Une île qui vous surplombe depuis les cieux, où dragons, Hommes, bêtes fantastiques et technologies se côtoient, c'est cette île qui vous attend, cavalier.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Que la fête commence [Post scénario]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maître du Jeu
Destin
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 03/01/2017

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Que la fête commence [Post scénario]   Jeu 3 Aoû - 6:31

[Ce sujet est un post scénario. Il n'y a pas obligation de répondre en dessous, il sert simplement a décrire un événement et une ambiance à l'instant T. Vous pouvez créer votre propre sujet en prenant en compte les événements de ce post par exemple.]




Malgré ce jour de vacance d'été appelant à la sieste sous l'ombre d'un arbre, nombre de citoyens de Cylnaes bravaient la chaleur pour descendre en ville. Cela faisait longtemps qu'aucune véritable fête n'avait été organisée dans la capitale, car après la guerre, la priorité avait été de relever l'île, nourrir la population, s'assurer de rétablir un équilibre économique, renforcer le gouvernement et le nouveau système. Pas même St Montails, qui depuis près de 80 n'avait pas raté leur fête annuelle en l'honneur de leur réconciliation avec Ormes-val, avait laissé de côté les festivités pendant ces trois années.

Tout l'espace de Cylnaes était mis à contribution pour organiser cette journée. Dans la plupart des rues où il était possible, des vendeurs opportunistes s'étaient installés, offrant nourritures, souvenirs, objets rares ou quotidiens, faisant de la concurrence aux magasins fixes qui affichaient eux des soldes et des promotions en tout genre pour attirer les clients. Quelques places avaient été aménagés pour accueillir les visiteurs, alors que d'autres, laissées totalement vides pour permettre l'atterrissage et le décollage des dragons, places signifiées par de larges cercles rouges de trois cent mètres tracés au sol, délimitant les zones réservées au déplacement des dragons. Seule la place Seùnla, ou le drapeau de Cylnaes est officiellement arboré, flottant au bout d'un mât de fer, était interdite à toute implantation commerciale, de part son passé historique et sa taille modeste.
Beaucoup plus bruyantes et agitées que d'habitude, les rues de la ville grouillaient de piétons, le centre-ville étant exceptionnellement fermé à tout véhicule motorisé. Par mouvement de foule, la majorité se dirigeait vers la grande place royale, immense zone aménagée à la fois de béton et d'arbres, au centre de laquelle la statue de griffon avait été remplacée, il y a trois ans, par une statue de lion, assis et la gueule ouverte. Car ce matin, ce mardi 7 juin de l'an 883, à onze heures tapante, se tiendrait le premier discours officiel du roi en personne depuis la fin de la guerre, et ce en dehors du Palais royal.

La place était presque noire de monde, d'une foule bruyante et mouvante. Au fond, une estrade était aménagée, entourées de barrières en fer gardées par les soldats, où un présentoir et un micro attendait le roi, tout aux couleurs de la royauté. En face, de l'autre côté des barrières, se trouvait la zone réservée à la presse, et enfin, les premiers rang de la foule. Au milieu de celle-ci, on pouvait apercevoir quelques petits dragons, à peine plus grand que des humains, pouvant se déplacer sans trop de difficultés... mais les autres reptiles plus imposants étaient posés à l'écart, sous les arbres ou l'herbe de la place.
Ce qui attirait l'attention de quelques curieux était aussi la présence de la dragonne rouge Néfarian. C'était chose assez inhabituelle, mais compréhensible, qu'un ou peut-être plusieurs Gardes royaux se trouvent dans les parages afin de palier à toute éventualité. Quelques badauds osaient même pointer leur téléphone portable vers la dragonne pour la prendre en photographie, de loin. Mais si la dragonne commune était là, aucune trace de Julia Robin, sa cavalière, peut-être était-elle occupée ailleurs, ou peut-être s'était-elle mêlée à la foule, disaient quelques conversations. Couchée à quelques mètres à gauche du présentoir, impassible et silencieuse, Néfarian observait la foule, même sa respiration semblait imperceptible, surveillant à la fois les civils et les soldats.
À droite de l'estrade, se trouvait Gregory Rodriguer, le conseiller principal du roi, debout et presque immobile, parfois remettant en place ses lunettes ou lissant sa barbe grise. À ses côtés, Marvin Einerson, le gouverneur de Cylnaes, légèrement en retrait, occupé au téléphone.

Onze heures tapantes, la cloche du temple hydramien résonna non loin, sonnant lentement, et ce son fit baisser le niveau de décibels de la foule, sans pour autant la rendre silencieuse. À peine quelques secondes après, un rugissement se fit entendre. Venant directement du Palais royal, Seventy, la dragonne bleue de Vassilias, survola la place, portant entre ses épaules son cavalier. Avec des mouvements calculés et calmes, elle vint se poser derrière présentoir. Les soldats et leurs dragons se mirent au garde-à-vous, la foule se rassemblait petit-à-petit, les journalistes dégainaient leurs bloc-notes et leurs caméras.

Solennellement, le roi Vassilias posa pied à terre. Il portait son uniforme de Grand général des armées, noir, doré et rouge, aux trois étoiles, la casquette en moins, laissant ses cheveux bruns libres. Alors qu'il montait les quelques marches de l'estrade, puis apparaissait derrière le micro, il n'eut nul besoin de réclamer le silence, la foule s'étant tue. Comme impatiente d'écouter ce que le roi allait dire, alors que sa voix résonnait dans la place.

– Il y a plus de trois ans, j'ai tenu un discours en cette même place. Un discours placé sous le signe d’un optimisme raisonné, qui convainquit les derniers cavaliers de baisser les armes, qui mit fin aux combats, aux effusions de sang, à la guerre. C'est dans ce même esprit que je souhaiterais m'exprimer aujourd'hui.

Le roi fit une courte pause.

– Ces dernières années ne nous auront épargné ni tempêtes, ni tourmentes ni inquiétudes, ni déceptions, ni angoisses, ni douleurs en tous lieux et sur tous les plans. En cet instant, je souhaite que nous nous recueillions quelques instants, que nous nous souvenions du passé pour mieux nous tourner vers l'avenir. Car si ce jour restera malgré tout significatif de la fin des combats, un jour de joie pour beaucoup de nos concitoyens d'alors, mais une joie altérée par les victimes décédées, blessées ou infirmes et ce, en n'oubliant jamais que cette guerre fut aussi un drame pour Argeya qui n'allait que difficilement s'en relever. Pas seulement il y a plus de trois ans, mais je pense aussi aux événements antérieurs à ceci, ainsi qu'à vous, vous qui avez perdu biens, amis et familles, vous qui avez versé votre sang pour cette terre et vos convictions. Trois ans après, cette paix durement acquise est toujours fragile. Il nous appartient, plus que jamais, dans le monde périlleux dans lequel nous vivons, d'aller plus loin, d'associer et de conjuguer le souvenir des victimes avec la connaissance des causes, des circonstances et des conséquences de cette guerre. C'est un devoir pour la mémoire et donc pour l'avenir de nos enfants.
Je ne souhaite pas être trop long, j'en resterai donc là de mon discours pour tout ce qui est de sa dimension publique. Reste donc avant de conclure la dimension personnelle et citoyenne de tout discours, avec, je veux le dire, pour ce qui me concerne personnellement, après ces trois années où j’ai parfois eu le sentiment de deviner autour de moi dans l’ombre des vautours qui espèrent que « le jeune lion » que je suis ne pourra tenir ses engagements, ni la paix sur une île profondément marquée dans le sang.
Alors, je veux le dire ce matin que celles et ceux qui pensent ainsi se trompent et que leurs manœuvres n’auront pour effet que de renforcer ma détermination à aller jusqu’au bout de ma tâche pour réaliser tous nos projets, de maintenir l'entente et la coopération entre les peuples et les races d'Argeya, de faire que cette paix soit durable. Car cette paix, chèrement acquise, nous en sommes tous collectivement les artisans et les héritiers, et nous pouvons en être fiers et heureux. Pour conclure, j'aimerais humblement vous demander, mes chers concitoyens, vous qui vivez sur cette île millénaire, ainsi qu'à vous, dragons de toutes espèces qui peuplez le ciel, d'œuvrer ensemble pour le bien de tous.

Une seconde courte pause, puis il reprit avec un voix plus posée.

– Ainsi, à tous et à toutes, humains et dragons, en toute humanité et simplicité, je vous souhaite une agréable fête, puisse les années à venir être placées sous le signe de l'apaisement et de l'entente mutuelle.

Quelques secondes après le dernier mot, la foule applaudit comme si elle avait retenu sont souffle durant les paroles. Le brouhaha revint, encore plus fort, entre les applaudissements, les commentaires, ceux qui levaient les bras en faisant des signes, les dragons qui s'agitaient, les journalistes qui analysaient déjà chaque phrase du discours à peine terminé. Le roi Vassilias fit quelques signes à la foule, avant de descendre les marches de l'estrade, allant répondre à la presse. Il fut rapidement suivit par deux soldats, ainsi que son conseiller et le gouverneur de la ville, déjà bombardé de questions de la part des intervieweurs. Certains soldats s'agitèrent ensuite, les capitaines donnant des ordres afin d'aller surveiller le bon déroulement des festivités ainsi que les rues en générale. Seventy la dragonne aux écailles bleues reprit soudainement son envol, laissant son cavalier aux journalistes, se mettant à faire de large cercles aériens autour de des quartiers environnants. Seule Néfarian restait immobile dans toute cette agitation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikari
Admin
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 18

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Que la fête commence [Post scénario]   Jeu 3 Aoû - 20:34

La journée s'annonçait difficile, ou plutôt tendue plus que difficile. Elle connaissait son métier après tout, elle connaissait l'art du combat, du maniement des armes avec lesquelles elle partageait un étrange lien puissant. Il paraissait compliqué de pouvoir penser partager un lien avec une arme, en fin de compte, il était plus probable de parler d'affinité, d'habitude. Pourtant la mercenaire partageait quelque chose en plus avec ses armes, quelque chose qui lui permettait de les invoquer, de les faire apparaître, ses armes, et pas celles d'un autre.
Avant même qu'il n'arrive, le duo infernal était déjà près, tout en haut de la plus grande tour du château se tenait la vouivre blanche, les ailes légèrement dépliées, prêt à fondre si elle l'appelait ou s'il voyait une menace. Tout n'était pas rose, ni même blanc ou noir, la fin de la guerre était plus proche qu'il le semblait, trois ans n'étaient rien dans la vie d'un dragon, cela pouvait être beaucoup pour celle d'un humain mais pas lorsqu'il s'agissait de guerre. La répercussion des batailles se faisait encore entendre, et la douleur de la perte d'un fils ou d'une fille, d'un frère ou d'une sœur, d'un conjoint, d'un ami ou d'une amie était encore douloureuse malgré le temps passé. Trois ans pour marquer la fin d'une guerre c'était comme trois ans dans la vie d'un dragon : ce n'était rien, même pour un Homme. Trois ans, ce n'était pas assez pour une guerre, tout était trop proche. Les enfants nés après la guerre n'étaient pas assez grands pour apporter un jour nouveau, et les combattants n'avaient pas assez vieillis pour oublier les atrocités qu'ils avaient commise ou qu'ils avaient vu.
Alors, et comme le risque zéro était toujours présent, le grand blanc ainsi que sa cavalière veillait à ce que de pauvres fous ne puissent pas venir perturber ces jours festifs.

Si lui était posté de manière assez visible mais bien loin de la place festive, la fleur maudite était directement sur les lieux. Il lui était difficilement possible de passer inaperçue avec sa chevelure blanche, le lys rosée remplaçant son œil et l'autre œil rougeoyant... Ce n'était pas meilleur camouflage, même dans un foule. De ce fait, elle se tenait légèrement à l'écart, près de l'endroit aménagé pour le discours du roi tout de même afin de garder un œil sur celui qu'elle avait pendant longtemps servi. Malgré son statut de garde du roi, Zéro était parvenue à rester mercenaire, en fin de compte, elle restait une mercenaire engagée par le roi sur le long terme et pour coller on lui avait affilié un titre « décor » puisque cela faisait tâche qu'un roi « achète » et se paye les services d'une mercenaire. Après tout, en tant que roi, il n'avait pas besoin de mercenaire et un roi usant d'un mercenaire... C'était comme une épée : elle servait à tuer mais on la paraît pour la rendre jolie, on l'accrochait en haut d'une cheminée on disait qu'elle ornait la maison pourtant, dès qu'il fallait s'en servir, l'épée ne servait qu'à tuer et ni les parures n'y changeaient quelque chose, ni l'ornementation dont elle avait fait preuve durant quelques années n'émoussait assez la lame pour qu'elle ne serve plus. Zéro était comme cette épée, on la paraît de titre, mais elle ne restait qu'une mercenaire. Cela lui servait assez : elle gardait son indépendance, restant ce qu'elle avait toujours voulu rester : une simple mercenaire, travaillant parfois pour des êtres infâmes, abjectes, ou des êtres ridiculement chétifs incapable de savoir se défendre au moins un minimum.
Mais, il y avait certains jours comme celui-ci où le roi lui demandait de ne pas prendre de contrat autre que le sien, il la payait bien entendu, et Zéro ne voyait aucun inconvénient à ce genre de jour tant qu'il n'en abusait pas. Il était son roi certes, il était celui pour lequel elle s'était battue, et plus qu'une relation d'employeur à mercenaire, elle avait toujours apprécié d'un Homme et d'un Dragon au pouvoir, plus qu'un griffon qui ne pouvait pas comprendre, de son avis, ni les cavaliers, ni les dragons dont il perçait même les écailles les plus solides. Avec le temps, puisque durant les trois ans la jeune femme avait gagné en maturité, elle s'était accordée à dire qu'il avait pu être un sage, peut-être, mais qu'il ne pouvait diriger un peuple dont il ne partageait pas l'espèce et dont il pouvait tuer les deux espèces sur lesquelles il régnait.

Le discours du roi lui importait peu, elle n'était pas du genre « lecture, long discours et gentil blabla » ni genre « blabla » tout court d'ailleurs. Les mots ne lui parlaient pas tout simplement. Elle n'était pas inculte, elle avait reçu l'éducation des nobles familles et même si elle n'avait pas fait de grandes études elle comprenait très facilement mais ça ne l'intéressait pas plus que ça, elle avait fait le choix du sang, pas celui des belles lettres. Puis à force, cela lui donnait un sentiment de langue de bois, un sentiment d'usurpation, comme si les longs discours cherchaient seulement à embobiner l'esprit. Ainsi, Zéro veillait simplement à ce qu'il ne se passe rien, à ce qu'il ne soit pas pris en chasse par un humain, il s'agissait de sa seule mission, à l'inverse des autres soldats, elle n'assurait que la survie du roi, pas celle de la foule, puis, à cause de son métier, Zéro était loin d'être sentimentale, elle était loin d'être le genre de personne à prendre facilement en pitié ou même à regretter. Le roi passait avant les autres.
Toutefois tout se déroula merveilleusement bien, le roi rejoignit les différents journalistes et après les applaudissements la foule commença à se disperser afin de vaquer aux différentes activités de la fête. Alors que la mercenaire observait toujours le roi dans un coin d'ombre, ce dernier lui fit un discret signe de tête pour la libérer. Ainsi donc il la laissait profiter de la fête ? Sans acquiescement, la jeune femme se retira du coin sombre pour aller dans des rues plus calme, regardant les différents marchands et ce qu'ils proposaient.
Profiter de la fête ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-troisieme-dragon.forumactif.com
Ikari
Admin
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 18

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Re: Que la fête commence [Post scénario]   Sam 11 Nov - 22:49

Bien qu'il était déjà passé dans Cylnaes, le serpentin regrettait sa venue, sa curiosité l'avait emportée, elle avait conduit ses pas ici comme un individu attiré par une belle chose. Le bruit l'insupportait, il se sentait mal à l'aise dans le capharnaüm incessant. Le bruit des pas sur le sol, le bruit des rires, des voix, des chuchotements, le bruit de roulette raclant le pavé ou bien les marchands qui tentaient d'attirer Hommes et dragons à leur acheter une babiole. Tout cela était bruyant. Réellement bruyant. Il avait la sensation de tout entendre, jusqu'au plus infime fourmillement, jusqu'au plus silencieux grincement.

Il s'agissait de la toute première fois qu'il assistait à la fête de Cylnaes, le discours du roi ne l'avait pas intéressé et le voilà, se glissant entre les individus qui, pour certains devaient s'écarter pour laisser ce grand reptile passer. Son regard de sang bougeait dans tous les sens, autant par agacement de cette foule mais aussi par curiosité lui qui découvrait les étalages des marchands, proposant bijoux, nourriture, qu'il s'agisse de pâtisserie ou de nourriture chaude parfois même de boisson, ainsi que parfois des livres, des breloques et des contrefaçons de ruines trouvées çà et là. Toutes ces choses superficielles ne lui était guère intéressantes, lui préférait la chasse, l'adrénaline du combat, il préférait sentir le sang de ses proies couler dans sa gorge tandis qu'il arracher la chair par ses nombreux fins, mais effilés, crocs.
Un jeune enfant le bouscula, provoquant une contraction totale de ses muscles, tout son corps se raidit, prêt à bondir sur cet importun tandis qu'un profond grondement s'éleva, faisant reculer le gamin qui s'écarter avec ses mains et ses pieds, traînant ses fesses sur les pavés. Rapidement une femme et son compagnon arrivèrent, pourtant il était déjà trop tard : le long reptile pouvait sentir la peur émaner de ce groupe, l'effroi du petit face au dragon qui se retournait, posant ses pattes de part et d'autre de son jeune corps, Ashen le surplombait, de toute sa grandeur, de toute sa splendeur, son palpitant augmentait, et l'impression qu'un sourire carnassier se dessinait sur les babines du dragon s'imposa à la mère de l'enfant qui commença à hurler. Rapidement un vent de panique souffla dans la rue qui accueillait d'autres Hommes mais aussi quelques dragons et animaux qui réagirent rapidement, les premiers en s'animant du désir de chasser l'intrus, les seconds en aboyant, miaulant, piaillant encore et encore.
Même si leurs cries incessants étaient aux oreilles du dragon des sonorités désagréables, horripilantes même, son regard ne pouvait se détacher de ce petit morceau de chair, dont les larmes roulaient déjà sur son visage légèrement potelé. Cette douce odeur l'enivrait, elle l'excitait tant qu'il ne pouvait détacher son regard de cet être qu'il dominait, de cet être avec qui il voulait jouer. Pourtant son inattention lui coûta : l'un des dragons s'approcha, désireux de le heurter d'un puissant coup d'épaule alors que des gardes et des policiers arrivaient droit vers la bestiole aux reflets luisants. Toutefois personne ne put toucher ce dernier qui avec agilité glissa entre les habitants et les étrangers pour venir entourer de son corps un lampadaire de ville droit, surplombé par trois armatures entourant trois ampoules qui devaient éclairer une zone délimitée la nuit. Sa queue traînait sur le sol tandis que ses pattes faisaient plier le métal sous son poids. Pourtant le métal ne put se tordre trop rapidement puisque dans un éclair le reptile disparu sur les toits, il glissait tel un voile porté par le vent. Malgré son long corps, sa largeur, Ashen se déplaçait avec vivacité, il filait et les moins attentifs ne voyaient qu'une ombre passer devant eux, pour ceux qui regardaient ils voyaient un éclair argenté traverser à vive allure leurs pavés, leurs chemins.
Il évitait les rues trop étroites rendant difficiles son déplacement et bientôt le bruit de l'agitation qu'il avait créé s'estompa à ses oreilles. Sans s'en rendre compte le dragon s'était éloigné de l'agitation de la fête, rejoignant un parc plutôt vide, sans trop de différentes espèces, il fut même étonné de trouver un si grand parc qui contenait une marre, assez grande pour y installer deux ponts, où batifolaient quelques canards et quelques oies. Le dragon se sentait bien, comme revigoré par ce sentiment de chasse, d'intimidation. Sans même racler l'écorce il se trouva un saule-pleureur où s'allonger dans les branchages, il s'y posa pour observer les masses, regardant au loin les rues sombres, dégoulinantes d'une boue noire formée par ces humains. Après tout, il était bien trop actif pour s'y poser par nécessité de repos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-troisieme-dragon.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Que la fête commence [Post scénario]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Que la fête commence [Post scénario]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le post des Gones (Lyonnais)
» Post - it : Les Batteries
» Post à supprimer Merci.
» Post-it : Valeur de Co d'origine
» Nouveau post : Truc et Astuces

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Troisième Dragon :: Argeya Centre :: Alentours Cylnaes :: Cylnaes-
Sauter vers: