisaient bien sans, elle aussi !
-Quelqu'un sait-il où est le cavalier de ce dragon ? Et qui est-il ?
Mais personne de sa caserne ne sut répondre, et elle leur ordonna de se remettre à travailler et à quelques-uns d'aller interroger les individus qui s'étaient gentiment fait déplacer, elle appela aussi à la caserne pour demander à ce que l'on regarde dans les fichiers si l'on ne trouvait pas le cavalier d'un dragon commun rouge, son interlocuteur lui indiqua que la piste était bien trop vague mais Aska s'en ficha, lui disant qu'elle voulait quand même les listes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-troisieme-dragon.forumactif.com
Maître du Jeu
Destin
avatar

Messages : 77
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 99

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: [D1] Incident [Post scénario]   Sam 7 Avr - 18:47

Alors que l'agitation continuait autour d'elle, la Général restait d'une apparence parfaitement calme, même lorsque la vouivre blanche décida de menacer les citoyens avec des gerbes d’électricité. La tête ben droite, elle semblait observer attentivement la foule ainsi que les soldats, comme si elle cherchait à y déceler quelque chose. Peut-être était-ce simplement un réflexe de militaire, qui pouvait le savoir.
Comme le voulait le protocole, Esdeath rendit son salut militaire à la capitaine lorsque cette dernière arriva. Énervée par une raison encore inconnue et à cause de son tempérament à n'accepter que la droiture parfaite, la Générale fit tout de même une remarque.
– J'ose espérer qu'il ne faille pas qu'un Général se déplace pour vous demander de venir faire votre travail, capitaine. Surtout lorsqu'un incident tel que celui-ci se produit.
Mais après tout, il fallait au moins un caractère comme cela à une femme pour réussir là ou les hommes avaient déjà posé leurs règles, qu'elles soient tacites ou non.

Se tenant droite, les bras croisées dans le dos, Maria Esdeath observa en silence la capitaine prendre le relais des opérations, écoutant le rapport du soldat sur la situation en même temps qu'elle. Ce rapport, bien que finalement une liste des choses encore inconnues, sembla l'intéresser au plus haut point. Puis, vint la question de savoir d'où venait ce dragon rouge, et lors des interrogations de la capitaine, Esdeath attendit qu'elle ait terminé d'appeler ses services d'information à la caserne pour prendre la parole, s'adressant directement au capitaine Niflheim.
– Inutile de continuer vos recherches, la dragonne ici présente se nomme Terian-zuù, sa cavalière n'est nulle autre que ma personne.
Elle sembla vouloir ajouter quelque chose, mais se tut d'elle-même en voyant une camionnette arriver. Un véhicule avec le logo d'une chaîne de télévision bien connue venait de s'arrêter juste à la limite tracées par les soldats.

Ainsi, la Générale prit une courte inspiration, continuant à s'adresser au capitaine, mais d'une voix un peu plus sévère.
– La dragonne ici présente a simplement perdu l'équilibre de son vol après avoir abusé de la fête en cours. Aucun besoin de s'occuper de son bien-être, elle se remettra et repartira d'elle-même dans quelques heures. De plus, en tant que sa cavalière, je peux vous assurer de son caractère sauvage, j'interdis donc tout contact ou interaction avec elle, de quelle que nature que ce soit. En attendant, nous bouclons la rue et relogerons les familles dont l'habitat à été abîmé durant l'entièreté des travaux. L'armée prendra en charge une partie du coût de la reconstruction, en concours avec les assurances.
Une fois ce discours terminé, la Générale marqua une légère pause, s'avançant d'un pas pour se placer en face de la capitaine, assez proche, baissant le ton de sa voix, de manière à ce qu'uniquement Aska ne l'entende.
– Ce sont les informations que vous déclarerez, capitaine. Veilliez à en informer vos lieutenants... et d'autre part...
Esdeath releva légèrement la tête, fixant durement son interlocutrice sous la visière de sa casquette.
– … vous cesserez toute enquête concernant l'incident d'aujourd'hui. J'espère avoir été claire.

Elle jeta un œil aux journalistes, armés de caméra et de bloc-note, qui commençaient à sortir de leur camionnette. Une autre voiture s'arrêta, cette fois-ci, représentant un journal local. Avec le discours du roi et la fête, il n'était pas étonnant qu'autant de médias soient de sorti pour couvrir l’événement.
– Générale ! Capitaine ! Un mot pour la presse ?
Plusieurs journalistes faisaient des signes en espérant pouvoir obtenir des informations. L'un d'eux, tenant un appareil photographique, flasha en direction des deux militaires gradés, ce qui eut l'air d'agacer la Générale, qui émit un court « tss », qui ne semblait pas avoir l'envie d'avoir à faire avec la presse. Pendant un petit instant, elle examina son interlocutrice d'un air strict, comme si elle délibérait. Mais nullement déconcentrée, elle donna ces derniers ordres, toujours à destination de la jeune femme en face d'elle.
– Par ailleurs, je vous prierais de vous rendre dans mon bureau, au quartier général de l'armée, immédiatement après la fin de votre travail ici. Je vous y attends dans les plus brefs délais. Ceci est une convocation prioritaire, ainsi qu'un ordre, capitaine.
Puis, elle se mit au garde-à-vous, salua sa collègue d'un geste militaire.
– Rompez !
La Général Esdeath se dirigea ensuite vers sa voiture blanche. Mais en passant près de la dragonne, d'un seule geste de la main, en quelques secondes, elle forma une barrière de glace en arc-de-cercle, tout autour de la dragonne rouge. Une barrière hérissée de pointes serrées, pointées en diagonale, si bien qu'il faudrait au moins grimper sur le toit d'une voiture pour réussir à sauter par-dessus. Si bien que les quelques secouristes s'étant approchés reculèrent rapidement. On pourrait supposer qu'il s'agissait d'une démonstration physique de son ordre de ne pas approcher la dragonne. Cette dernière cependant, en voyant la glace se former, ferma les yeux, et bougea lentement sa tête pour venir la poser à la base de la barrière, avec un râle de soulagement, comme si la fraîcheur lui faisait du bien. La dragonne rouge sembla même s'endormir.



Après avoir géré cette affaire, et une fois repartie dans sa voiture blanche en laissant la chef de caserne s'occuper de la partie « répondre à la presse » ainsi que le reste, la Générale se rendit directement au quartier général de l'armée, à l'ouest de Cylnaes. Cela faisait bien longtemps qu'elle ne s'y était plus rendue, tout comme les autres généraux, ayant leur propre bureau autre part, le plus souvent dans leur propre maison, souvent à l'écart des grandes villes pour éviter que leur adresse ne finissent par être publique.
Elle rentra sans difficulté sur la grande place devant le quartier général de l'armée, et alla garer sa voiture juste devant l'entrée. Lorsqu'elle entra, en la reconnaissant, les deux personnes à l'accueil se levèrent en la saluant.
– Générale Esdeath ! Je vais prévenir de votre arrivée...
Après leur avoir rendu leur salut, Maria Esdeath se pencha par-dessus le comptoir de l'accueil, appuyant sur la touche pour raccrocher le téléphone que venait d'empoigner la femme. Cette dernière l'a regarda d'un air surprit.
– N'en faite rien. J'attends une visite du capitaine Niflheim, et je ne veux être dérangée sous aucun prétexte. Lorsqu'elle arrivera, vous lui indiquerez mon bureau, et abrégerez les formalités de sécurité.
– T-très bien...
Sans rien préciser d'autre, la Général se rendit jusqu'à son bureaux, au second étage, ignorant les personnes qu'elle croisait dans le couloir qui la saluait. Bien qu'elle ne venait d'habitude jamais dans son bureau, ce dernier était parfaitement propre, nettoyé tous les jours, et bien rangé. Il était spacieux, mais terriblement sobre, sans aucune affaire personnelle, uniquement des meubles de travail rempli de dossiers. Dossiers dans lesquels elle alla chercher, pour en prendre un gris marqué du nom de « Niflheim Aska » ainsi que plusieurs chiffre, qu'elle consulta debout près de la fenêtre.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crayon
Admin
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: [D1] Incident [Post scénario]   Sam 7 Avr - 19:15

Le troupeau galopait à en perdre haleine, sautant entre les arbres et les racines dans le désordre le plus complet, pour tenter d'échapper à leur poursuivant, qui malheureusement pour eux, n'avait pas été aussi affamé depuis longtemps. Juste au-dessus des arbres, Torn suivait les cerfs, concentré sur les bruissements et les bruits de sabots tonnant sur la terre de la forêt, et surtout, guettant une ouverture. Si d'habitude elle appréciait que les proies tentent un peu de s'échapper, pour donner un peu de défi à la partie de chasse, en ce moment c'était une autre affaire. Cela faisait plusieurs semaines qu'elle n'avait rien avalé, et si elle arrivait à tenir assez longtemps sans manger, la limite commençait à se faire sentir. Alors, la dragonne avait juste envie de croquer tous ces herbivores d'un coup.
À l'instant ou l'un d'entre eux se retrouva dans une zone moins feuillue, Torn inspira et après une bruit de gorge grondant, envoya un crachat de plasma incandescent, en plein sur le mammifère. Ce dernier émit une sorte de râle en roulant sur le sol, et avant même qu'il puisse tenter de se relever, son agresseur venait déjà de meurtrir les arbres pour se poser lourdement à terre. Sans rencontrer de résistance, la dragonne attrapa sa proie et leva le museau vers le ciel, avalant tout le cadavre en un seul morceau. Ses crocs métalliques broyaient tout, que ce soit os, cornes ou sabots, il ne restait plus grand-chose de l’animal lorsqu’il glissait dans la gorge de la dragonne. En moins d’une trentaine de seconde, son repas était terminé. A quoi bon le faire durer lorsqu’on ne ressent quasiment pas le goût de la viande ni du sang ? Seul sentir ses crocs écraser le corps et entendre les craquements osseux lui donnait l’impression de manger quelque chose. Et c’était loin d’être satisfaisant. Après plusieurs jours de baignade dans les bassins de lave sans sortir du volcan, elle était affamée, cet herbivore n’avait été qu’un apéritif. Si bien que la dragonne n’attendit pas pour reprendre son envol et aller pourchasser le reste du troupeau.


Elle continua ce même manège jusque dans l'après-midi, si bien que tous les herbivores devait avoir déserté cette partie de forêt pour plusieurs heures. Mais ce fut l'estomac rempli que Torn reprit sa direction initiale, à savoir la capitale. Sa petite cavalière commençait à lui manquer, elle avait envie de la retrouver, de l’attraper entre ses griffes, de la serrer contre elle jusqu’à que ces petits os se brisent, un peu comme un petit enfant qui retrouverait son doudou favori après une longue séparation.
En s'approchant de la capitale, et en touchant l'esprit de sa cavalière avec le sien, elle comprit tout de suite que quelque chose s'était passé. Pas quelque chose de très grave, mais un truc. Oh, c'était vrai, les humains faisaient une fête aujourd'hui, ça expliquait le bazar qu'il y avait dans les rues. Torn évitait toujours de se poser sur le béton, vu sa carrure, ça finissait toujours par abîmer et après, c'était Aska qui devait s'excuser. Et autant dire que la dragonne de la capitaine en personne qui détruit la ville, ça la foutait assez mal.

Au lieu de s'approcher du lieu de l'incident, Torn fit de grand cercles autour, en poussant un rugissement sonore pour prévenir sa cavalière que « ça y est, je suis rentréééé ! ». Mais au lieu d'attendre que Aska ne l'a contacte – la dragonne préférait cela au lieu de lui parler mentalement dans son esprit, pour peu qu'elle soit en réunion ou en train de gérer une affaire complexe, ça pouvait surprendre et déconcentrer ! – cette fois, Torn s'incrusta dans l'esprit de la capitaine pour piocher dans ses souvenirs, tant pis si elle râlait ensuite, pour savoir ce qu'il se passait.
Un dragon qui venait de tomber dans la ville ? La dragonne des volcans n'avait pas vraiment d'idée sur le pourquoi du comment, d'habitude, il fallait qu'un dragon soit blessé pour qu'il en arrive à perdre l'équilibre de son vol au point de rentrer dans un immeuble. Quoi qu'il en soit, elle ne fit pas de commentaire... elle espérait juste qu'Aska n'allait pas lui demander d'aller interroger des dragons, Torn n'était pas très douée pour obtenir des informations de ses congénères tellement elle aimait les mener en bateau ou les embêter, elle en oubliait de poser les questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikari
Admin
avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 19

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: [D1] Incident [Post scénario]   Sam 7 Avr - 21:26

La froideur dont faisait preuve cette femme était égale à celle dégagée par son pouvoir. La comparaison était simple, mais terriblement exact. Néanmoins Aska ne se démontait pas, elle gardait un air sérieux tout en gardant son léger sourire qui signifiait « j'ai compris. D'accord, à vos ordre » tout en faisant fi de la remarque désagréable de la générale. Elle fut pourtant étonnée par la révélation sur le fait qu'il s'agissait de sa dragonne, mais elle fut aussi que très peu satisfaite par les explications. Non, pour elle ce n'était pas normal, ce n'était pas un simple déséquilibre. Mais c'était l'ordre, la générale voulait qu'elle fasse ceci. Aska ne pouvait pas désobéir, elle n'avait pas le droit, sinon cela consistait à de l'insubordination et ce crime pouvait aller très loin. Trop loin. Comme l'emprisonnement, ou pire, c'était comme trahir l'état en quelque sorte, surtout pour un capitaine envers son général. Elle eut des frissons rien que d'y penser.
Elle salua de manière très formelle la générale lorsque celle-ci s'en alla, et du s'écarter par la barrière de glace. Voilà un bien beau caprice... Aska comprenait le caractère plutôt sauvage de la dragonne, la sienne était plutôt pas mal dans son genre, ou elle aimait peut-être trop jouer avec les autres que cela donnait l'impression qu'elle était trop farouche ? Peut-être oui. Mais la générale empêchait tout de même de chercher des preuves, un déséquilibre ? Mais cela paraissait improbable voyons, enfin bref, Aska avait ses propres ordres à donner avant d'accepter une interview rapide pour clarifier les choses et tous les faire partir rapidement. La capitaine n'avait pas réellement de problème avec les caméras, elle n'était pas non plus trop à l'aise, et n'avait pas l'expérience d'un présentateur télévision, mais ça allait. Dans l'ensemble elle savait ce qu'elle avait à dire.
La capitaine Niflheim rappela la caserne, pour indiquer l'annulation de la recherche. Après avoir raccroché elle fit signe à la section médical qui du coup partait, puisque son travail avait été interrompu.
-Alphonse, Fried et Kirz vous pouvez arrêté. Vous avez relevé assez d'indices comme cela, mais l'affaire est classé. Vous pouvez reprendre vos activités et continuer la surveillance lors des festivités. Amandine, je vous donne la surveillance de l'endroit, laissez en place le bandeau tant que la dragonne ne se relève pas et qu'elle ne s'en va pas. Si elle a besoin de repos je veux qu'elle ne soit pas dérangé et que personne ne s'approche de la protection de glace. Arenn allez contacter les responsables des commerces pour leur signaler que l'armée remboursera une part des dégâts.
Elle termina de parler, essoufflée à force d'avoir donner ses ordres de manière rapide et efficace. Et enfin elle repéra le dragon rouge qui tournoyait dans les cieux. Elle était heureuse de voir que tout allait bien, cela lui faisait toujours plaisir de la voir, c'était rassurant, mais toutes les deux savaient que, au besoin, elles pouvaient toujours communiquer. Même si Torn le faisait rarement, pour une raison qu'Aska ignorait, elle le faisait tout de même de temps à autre... Comme là. Mais la jeune femme n'avait rien à lui cacher, et elle voulait même son avis sur le problème.
Tiens, ça faisait un moment, on revient faire la fête c'est ça ? Sinon, quelque chose me turlupine, mais que penses-tu de ce qu'il s'est passé ? On est d'accord qu'un déséquilibre, sans raison apparente, ça reste étrange non ? J'ai un rendez-vous avec elle, je vais y aller. Elle me file un peu les chocotte quand même. Elle arriverait à refroidir ton plasma mon vieille !
Comme elle ne savait toujours pas si son dragon était une femelle ou un mâle, elle avait pris tendance à lui parler en oscillant entre le masculin ou féminin, et parfois même elle faisait un petit mixte des deux. Le sexe de Torn lui importait peu, mais elle savait que ce-dernier aimait jouer sur le mystère de son sexe. Le dragon avait des allures de mâles, mais en même temps de femelle, c'était comme les espèces dont le dimorphisme sexuel était très faible, voire inexistant.
Je te laisse cinq minutes, le temps de répondre et ça sera bon.
Assurée, la capitaine s'avança vers le bandeau qui délimitait la zone, allant face aux caméras, les questions fusèrent, mais d'un air calme, armé de son sourire, elle leva la main droite demandant donc le silence.
-Cet incident n'est que le léger souci d'un déséquilibre en vol, commença-t-elle d'une voix très apaisante, puisque, comme vous le savez en période festive la ville attire plus de monde, dont des cavaliers avec leur dragon, cela peut donc entraîner des perturbations lorsque de nombreux dragons sont présents dans les cieux. Il n'y a donc pas lieu de s'inquiéter, de plus la cavalière est venue calmer cette dragonne qui prendra seulement quelques heures de repos avant de repartir. Les activités pourront alors reprendre à ce moment là.
Sur ce, elle fit volte-face, retournant à ses occupations, et une fois que tous les ordres furent donner -c'est-à-dire que cela lui pris seulement cinq minutes- puis elle annonça à sa dragonne qu'elle se rendait au quartier général de l'armée. Elle aurait pu demander à Torn mais préféra prendre un taxi, elle préférait voler sur de longues distances, histoire d'en profiter pleinement, elle n'avait pas envie d'écourter le plaisir.

Le taxi la déposa devant le gigantesque établissement, l'édifice était splendide et imposant, une beauté qui était utilisé par l'armée.
L'intérieur était très sobre, avec de nombreuses plantes pour donner un peu de couleur. La dame de l'accueil vint immédiatement à sa rencontre, reconnaissant tout de suite la capitaine de la ville Aska, ce n'était pas compliqué : un bandeau sur les yeux, des cheveux argents... Après une brève salutation elle conduisit la capitaine au bureau de la générale. Les couloirs étaient très professionnels, si tant soit peu que l'on pouvait qualifier un couloir de professionnel : les gens marchaient en tenant dans leurs bras des dossiers qu'ils transportaient d'un endroit à un autre...
Elle toqua doucement à la porte, sur laquelle était écrit « Générale – Maître lame Esdeath » et entra lorsqu'elle en reçut l'ordre. Prévoyante, et même si elle voulait faire confiance aux membres de l'armée, Aska garda tout de même le contact avec son dragon qui avait de toute manière toujours accès à son esprit, pour un « au cas où ». C'était sûrement de la méfiance, mais on ne pouvait pas faire confiance à tout le monde, et il y avait tellement de mystère que cela en devenait pratiquement douteux. Toutefois Aska ne laissa rien paraître : ses yeux étaient doux, et son sourire calme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-troisieme-dragon.forumactif.com
Maître du Jeu
Destin
avatar

Messages : 77
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 99

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: [D1] Incident [Post scénario]   Sam 7 Avr - 23:04

Lorsqu'elle entendit toquer à sa porte, Esdeath donna l'autorisation d'entrer avec un simple « Entrez » d'une voix neutre. Elle jaugea la capitaine, satisfaite sans le montrer de sa réactivité quant à répondre à la « convocation ».
– Bien, prenez place.
La Générale attendit que sa collègue referme la porte, et désigna le siège en face de son bureau. Après quelques secondes, elle ferma le dossier qu'elle consultait, avant d'aller le ranger dans l'un de ses tiroirs.
– Pardonnez mon empressement, capitaine, l'incident d'aujourd'hui a précipité certaines choses. Je serais donc concise. Comprenez que cette entrevue n'a rien d'officiel, tout ce qui se dira dans ce bureau ne doit pas en sortir, et dès que vous le quitterez, cette conversation n'aura pas existé. Ce dont je vais parler est de la plus haute importance, je sollicite donc toute votre attention.

Esdeath se déplaça calmement, elle semblait un peu moins sévère que tout à l'heure. Elle vint s'asseoir à son bureau, les jambes croisées, sur le siège noir qui devait coûter une petite fortune. Et avec des mouvements très formatés, retira sa casquette militaire, pour la déposer sur son bureau. Tacitement, dans le haut univers de l'armée, ce geste pouvait signifier une discussion officieuse.
– Je ne peux malheureusement pas vous donner les détails de l'affaire qui m'amène à la capitale, mais sachez que l'incident de cet après-midi a des chances d'y être lié. Je ne peux rien affirmer ni expliquer pour l'instant, mais retenez une chose : nous avons des raisons de penser que ce genre d'événements pourraient se reproduire à l'avenir.
La dernière phrase avait été dite d'un ton beaucoup plus insistant, presque en séparant les mots. Elle laissa passer quelques secondes, expirant silencieusement en appuyant son dos contre le dossier de son siège.
– Après avoir entendu cela, je me doute que vous ayez des questions, mais je ne puis y répondre dans l'immédiat. Je vais maintenant exposer pourquoi j'ai sollicité cette entrevue. Je souhaiterais vous faire part d'une affaire de la plus haute importance, mais uniquement à titre officieux.

La Générale se pencha légèrement en avant, posant ses coudes sur le bureau, croisant ses doigts devant le bas de son visage, et se racla la gorge.
– Étant en charge du canton, ma priorité est la même que la votre : protéger les citoyens. Ainsi, et compte tenu des informations que vous avez entendu, j'ai pris certaines dispositions concernant l'application d'une nouvelle loi : l'interdiction aux dragons d’entrer dans la capitale, sans prendre en compte leur niveau de dangerosité. Je parle de bien de tous les dragons, quelle que soit leur race. Rien de tout cela n'est rendu public pour l'instant. De plus, cette information n'est pas encore parvenue au Palais. Je pense que vous entrevoyez les contestations et le scandale que pourrait provoquer la proposition de cette loi, en particulier à la capitale, qui porte le nom de la dragonne du premier cavalier. Et malheureusement, comme je l'ai dit, les raisons de son application  ne sauraient être expliquées avec précision en temps et en heure.
Elle se tut quelques secondes, avant de reprendre, d'une voix posée et inflexible.
– Je sais que votre fonction tient plus de la sécurité que de la politique – bien que ces deux notions soient étroitement liées en particulier dans les hautes sphères – et si je vous en parle à vous plutôt qu'au Gouverneur Einerson, c'est car j'aimerais connaître l'avis d'une personne évoluant au sein de la ville, et connaissant son milieu et sa population. La plupart des politiques, surtout lorsqu'ils ont du pouvoir, ont tendance à – pardonnez-moi l'expression – se déconnecter de la réalité du terrain.
De plus, je ne connais pas vos relations avec Monsieur Einerson, mais je pense que vous avez connaissance de son avis plus que favorable à laisser les dragons vivre avec les humains. Il s'opposera sans nul doute à l'application de cette loi. Il va également sans dire que certains dragons eux-même seront de vives contestataires. Heureusement, je bénéficie déjà de l'avis favorable de mon collègue, le Général Naruhiko, et de plusieurs colonels.

Esdeath sépara ses deux mains, les ramenant vers elle en se redressant légèrement. Si, durant les explications, ses yeux n'avaient pas été fixés quelque part – comme n'importe quel humain réfléchissant et expliquant quelque chose – cette fois, avant de parler, elle fixa directement le bandeau noir de la capitaine, d'un air particulièrement sérieux, voir même, autoritaire.
– Capitaine Niflheim, étant la personne à charge de la caserne de Cylnaes, votre avis concernant cette loi aura une influence non négligeable sur le vote des conseillers royaux, ainsi que sur l'opinion publique. Je vous pose donc la question : quelle est votre position concernant la présence des dragons en ville, et seriez-vous prête à nous apporter votre soutien lors de la proposition de cette loi ? Je conçois qu'il s'agisse d'une réponse difficile, compte tenu de tout les éléments à prendre en compte.
Elle leva son poignet pour consulter rapidement sa montre. Puis, elle reposa son dos contre le dossier, sortant de quoi prendre des notes d'un tiroir.
– Je vous laisse quelques minutes de réflexion. Si vous ne pouvez pas me répondre aujourd'hui, j'attendrais, mais n'oubliez pas que mon temps est compté. Je tiens également à préciser que, contrairement à certains de mes collègues dont je tairais le nom, je ne place pas la divergence d'opinion comme excuse pour une rétrogradation ou un renvoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crayon
Admin
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: [D1] Incident [Post scénario]   Sam 7 Avr - 23:14

La dragonne aux écailles noires décrivait des cercles de plus en plus rapprochés, laissant échapper un peu de fumée de sa lourde mâchoire. Par intermittence, à chaque mouvement de ses ailes, des petits morceaux de lave refroidie se détachaient de son corps et tombaient. Heureusement, ils se décomposaient rapidement en poussière avant d'atteindre le sol. Elle écouta la voix d'Aska dans son esprit, et rien que cela l'a rendit vraiment heureuse, au point d'accélérer son vol pour faire une petite vrille aérienne. Elle émit aussi un ronronnement sonore, expression physique de la joie qu'elle ressentait. Et elle en fit profiter sa cavalière mentalement, puisqu'elle ne pouvait pas aller se poser pour la retrouver.
Je ne reviens pas pour la fête, je reviens pour toi, ma belle. Mais, un déséquilibre ? C'est tout ce que t'as comme explication ? À part si ce dragon a bu trop d'alcool... et encore, tu imagines la quantité qu'il faudrait pour rendre un dragon ivre ? Aucun bar n'en servirait autant. Et puis, je t'accompagne pour ce rendez-vous, hein. Quand il sera terminé, je te kidnappe.
Torn suivit le taxi qui transportait sa cavalière, jusqu'au quartier général de l'armée. Elle appréciait le quartier général, il y avait un super perchoir spécialement construit pour les dragons, au moins, la-dessus, elle pouvait se poser sans avoir peur de casser quelque chose. Les constructions des humains pouvaient vraiment être solides parfois, même si ce n'était pas le cas de leurs habitations. La dragonne se posa sur la structure, non loin d'un groupe de reptiles occupés à prendre un bain de soleil. Ce métal était vraiment brûlant, c'était très agréable sur ses pattes, malgré l'odeur de ferraille qui s'en dégageait... quoique, l'odeur était presque appétissante. Torn se retenue de se servir de sa mâchoire d'acier pour mordre dans cette structure comme un humain dans un biscuit, histoire de goûter cet alliage. Ça ne plairait sûrement pas aux humains. La dragonne noire s'affala sur la large bar de métal, testant un peu la densité de ce matériaux en y faisant crisser le bout de sa queue, ou se trouvait une lame.

Torn tourna légèrement la tête lorsqu'un souffle de vent passa tout près. Une autre dragonne aux écailles bleues et aux courbes fines vint se poser à quelques mètres, avec des mouvements visiblement calculés pour être gracieux et délicats... et jeta un coup d’œil vers le dragon des volcans. Habituée à ce genre d'attitude envers elle – et à ce qu'on la prenne pour un mâle –  Torn bomba le poitrail, relevant son menton de métal en inspirant par les naseaux, le tout en poussant un léger grondement de gorge, un peu comme un roucoulement, copiant l'attitude d'un mâle voulant bien se présenter devant une potentielle conquête. Un peu de flirt sans conséquence était toujours bienvenue, ça l'amusait toujours. D'un petit mouvement de tête, elle fit comprendre à la dragonne bleue qu'elle resterait ici pendant quelques temps et qu'elle était disponible pour faire plus ample connaissance... ce à quoi l'intéressée répondit par un regard fuyant, ainsi qu'un léger frémissement de museau. Peut-être que oui, peut-être que non. Torn l'a regarda alors s'éloigner, se demandant si elle allait revenir. Entre dragons, on se comprend rien qu'avec les attitudes.

Puisque Aska gardait son esprit ouvert, et que la dragonne noire était curieuse, elle décida de suivre le rendez-vous et les paroles de la Générale en même temps que la capitaine, sans pour autant la déranger dans ses pensées. Mais les paroles de la Maître-lame de lui plurent pas du tout. Torn attendit néanmoins que la Générale arrête de parler pour réagir directement dans l'esprit de sa cavalière, et étant un peu énervée par ce qu'elle avait entendu, la dragonne ne fit pas attention à la laisser réfléchir avant de s'agacer.
C'est du sérieux ? Est-ce qu'elle est sérieuse ? Tu ne vas pas tout de même pas lui dire oui, Aska ! J'ai autant le droit qu'elle à être dans cette ville ! Non mais pour qui elle se prend ? Si elle croit pouvoir m'empêcher d'aller ou je veux, elle peux retourner au congélateur !
Torn décolla de la structure, allant se poser devant l'entrée du quartier générale de manière assez brusque, ce qui fit grogner l'un des dragons gris posé sur le perchoir, non loin, comme un avertissement lui rappelant qu'au quartier général de l'armée, on ne faisait pas ce qu'on avait envie. Mais la dragonne noire, au lieu de s'écraser, lui rendit son grognement, qui ressemblait plus à un rugissement de défi. Le dragon gris, loin de se laisser faire, décolla à son tour, venant se poser non loin de Torn, les deux dragons se regardant comme deux loups près à se sauter à la gorge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikari
Admin
avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 19

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: [D1] Incident [Post scénario]   Dim 8 Avr - 0:42

Beaucoup d'informations se bousculaient dans son esprit. Tout ceci était étrange. Aska était mitigée, elle réfléchissait rapidement, tout en entendant sa dragonne. Elle était d'accord avec elle, mais cela s'appliquerait à tous les dragons, sans distinction de race ou de rang possiblement. Dans le fond c'était comme si la générale lui faisait part d'une inquiétude et qu'elle voulait mettre tous les dragons hors de portée d'un danger invisible. Aska était tiraillée entre l'idée de dire qu'elle était contre, mais en même temps d'accepter si cela pouvait protéger ces reptiles qu'elle aimait tant. Durant les minutes qui lui était accordée la capitaine se replaça contre le dossier, le dos droit, les bras croisés sur le ventre. Le visage serein et les yeux clos la femme était en proie à une intense et rapide concentration.
Dans un sens elle était pour car l'affaire était bien trop mystérieuse et elle-même avait la sensation que cela allait se reproduire, mais dans un sens elle se demandait en quoi cela toucherait uniquement Cylnaes, est-ce que les dragons seraient en sécurité hors de la capitale ? Rien n'était moins sûr en réalité. D'un autre côté elle se disait aussi qu'interdire aux dragons la présence en ville permettrait de renforcer certains crimes : la présence de dragons dissuadaient certains criminels sans dragons de faire quoique ce soit. Mais il n'y avait pas que ça : si un tel événement se reproduisait alors il serait incapable d'agir rapidement.
Je pense savoir ce que j'ai à dire, j'espère juste que je ne me trompe pas. avoua-t-elle à Torn.
Elle sentait poindre en elle une légère pointe de stress, elle savait que la politique n'était pas son fort, elle possédait quelques notions, du lycée, et de l'académie mais c'était plus complexe quand il s'agissait de donner son avis sur une loi qui pourrait tout changer. Elle avait rouvert des yeux dont les lueurs n'étaient ni paisibles ni douces, en eux brûlaient une certaine détermination. Ce n'était peut-être pas la meilleure des décisions, mais c'était celle qu'Aska pensait la plus juste, mais c'était aussi celle d'une capitaine qui allait à la rencontre des gens, ainsi que celle d'une femme ayant grandit dans une ferme. Puis il y avait l'avis de Torn qui comptait.
-Une telle loi déchaînerait une vague de panique et de colère autant chez les Hommes que chez les dragons. Dans les faits de nombreux dragons nous viennent en aide, certains dissuadent même les voleurs et quitte à être très méfiante, on permettrait à des détracteurs de s'attaquer à la ville. Je ne doute pas des capacités de l'armée, mais si des assaillants ont de leur côté des dragons alors nous serions dans une position plutôt délicate. De ce fait sans eux il y a un risque que l'on augmente la criminalité, de même, qui nous dit que cela n'affecterait que Cylnaes ? Et si nous éloignons les dragons, et qu'une nouvelle fois d'étranges événements se produisent nous serions moins apte à réagir avec rapidité. Aujourd'hui cela s'est passé dans un boulevard, avec cette loi cela aurait pu se passer dans la nature, et seul le cavalier aurait pu s'en rendre compte, or tous ne sont pas qualifiés pour réagir comme il le faudrait. Puis contenir à l'extérieur des dragons seraient vraiment une tâche ardue. Par conséquent je ne pense pas qu'une loi aussi brutale puisse être bénéfique pour la population, je reste toutefois ouverte, et si elle devient nécessaire je saurais alors soutenir cette loi pour le bien des Hommes et de nos compagnons dragons. Mais dans l'immédiat je ne pourrais pas soutenir un tel projet tant que nous nous basons sur le sentiment que les choses se reproduiront. Je dois avouer être tout de même mitigée, car je peux sentir que cela pourrait être dangereux, mais dans un cas comme de l'autre cette proposition de loi est une lame à double tranchant.
Aska fit une pause, reprenant son souffle après cette tirade enflammée sur son avis, son visage reprit des traits plus fins, plus féminin tandis qu'elle étirait ses lèvres dans un sourire.
-Si les circonstances s'aggravent, et que les impressions deviennent alors des preuves, alors à ce moment là je pourrais vous soutenir, au-delà des mes propres opinions, mais actuellement pour le bien de chacun il ne vaut mieux pas décaler le problème, ni laisser un vent de panique et de rage s'abattre sur les recherches qui peuvent se faire... Vous n'avez pas besoin de ça après tout. Sur ce, général, je ne vais pas vous emprunter plus de temps que nécessaire.
Calmement la capitaine se leva, salua de manière militaire puis elle se retira. Prenant le même chemin en sens inverse dans ses couloirs où les individus étaient comme les ouvrières d'une fourmilière ou d'un nid de guêpe. Elle salua la dame de l'accueil avant de sortir pour assister avec stupéfaction à...
-Torn !
Elle n'en manquait vraiment pas une quand il s'y mettait, mais bon, l'autre non plus n'était pas mieux à lui aussi réagir à la provocation. Enfin, tant qu'ils ne détruisaient pas le monument, elle pouvait bien les laisser se toiser et se grogner dessus. Par contre, si cela allait plus loin, elle ne savait pas comment elle allait pouvoir les arrêter : sa dragonne était impliquait, donc c'était pas elle qui pourrait départager.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-troisieme-dragon.forumactif.com
Maître du Jeu
Destin
avatar

Messages : 77
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 99

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: [D1] Incident [Post scénario]   Dim 8 Avr - 21:55

La Générale Esdeath écouta visiblement attentivement les paroles de son interlocutrice, la laissant dire ce qu'elle avait à dire sans l'interrompre, prenant simplement des notes rapides sur un agenda vierge. Ne laissant rien paraître de ses impressions, mis à part un air particulièrement concentré. Tout en notant, elle hocha la tête plusieurs fois. Puis, reposa l'agenda griffonné sur son bureau.
– Je vous remercie de votre intérêt, capitaine. Vos remarques sont justes, j'en prend note. Par ailleurs, cela me rassure de savoir qu'il existe encore des personnes défendant leur point de vue en face de leur supérieur, dans un milieu ou la flatterie servile est plus souvent la solution de sortie dans ce genre de situation.
Esdeath se leva en même temps que la capitaine.
– Bien. Je compte donc sur votre discrétion concernant cette affaire.
Elle répondit d'un geste militaire, ponctuant son salut de l'expression que l'on entendait souvent en tant de guerre.
– Surveillez le ciel, capitaine.
Expression qui, en tant de paix, démontrait plutôt d'une sollicitude respectueuse au même titre qu'un « faites attention à vous », mais en langage de l'armée.
Une fois la capitaine partie et la porte refermée, la Générale se rassit au fond de son siège, posant ses coudes sur le bord du bureau, et appuyant son front contre ses mains jointes. Elle laissa échapper un soupir inquiet. Puis, elle attrapa le téléphone posé sur son bureau... avant de le raccrocher, après quelques secondes. La femme préféra sortir son téléphone portable, composant un numéro de mémoire. Après quelques sonnerie, la personne au bout du fil décrocha. La Générale écouta, avant de répondre.
– Non, surtout pas. Surveillez-la. Je veux pouvoir connaître sa position à n'importe quel moment. Oui, l'autre aussi. J'ai terminé pour aujourd'hui, attendons que les choses se calme. En attente jusqu'à nouvel ordre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crayon
Admin
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: [D1] Incident [Post scénario]   Dim 8 Avr - 21:56

Bien qu'elle continuait à grogner en provoquant encore et encore le dragon gris, qui apparemment, ne souhaitait pas commencer une bagarre juste devant le quartier général de l'armée, Torn se détourna quasiment immédiatement de son adversaire en entendant la voix de sa cavalière l'appeler, mais pas dans son esprit, cette fois. Changeant complètement d'attitude, la dragonne se retourna presque en un bond, l'expression de menace totalement changé en un air d'une simplicité joyeuse – ce qui rendait assez étrange avec une gueule d'acier comme la sienne.
– Aska !
Torn franchi l'espace qui les séparait d'un seul pas, venant appuyer le bout de son museau brûlant à l'odeur de souffre contre le torse de sa cavalière. Elle avait l'impression que ça faisait si longtemps qu'elle n'avait pas senti son odeur de petite humaine de chair molle, qu'elle voulait être certaine de ne pas l'avoir oubliée. Mais à chaque fois, son odeur ravivait des souvenirs et des sentiments agréables, puisque la dragonne se basait beaucoup plus sur ses autres sens que la vue pour reconnaître les personnes.
D'un coup beaucoup plus calme, Torn se coucha afin de poser sa tête contre le sol, quelques minutes, pour reposer les muscles de son cou, qui devaient tout le temps porter les plaques de métal sur la nuque en plus de la lourde mâchoire métallique.
– Tu as eu raison de lui dire ça. Ce n'est pas parce qu'elle est Générale ou je ne sais quoi, qu'elle peut décider de virer tous les dragons de Cylnaes, hein ? Si ça se trouve, elle est juste embarrassée que sa dragonne se soit mangé un immeuble. D'ailleurs, un dragon qui n'est pas capable de voler droit, c'est mieux qu'il reste à terre. Et puis, même si cette loi passe, bon courage aux humains pour obliger les dragons à partir.
Torn émit une sorte de ronronnement satisfait, puis comme elle l'avait dit, elle décida de kidnapper Aska pour l'emmener sur son dos. Comme à son habitude, elle laissa deux traces de pattes sur le sol lorsqu'elle décolla, et aux jardiniers d'arranger la pelouse après ça. La dragonne prit une petite hauteur, restant à baisse altitude, proche des toits. Et elle ne prit pas du tout la direction de la caserne, manquerait plus que ça, après tout, l'après-midi allait se terminer, même si ce n'était pas le cas de la fête, qui allait sans doute se continuer dans la nuit.
Tu rentres chez toi, hein. J'espère que tu n'as pas passé toute la journée à travailler dans ta boite que tu appelles « bureau » ? Tu devrais trouver un humain avec qui sortir et faire autre chose, de tant en tant. Ah et, ton frère ? Il est toujours pareil, j'imagine.
Elle en profita pour repasser au-dessus du boulevard ou s'était écrasée la dragonne rouge. Il y avait à présent beaucoup moins de monde. La barrière de glace était toujours là, elle ne semblait même pas avoir fondu malgré la chaleur, de même que le reptile rouge, qui n'avait pas bougé d'un poil. De haut, il semblait dormir, malgré la fraîcheur qui devait se dégager de la glace.
Bien qu'elle pensait retourner à la maison d'Aska, Torn changea d'idée en cours de route, décidant de garder son humaine rien qu'à elle encore quelques temps. La dragonne bifurqua pour se diriger vers l'ouest, vers l'une des plages de galets au bord de la ville. Elle se posa lourdement en meurtrissant les cailloux, et décida d'aller faire trempette. Une fois sa cavalière descendue, elle se coucha dans l'eau froide, qui émit un « pssh » de fumée lorsque le corps chaud du reptile des volcans y entra. Comme par habitude, Torn posa sa tête contre le sol, à l'extérieur de l'eau – peut-être, par la même occasion, réclamer des grattouilles ou des caresses sous les écailles.
– Tu sais, Aska, je repensais à ce qui était arrivé à cette dragonne rouge. La Générale avait clairement l'air de vouloir étouffer cette affaire, non ? Est-ce que tu vas obéir et laisser couler ? C'est agaçant, on dirait qu'elle sait des choses, mais qu'elle ne dit rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikari
Admin
avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 19

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: [D1] Incident [Post scénario]   Sam 14 Avr - 13:08

La chance avec sa dragonne, trouvait Aska, c'était qu'elle pouvait très rapidement détourner son attention, pour certains cela aurait pu être un défaut, mais la capitaine trouvait qu'il s'agissait plutôt d'un avantage, une capacité d'adaptation en quelque sorte, savoir reconcentrer son attention sur quelque chose de plus important, ou alors comme dans le cas présent d'éviter une confrontation entre deux reptiles têtues et voulant affirmer leur puissance -de toute manière, pensait Aska, Torn aurait tout brûlé et tout gagné-.
La femme aux yeux bandés fut heureuse de retrouver les sensations de vol, c'était agréable, de voir les villes du dessus, elles ressemblaient à des fourmilières, grouillant de monde, qui, partout s'activait à leurs occupations, et en période de fête on pouvait bien remarquer la rivière de boue, noircie par tous les humains et dragons qui se trouvaient dans les rues, à regarder les étalages, à observer les représentations de certains « magiciens », des cracheurs de feu aussi, des jongleurs, des mimes et autres qui faisaient la peur mais aussi le bonheur des enfants.
Puis il y avait le vent qui fouettait le visage, la morsure du froid contre la peau qui aux yeux de la capitaine la rendait vivante. Elle n'était pas dérangée par ce ciel qui n'était pas réellement accueillant pour les Hommes, et bien qu'il y avait des strates dans le ciel, définies par des différences de température, Aska s'en moquait, elle profitait juste de toutes ces sensations qui pouvaient exploser en elle. C'était l'ivresse, la joie, la nostalgie aussi. Ainsi que l'envie, un peu de jalousie envers les oiseaux, les dragons qui eux pouvaient ressentir toutes ses émotions quand ils le voulaient.
La capitaine avait ouvert son esprit à sa dragonne, comme pour démultiplier les ressentis, et aucunement dérangé par le fait que Torn l'emmena vers les plages de Cylnaes elle se laissa aller en profitant de la situation.
-Je suis d'accord, tu imagines un peu, empêcher aux dragons de traverser la ville, d'y être et tout ça ? Il y aurait de nombreux problèmes, et le comble c'est qu'il faudrait sûrement des dragons pour expulser les autres dragons. Mais ça m’inquiète quand même un peu, je ne veux pas décaler le problème mais j'espère qu'il n'amplifiera pas et ne deviendra pas dangereux, je ne sais même pas ce que c'est comme problème !
Sous l'ivresse du vol elle en ria légèrement même si elle se sentait tout de même concerné par la situation.

Lorsqu'elles arrivèrent, Aska alla s'asseoir à proximité de la tête de la dragonne qui avait l'air de bien se sentir, la moitié du corps dans l'eau. La capitaine retira ses -très- grandes cuissardes et ses collants qu'elle plia avant d'étaler ses jambes, le bout des pieds traînant dans l'eau réchauffée grâce à Torn.
-Dans les faits tu serais parfaite pour réchauffer les maisons, dans les sauna ou les piscines ! Mais quel ennui !
Les mains de la jeune femme vinrent se poser sur les écailles de la dragonne, passant la main dessus, grattant en se demandant si les reptiles pouvaient vraiment sentir, puisque parfois il était possible de voir des écailles épaisses, et Aska se demandait si le dragon pouvait alors sentir la sensation d'une caresse, d'une tape amicale.
Se laissant aller au jeu, puisqu'il n'y avait personne envers qui elle devait se montrer la parfaite capitaine, cette-dernière se mit à boxer gentiment le haut de la mâchoire du reptile. Ce n'était pas bien méchant, mais elle souriait bêtement avant de recommencer à la flatter là où elle avait posé le poing. Elle touchait rarement la mâchoire de fer, celle inférieure, toutefois elle avait tendance à gratter sur l'arrière, à la jointure, là où elle se disait que ça pouvait un peu frotter, un peu gratter.
-Oui c'est étrange, reprit Aska, je ne vais pas fermer les yeux et toi non plus d'ailleurs, mais je n'irai pas voler des documents,mais si cela devient trop grave, et que cela recommence, elle ne pourra plus garder le secret. Les gens poseront des questions, et c'est ça le pire, car si tu leur dis la vérité ça peut se retourner contre toi et si tu caches tout on t'accuse de fermer les yeux. Ce qui me dérange c'est qu'elle n'a pas laissé l'équipe médicale faire des recherches, peut-être que se fut une erreur, on verra plus tard. Soit on se dira que si on l'avait fait on aurait pu éviter certaines choses, soit on se dira que cela n'aurait rien changé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-troisieme-dragon.forumactif.com
Crayon
Admin
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: [D1] Incident [Post scénario]   Sam 14 Avr - 16:57

Torn émit un ronflement des naseaux en sentant la pression des papouilles que lui faisait Aska. C'était tellement agréable ! Les petites mains humaines pouvaient aller gratter là ou les grosses griffes ne pouvait pas passer. Elle agita plusieurs fois la queue, produisant des éclaboussures, avant de faire un grand mouvement pour envoyer quelques spalsh d'eau sur le nez de sa cavalière. Juste histoire de l'embêter, et aussi parce que, d'après ce qu'elle savait, les humains appréciaient de se mouiller quand il faisait chaud. Et spécialement en été.
– Tu as raison. Mais tu sais, j'aime penser que même si la Générale est comme ça, elle est aussi cavalière, et que si sa dragonne avait réellement été en danger, elle ne l'aurait pas laissée comme ça. Elle doit savoir ce qu'elle fait, j'espère.
Les yeux jaunes à peine entrouvert, Torn observa d'un regard neutre Aska élever ces machins noirs qu'elle avait aux jambes. Les humains portaient toujours ce genre de machin, mais, ça serait tellement plus simple pour eux s'ils vivaient tous nus, au lieu de se couvrir de ces tissus colorés qu'ils mettaient toujours longtemps en enlever. Et qui en plus, parfois, n'avaient pas l'air bien confortable. Il fallait voir le temps que mettait sa cavalière pour se préparer avant d'aller travailler !
– Dis Aska, je ne connais pas bien les critères de beauté humain, alors où dirais-tu que tu te situe à ce niveau là ?
Plusieurs personnes – visiblement des couples en train de faire une sortie entre couples – finirent par arriver sur la plage, en rigolant et parlant fort. Il s'agissait de l'été, après tout, il était normal qu'une plage attire du monde, même si celle-là était beaucoup moins populaire à cause des galets, alors que les autres avaient du sable. Torn les aurait bien dégagés en leur envoyant une boule de plasma dans les fesses, mais se retenu en se souvenant qu'un humain avait tendance à mourir si on le brûlait ainsi, et que ce n'était pas la meilleure chose qui pourrait arriver aujourd'hui. Alors, la dragonne ravala le plasma qu'elle avait préparé, laissant s'échapper une fumée noire de ses naseaux. Finalement, elle se leva à moitié, et entoura sa cavalière de son cou, pour la soulever de son museau et la faire grimper sur son dos.

Pas question de supporter la présence d'humain fêtards, alors Torn décida de se baigner complètement, et s'enfonça dans le lac jusqu'à que ses pattes ne touchent plus le fond. Pour éviter de couler comme une pierre, elle étendit ses ailes sur la surface de l'eau, bougeant ses membres comme un chien qui nage pour avancer. Et ainsi, garde ses épaules à l'air libre. L'eau était fraîche, et le soleil n'était plus à son paroxysme, et le lac était survolé par une brise que les immeubles de la ville empêchaient de sentir. Malgré l'ambiance agréable, Torn secoua la tête, visiblement dérangée par quelque chose.
– Pardon de demander ça, Aska, tu voudrais bien vérifier sous les plaques ? Ça me démange depuis plusieurs jours, c'est peut-être encore infecté, ou il y a des vers qui s'y sont faufilé. Je sens qu'elles se décollent, il y a juste à les arracher et les laisser couler dans l'eau. Mon cuir viendra avec, comme ça je pourrais nettoyer la chair dessous.
D'habitude, elle extirpait elle-même les plaques en les coinçant contre une falaise de roche – qui finissait souvent par se casser avant – et allait directement prendre un bain de lave, pour que cette dernière cautérise la chair à vif. Inutile de préciser que cette méthode lui était douloureuse et asséchait le cuir, qui finissait toujours par se craqueler et se rouvrir avec le temps et les mouvements des muscles. C'était la méthode qu'elle utilisait habituellement, préférant épargner ce genre de chose à sa cavalière qui n'avait certainement pas besoin de ça, et aussi parce que la dragonne n'exposait pas les points faibles de son corps devant n'importe qui ni n'importe où. Mais là, les démangeaisons devenaient difficilement supportables, alors autant demander de l'aide, un peu à contrecœur – même elle pouvait ressentir une certain gêne à exposer ses points sensibles.

Bien que l'ambiance festive ne se prêtait pas vraiment à la mélancolie, la dragonne émit plusieurs soupirs en ronflant des naseaux, comme un cheval. Où était donc passées les années ? Ce moment était juste parfait, partagé avec Aska et personne d'autre, alors elle ne voulait pas imaginer l'instant ou elle se retrouverait seule à nouveau. Les dragons vivaient beaucoup plus longtemps que les humains, Torn le savait, et voyait presque cela comme une malédiction. Pourquoi avoir donné ce lien si c'était pour qu'il soit brisé à un moment ou un autre ? Elle avait entendu dire que certains dragons ne survivaient pas à la perte de leur cavalier, qu'ils se laissaient mourir de chagrin pour le rejoindre dans l'au-delà. Bien qu'elle ne l'exprimait que rarement, la crainte de perdre Aska était réelle. Surtout lorsqu'elle pensait au travail de sa cavalière, qui pouvait la mettre en danger. Que se passerait-il si Torn était absente au mauvais moment ? Bien qu'elle ne disait rien explicitement de ces pensées, son attitude soucieuse se ressentait, la dragonne frappait l'eau de sa queue et émettait des ronflement du museau.
– De combien es-tu âgée, déjà ? Une vingtaine d'années ? Combien de temps vivent les humains, en général ? Si tu étais un dragonneau, tu n'aurai même pas encore ouvert les yeux. J'ai l'impression que c'était ce matin, que tu n'étais une petite bestiole rosée miniature qui s'occupait de ses vaches. Et maintenant, un Général se déplace en personne pour te parler. Le temps fuit tellement vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [D1] Incident [Post scénario]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[D1] Incident [Post scénario]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouveau gn post-apocalyptique!
» Scénario : Attaque à la lisière de Fangorn (S.D.A)
» [Scénario] Vol
» Hawkmoon : scénario Premier (2)
» [Scénario] La voix des Damnés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Troisième Dragon :: Archives :: Archives :: Archives MJ-
Sauter vers: