Une île qui vous surplombe depuis les cieux, où dragons, Hommes, bêtes fantastiques et technologies se côtoient, c'est cette île qui vous attend, cavalier.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Histoire générale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Crayon
Admin
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 23
Localisation : Sur mon arbre

Feuille de personnage
Points de vie:

MessageSujet: Histoire générale   Ven 23 Déc - 18:39

..::..



D'où vient l'île d'Argeya ? Encore aujourd'hui, plusieurs théories se côtoient pour expliquer les origines de cette immense île volante, invisible à ceux ignorant son existence, abritant des espèces introuvables sur Terre, où elles ne sont que légendes et mythes, immense île dans le ciel imprégnée d'énergie magique. Peut-être est-ce un morceau de terre s'étant détaché, comme pour protéger ces espèces et leur offrir un havre de paix. Peut-être est-ce une création des anciens Goliaths, les dragons géants maintenant disparus, pour faire grandir leurs enfants dans un lieu où seuls eux pouvaient se rendre.

Quoi qu'il en soit, l'île est au moins aussi vieille que la Terre, et exactement comme cette dernière, l'apparition de l'homme est très récente, si on la compare avec les millénaires d'existence de l'île.



Voir la frise chronologique

Informations sur le calendrier

Sommaire



Les premiers hommes

Les Chronoseigneurs

Le premier cavalier dragon

Le Règne de Cylnaes

Le Règne de Vulcain

La Grande Guerre noire

L'éveil du Korangär

Le coup d'État du roi

Le Règne de Vassilias



Les premiers hommes



Les hommes ont-ils été amenés sur l'île par les dragons ou sont-ils natifs d'Argeya ? Les premières traces découvertes par les chercheurs remontent à – 8000 avant JC sur le calendrier grégorien, soit aux alentours du commencement de l'agriculture sur Terre. Bien sur, il y eut de nombreux siècles avec un développement similaire à celui d'en bas : découverte du feu, invention de l'agriculture, de la roue, de l'écriture et du langage...
Pour les hommes, qui ont vécu dans cet environnement, voir des griffons ou d'autres espèces considérées comme fantastiques était leur quotidien.

Cependant, on doit noter que contrairement à la Terre, les hommes d'Argeya n'étaient pas la seule espèce intelligente sur l'île. Très tôt, ils apprirent à craindre les dragons, terribles créatures pouvant raser un village dans un simple excès de mauvaise humeur. Pendant longtemps, les deux espèces se côtoyèrent, ayant des rapports très différents... dévotion, peur, offrandes, les hommes faisaient ce qu'il croyaient bien pour sauvegarder leurs vies et leurs tribus de la colère des grands reptiles.

Cependant, on retrouve aussi des preuve que l'amitié humain/dragon était possible à cette époque. En effet, si la plupart des dragons se contentaient d'ignorer ou de terroriser les humains, il semble que certains entreprirent de se rapprocher de l'espèce humaine et d'entretenir des relations amicales.

L'Homme n'était alors qu'encore un paysan, vivant de ses animaux, de ses cultures, dans les villages qu'il construisait partout sur l'île. Certaines tribus étaient nomades, mais cette tendance commença à disparaître lorsque certains humains devinrent de plus en plus connu sous le nom de Chronoseigneurs.



Les Chronoseigneurs


En réalité, les chronoseigneurs sont en quelque sorte les balbutiements de la condition de cavalier dragon. Il s'agit d'humains se revendiquant comme ayant un lien particulier avec un dragon, mais ils ne volaient pas sur le dos de leur partenaire draconique, c'est pour cela qu'on ne les considèrent pas comme des cavaliers.

Pourquoi et comment une telle possibilité est-elle apparue ? Peut-être est-ce une conséquence de vivre sur une île emprunt de magie, mais les hommes ont pu, peu à peu, en évoluant sur plusieurs génération, commencer à se lier avec les dragons.

Ils étaient appelés Chronoseigneurs car, à cause de l'influence du lien avec un dragon, ils pouvaient défier le temps et vivre presque deux fois plus longtemps qu'un humain. Mais ce n'est pas tout : leur titre de « seigneur » vient du fait que ce furent eux qui prirent la tête des villages. Pendant longtemps, le système fut proche de celui du Moyen-Âge occidental : un seigneur possédant des terres, des habitants travaillant, ainsi qu'une religion forte. À cette époque, personne n'imaginait être sur une île volante, pour eux, les bords de l'île étaient les bord du monde, et il n'y avait rien de l'autre côté, la Terre n'existait pas dans la conscience collective.

Ces seigneurs étaient énormément riches, et leurs dynasties étaient nombreuses. Encore aujourd'hui, en cherchant dans les archives, on peut se rendre compte que les descendances de certains existent toujours (bien que souvent, les descendants ne soient eux-même pas au courant).

Cependant, même s'ils étaient lié avec un dragon, il semble qu'ils ne pouvaient que très difficilement utiliser la magie. Les dragons de ses seigneurs, bien souvent, allaient impressionner les paysans de leurs fiefs qui tardaient à payer leurs taxes. Argent qui était reversé en grande partie aux dragons : en effet, les relations entre les humains et les dragons étaient toujours teintées de crainte.

Cette période dura bien longtemps, environ cinq siècles, durant lesquels seuls les seigneurs et leurs descendants se liaient avec un dragon, souvent ce dernier restait dans la famille et voyait les chronoseigneurs se succéder. Certains de ces dragons vivent encore aujourd'hui, mais la plupart sont redevenus sauvages.

Si quelques tensions apparurent entre ces seigneurs, et que quelques dragons désireux de défier un autre dragon pour un territoire ou pour prouver sa dominance se combattirent dans les cieux, aucune grande guerre n'éclata. À cause de la puissance des grands reptiles qui les accompagnaient, les chronoseigneurs ne construisirent pas d'armée, comptant sur leur partenaire pour les défendre en cas d'attaque.



Le premier cavalier dragon




Le système féodale instauré fut ébranlé lorsqu'un homme se présenta aux différents village comme le cavalier dragon. La rumeur fit rapidement le tour des différents hameaux : un homme sur le dos d'un dragon. Il faut noter que même si les seigneurs étaient accompagnés de leur grand reptile, ces derniers n'acceptaient pas qu'un humain leur grimpe sur le dos, et les humains ne savaient simplement pas comment monter sur un dragon et voler avec lui.

L'homme, nommé Ellian J. Kelydon, défia les chronoseigneurs en combat singulier. Ces derniers ne tardèrent pas à répondre : un homme sorti de nulle part osait les défier, et son attitude toucha aussi les compagnons des seigneurs : comment un membre de leur espèce, un dragon, pouvait laisser un humain sur son dos et lui faire l'honneur de participer aux vols dans les cieux de l'île ? Qui plus est, Ellian ne faisait partie d'aucune famille de seigneurs.

Le cavalier se fit le porte-parole des villageois, et avait deux grandes ambitions : la première était de changer le système des seigneuries, et la seconde de faire découvrir la véritable force du lien qui pouvait unir un cavalier et son dragon.
Comme pour faire passer son message, lui et sa dragonne battirent à la loyale et sous les yeux d'un village entier le dragon d'un chronoseigneur. Et pour les défier encore plus, s'autoproclama nouveau chef de l'île et véritable cavalier dragon, puis il fonda son propre village, à qui il donna le prénom de sa dragonne : Cylnaes.

La transition se fit rapidement. Ellian était puissant, car il savait utiliser sa magie. Les informations quant à comment il réussi à développer ses pouvoirs restes incertaines. Les faits sont qu'il pouvait tenir tête aux chronoseigneurs, et le cavalier refusait de se faire appeler ainsi. Les mois qui suivirent, la plupart des villages aux alentours se vidèrent, les habitants quittant leurs fermes pour venir s'installer à Cylnaes, dans l'espoir d'échapper à l'emprise des seigneurs, échapper à la crainte de leur dragon et se mettre sous la protection du cavalier. Avec le temps, le village devint une ville, qui prospéra bien plus que les autres villages, augmentant toujours plus en habitants.

Certaines informations sont manquantes quant à cette époque-ci. Il semble que quelques chronoseigneurs rejoignirent Ellian. Plusieurs suppositions ont été avancées : soit le cavalier leur avait proposé une bonne place dans sa nouvelle ville, soit ils furent forcé d'abandonner leur seigneurie par chantage ou la force, ou encore que les dragons des seigneurs les abandonnèrent. Peut-être que toutes sont justes.

Quoi qu'il en soit, ce fut le début du premier Règne. Ellian fut à la tête de l'île durant 158 ans, grâce à la longévité offerte par son lien avec sa dragonne. Il entreprit de changer radicalement le système d'Argeya, ayant l'ambition d'unifier toute l'île. Ce fut aussi lui qui révéla que tout le monde pouvait devenir cavalier du moment qu'un dragon le veuille. Avec les années, Ellian eut plusieurs disciples, à qui il enseigna la voie des cavaliers selon lui : justice, bienveillance, honnêteté et humilité sont les mots qui reviennent souvent dans les archives des scribes de l'époque. Il semble qu'Ellian et sa dragonne avaient à cœur de rapprocher les humains et les dragons, de former des cavaliers avec de bonnes intentions, ainsi que d'ouvrir la magie aux humains.

Durant le siècle et demi de règne, il eut toutefois plusieurs problèmes : trahison de cavaliers, abus de pouvoir et de magie, meurtres, quelques rébellions de fidèles des chronoseigneurs, et même certaines pression des religieux. Selon certaines archives, il semble qu'Ellian n'était pas non plus tout blanc et avait ses déboires.

Cependant, il instaura un système de justice, créa d'avantage d'écoles, ainsi qu'un nouveau calendrier qui sera beaucoup utilisé, et protégea sa ville des bêtes sauvages. Cylnaes prospéra rapidement, et les disciples d'Ellian fondèrent aussi d'autres villes : notamment Lor'danel et Tereldor, entre autres.



Le Règne de Cylnaes




Le niveau technologique d'Argeya resta longtemps au niveau du Moyen-Âge terrestre (il ne décollera pas avant la fin du règne de Vulcain). L'accent était avant tout mis sur le développement des villes, du commerce, mais aussi de la magie.

Ellian s'occupa avant tout du centre de l'île, délaissant le reste. Les raisons de sa mort sont floues, mais il vécut longtemps, on pense alors à la vieillesse ou une maladie. Ce fut sa dragonne, Cylnaes, qui prit sa suite et entama le second Règne.

Durant ses années de règne, la dragonne continua l'œuvre de son cavalier. Ayant une très longue longévité grâce à sa condition de dragon, elle resta à la tête de l'île pendant 446 ans. Ce fut durant cette période que les grands reptiles, la plupart sauvages, commencèrent à se rendre sur Terre, et par conséquent, que l'idée qu'une zone énormément plus grande qu'Argeya se trouvait juste en-dessous de cette dernière existait commença à se répandre. Simple rumeur pendant plusieurs années, les preuves devinrent de plus en plus certaines et sur l'île, ce fut le début d'une longue période de doutes et d'excitation. Surtout que quelques dragons avaient ramené des humains d'en bas sur Argeya.

Le règne de Cylnaes fut le plus agité, entre les nouvelles idées des curieux à propos de la terre, l'apparition toujours plus grandissante de villes, les avancées scientifiques surtout en matière de médecine et d'hygiène, mais aussi des mouvements séparatistes qui reniaient la capitale et s'installaient dans des endroits plus éloignés. Pendant longtemps, la Terre, ses habitants, sa géographie, son histoire, ses civilisations furent au centre des discussions des communautés. À partir des années 270, certains cavaliers allèrent même jusqu'à descendre pour aller voir de leurs propres yeux. Ces voyages étaient même encouragés, et énormément d'objets et d'idées furent ramenées d'en bas. Ce fut aussi l'époque durant laquelle le plus de natifs de la Terre arrivèrent sur Argeya. Cylnaes n'imposait qu'une seule règle : ne jamais révéler l'existence de l'île ni des dragons au monde d'en bas.

L'affluence de terriens engendra aussi certains mouvements dissidents, que la dragonne et les cavaliers n'arrivèrent pas à gérer à cause des autres problèmes liés au développement général de l'île (il faut noter qu'ils étaient trop peu nombreux pour arriver à gérer autant d'habitants, le nombre d'humains sur l'île ayant drastiquement augmenté depuis la fin du premier Règne).

Plusieurs cavaliers séparatistes prirent le contrôle de quelques villes, tandis que d'autres en fondirent de nouvelles, ce fut le cas d'Ormes-val, de St Montails et de Cap Tol Barad par exemple. Beaucoup de tensions apparurent entre les villes, dont certaines allèrent jusqu'à fermer leurs portes à certains commerces. La dragonne et ses conseillers peinaient à redresser la situation.
Les tensions atteignirent leur paroxysme quand un marchand originaire d'Ormes-val fut tué dans le saccage de son magasin, à St Montails. Cela mit le feu aux poudres, et la ville du nord réagit très violemment envers St Montails. Il n'y eut pas de déclaration de guerre, mais plusieurs altercations et blessures entre certains cavaliers de villes différentes. Provocations, sabotages, boycotte, les relations entre les deux zones se dégradèrent drastiquement, en venant jusqu'à commencer une véritable guérilla.

Durant 4 ans, Cylnaes ne parvint pas à stopper les effusions, et cela dégénéra en bataille aux conséquences funestes. Au-dessus des plaines non loin de la ville de Yorgen, située entre Tereldor et Colinwood, un combat entre deux cavalier éclata. Chacun appelant des renforts, une dizaine de cavaliers de chaque ville finirent par se réunir. Mise au courant de la bataille, Cylnaes se rendit sur place pour tenter de les arrêter, accompagnée par ceux lui étant resté fidèles et ses conseillers, un groupe composé de cavaliers et de griffons.
Malheureusement, sous la fureur et la violence du combat, la dragonne fut prise entre deux feux, et fit une terrible chute, les ailes déchirées par les effusions de magies. Cylnaes s'écrasa sur le flanc rocheux d'une montagne, et mourut sur le choc, la nuque brisée.
Ce fut la fin du second Règne, en l'an 302.



Le Règne de Vulcain





La mort de Cylnaes fit rapidement le tour de l'île. Après cette tragédie, les mouvements séparatistes se renforcèrent, en particulier dans les zones nordistes. Suite à l'urgence d'avoir un chef pour coordonner les activités et organiser d'éventuelles lignes de défenses ou de recruter d'autres cavaliers, les conseillers se concertèrent pendant plusieurs heures pour choisir qui serait le plus à même de prendre la suite de la dragonne. Ce fut l'un des griffons, Vulcain, qui fut alors nommé à la tête d'Argeya. Le règne du griffon dura 1750 ans.

Par la suite, la priorité du griffon fut de former une milice spéciale chargée de stopper, ou au moins de réduire, les fortes tensions qui risquaient de dériver en affrontements. Il nomma dix cavaliers pour cela, des médiateurs partant pour les villes dissidentes dans l'espoir de calmer et rallier les personnes à leurs têtes. Les nordistes, basés à Ormes-val, refusèrent et proclamèrent des frontières partant de la ville et s'étendant jusqu'au canyon des Tranchantes.
Devant l'obstination, Vulcain abandonna et laissa les cavaliers séparatistes gérer cette portion de l'île. St Montails, ayant depuis des années une certaine animosité envers la ville du nord, proposa de rallier le nord par la force, mais rien de ceci ne fut finalement mis en œuvre.

Pendant près d'un siècle, le nord resta indépendant. Durant ce siècle, la frontière ne fut pas violée, laissant une période d'accalmie qui permit de stabiliser la situation. Vulcain arrangea le système de l'île, créant les cavaliers d'Argeya : une force ayant le statut d'armée, chargée de protéger la paix, pour éviter que ce genre de mouvement ne recommence. Le nombre de cavaliers augmenta rapidement, toujours alimenté par ceux venants de la Terre, qui, ayant tout quitté, s'engageaient dans l'armée du griffon, cette dernière leur offrant un toit aux Quartiers généraux des cavaliers d'Argeya, ainsi qu'un entraînement et une solde.

La construction de cette armée ne passa pas inaperçue, si la majorité des gens étaient pour, afin d'avoir une véritable protection formée de cavaliers expérimentés et entraînés, les zones du nord ne voyaient pas cela d'un bon œil et commencèrent même à craindre une attaque massive. Sachant qu'ils ne pourraient pas tenir un front ou un siège si cela arrivait, ils finirent par revenir sur leur décision, étant aussi en difficulté à cause du manque de commerce et de main d'œuvre dans leurs villes. En l'an 355, après quelques mois de négociation, le nord fut réintégré. Seuls quelques cavaliers refusèrent de rejoindre l'armée du griffon.
Cette même année, par vote des conseillers de Vulcain et référendum consultatif du peuple, le calendrier Argeyien fut abandonné au profit du calendrier grégorien, rendant les échanges plus faciles entre les natifs de la Terre et les Argeyiens bien qu'il restait toujours la barrière de la langue.

Les siècles suivants furent dédiés au développement de l'île. D'autres villes furent fondées dans cette période, comme Austrerivage et Meredeen, une ville située sur les Monts Flèchelame. Durant une très grande période, la civilisation Argeyienne n'eut que très peu d'avancées, stagnant presque. Ce fut lorsque le projet titanesque de bâtir les murailles de la nouvelle ville Austrerivage fut lancé que les avancées techniques reprirent du souffle. Ormes-val, qui exporta du minerai, entreprit aussi d'agrandir ses forges pour fournir les matériaux demandés par la ville en bord du désert, envisageant des murailles de métal. Ce fut aussi à ce moment qu'Ormes-val construisit les portes de St Montails, qu'elle lui offrit en signe de sympathie et pour oublier les anciennes tensions.

Plusieurs avancées techniques virent le jour alors que l'an 800 commençait, notamment en matière de transport et de communication. De nombreuses rails et gares furent construites pour assurer le transport ferroviaire des marchandises et des voyageurs. Ce fut aussi l'époque des premiers téléphones, du cinéma, de l'amélioration des radios mais aussi des armes. Les services comme les hôpitaux et l'éducation s'améliorèrent. La technologie fit un énorme bond en avant, poussé par les inventions et les idées venants de la Terre mais surtout par les besoins toujours plus grandissant des foyers, et des esprit chevronnés des ingénieurs et scientifiques Argeyiens.

Ce fut l'époque des vrais recensements, que ce soit en terme de population, de races draconiques ou de la faune et la flore. Un véritable nouveau souffle pour l'île, dont les secret des anciennes civilisation commencèrent à intéresser les explorateurs. Cette époque vit l'apparition du bestiaire d'Argeya, sans cesse renouvelé et mis à jour.



La Grande Guerre noire


En l'an 860, alors que les avancées techniques commençait lentement à retomber, un cavalier, descendant d'une famille de nordistes convaincus que le griffon ne ferait jamais un bon dirigeant et qu'il fallait reprendre l'île à tout prix quitte à tuer tous les opposants, entra dans l'armée de Vulcain. Cet homme, que l'île connaîtra bientôt sous le nom de Menrath, était originaire d'Ormes-val et comptait profiter des enseignements des cavaliers d'Argeya, s'engager étant la seule manière de recevoir une formation sur la maîtrise de la magie, du vol et de recevoir un équipement de monte complet.
Durant des années, il mûrit patiemment son projet. Grâce à son charisme, sa prudence et sa psychologie, il monta lentement un groupe de fidèles, dans l'ombre. Des cavaliers attachés à ses idées et désirant déchoir le griffon de son rang. Tout cela s'effectua de manière discrète, bien que des rumeurs virent bientôt le jour. Malgré les efforts des cavaliers d'Argeya, ils ne trouvèrent rien.

Menrath, conformément à son plan, fit en sorte de ne jamais monter en grade et de rester un cavalier parmi d'autres. En l'an 866, il démissionna de l'armée et disparu pendant deux ans. Aucune trace de ces activités n'a put être retrouvée, mais lors de son retour, il était accompagné d'une armée de fidèles, que l'on surnomma les Cavaliers noirs à cause de leurs tenue entièrement de cette couleur lorsqu'ils attaquèrent le quartier général de l'armée du griffon : ils se glissèrent à l'intérieur pendant la nuit et égorgèrent plus d'une vingtaine de cavalier d'Argeya dans leur sommeil, avant que l'alerte ne soit donnée. S'enfuyant dans la nuit, ils ne laissèrent qu'un message pour Vulcain : une déclaration de guerre, quelques mots écrits sur le mur du quartier général avec le sang d'un des cavalier du griffon, signé Menrath.



Les cavaliers noirs étaient plus une force de destruction qu'une véritable armée, et s'en prirent aux villages, instaurant la peur dans la population, qui ne comprenait pas pourquoi les cavaliers d'Argeya n'arrivaient pas à stopper une bande de fanatiques assoiffés de sang. Les attaques étaient rapides, destructrices, et toujours perpétrées durant la nuit, les Cavaliers noirs s'enfuyant dans les ténèbres après leurs crimes.

Pendant plus de 6 ans, l'île fut dévastée, en particulier les villages, les cavaliers d'Argeya protégeant en priorité les grandes villes des attaques. Mais même malgré cela, certaines villes connurent des dégâts important, c'est le cas de Cylnaes dont un quartier entier fut détruit, et de Lor'danel, dont les banlieues furent la proie des égorgeurs.

Mais les véritables plans de Menrath, le chef des Cavaliers noirs, étaient en réalité de réveiller un dragon d'une race disparue depuis des millénaires, les dragons géants, bêtes reptiliennes pouvant mesurer plusieurs centaines de mètres, afin de s'assurer d'une force de frappe que personne n'oserait défier.
Le Korangär, un monstre reptilien endormi, dont le corps et l'esprit étaient scellés par 6 sceaux magiques. Alors que les cavaliers d'Argeya et le griffon étaient occupés à se défendre contre les attaques, Menrath entreprit de rechercher les sceaux. Ces derniers étant cachés à des endroits très éloignés, il fallait tous les trouver avant de les détruire, car il était dit qu'un sceau pouvait se régénérer en tirant partie de l'énergie des autres intacts. Il fallait donc les détruire dans un laps de temps très court.

Mais ce fut une trahison qui prit de court les plans de Menrath. L'un de ses proches collaborateurs révéla l'emplacement de sa cachette (selon les dires des cavaliers d'Argeya, ce collaborateur révéla ces informations de son plein gré). Quoi qu'il en soit, l'armée du griffon attaqua en force, et Menrath fut tué sans avoir pu concrétiser ses plans.

Mais rien n'était terminé. Alors que les cavaliers d'Argeya chassaient les derniers représentants des Cavaliers noirs qui n'avaient pas eut l'intelligence de fuir, le lieutenant d'Argeya, le plus haut grade de l'armée, Elkan, récupéra discrètement les recherches de Menrath, annonçant plus tard que ces dernières avaient été détruites dans l'affrontement.
Elkan, rejoignant en réalité les idées de Menrath sur certains point, découvrit son projet en lisant ses recherches. Passionné par le sujet des dragons géants, il négligea beaucoup trop son travail à l'armée, et fini par se faire renvoyer par le griffon lui-même. L'ancien lieutenant, estimant qu'il gâchait son potentiel en restant dans l'armée molle de Vulcain, alla se cacher pour continuer l'œuvre de Menrath.

Deux plus tard, en l'an 871, Elkan avait rassemblé les informations dont il avait besoin ainsi qu'un groupe de cavaliers d'élites, certains anciens partisans de Menrath. L'ancien lieutenant resta discret, et alla directement s'en prendre aux sceaux. Aidé de son groupe, l'action fut rapide, efficace et précise. En trois jours, les 6 sceaux furent détruits, produisant de terribles tremblements de terre qui ébranlèrent l'île. Elkan ayant aussi réussi à rassembler une petite armée, reste des Cavaliers noirs, se rendit alors sur le lieu où reposait le Korangär.

Alors que la nuit tombait, les cavaliers des deux armées assistèrent au réveil du monstre géant, antique seigneur des dragons.



L'éveil du Korangär


Le dragon géant, réveillé d'un long sommeil de plusieurs millénaires et se retrouvant sous les feux de deux armées, perturbé et terriblement enragé, attaqua tout ceux passant à sa portée sans faire de distinction. Le monstre décima humains et dragons, faisant d'horribles ravages dans les cieux partout où il passait, broyant ses adversaires dans ses mâchoires aussi facilement qu'un serpent dévorerait une mouche, et ses ailes gigantesques créant des bourrasques empêchant de l'approcher.

Sous la violence des combats, les forces armées se tournèrent rapidement vers la plus grande menace, restant à distance et se mettant à cribler le Korangär de lances et de magies comme un essaim voulant tuer une proie bien trop grande. Le combat se poursuivit durant une longue et interminable nuit, les hurlements résonnants dans les cavernes de l'île. Au petit matin, les cieux étaient presque vidés de toute présence et le sol jonché de cadavres et de blessés... on dit qu'une pluie de sang tombait sur les arbres ce jour là, à chaque mouvement du dragon géant.
Personne ne connu ses raisons, mais lorsque le soleil levant de son île natale se refléta dans les yeux impétueux du Korangär, ce dernier hurla et prit soudainement de l'altitude, laissant là les quelques survivants au massacre. Le monstre d'une autre époque vola jusqu'à la Vallée des Anciens Goliaths, aspergeant la terre de son sang et de celui de ses ennemis s'étant écrasés sur sa cuirasse. Puis ce fut ici, entre les squelettes de ses ancêtres, dans ce lieu de repos sacré et éternel nullement violé par la présence humaine, qu'il s'éteignit. Plusieurs théories circulent, l'une disant qu'il mourut des suites de ses nombreuses blessures, une autre disant qu'il avait reçu un coup mortel, ou encore qu'il avait comprit que son époque était révolue et qu'il se laissa tout simplement mourir.

Encore aujourd'hui, la vallée abrite la carcasse du dernier dragon géant, se décomposant lentement parmi les autres, aucun homme ni aucune bête n'osant venir déranger son dernier repos.

Cette bataille fut la plus meurtrière qu'Argeya n'ait jamais porté. Le nombre de cavaliers fut drastiquement réduit, les pertes étaient énormes des deux côtés.
Le corps du général Elkan fut retrouvé, vraisemblablement tué à coup d'épée, et son dragon Saerkan mourut peu de temps après, des suites de ses blessures et sans doute à cause du chagrin engendré par la perte de son cavalier. Les restes de son armée disparu dans la nature alors que les cavaliers d'Argeya peinaient à se relever.



Le coup d'État du roi


Alors que l'île venait à peine de sortir dune période de destruction, un homme profita de la déroute des cavaliers d'Argeya et de la situation de l'île pour se rapprocher du griffon Vulcain en disant avoir les meilleures intentions du monde.
Mais ses ambitions étaient toutes autres, cet homme bientôt connu sous le nom de Vassilias rejoignait les idées d'Elkan sur un point : il faut un homme pour diriger les hommes, et non un griffon immortel ne vivant pas dans la même réalité. Dans l'ombre, et alors que le reste des forces de Vulcain s'attelaient à remettre l'île debout, il réunit les survivants de l'ancienne armée ainsi que bien d'autres sympathisants à ces idées. Le fait que ces derniers soient bien plus nombreux qu'il ne l'avait envisagé le conforta dans son impression que le peuple souhaitait un dirigeant comprenant leurs besoins. Plus de fanatisme morbide comme l'île en avait subie avec les Cavaliers noirs, plus de projet fou tel réveiller un Goliath endormi, seulement l'ambition d'instaurer une paix durable. Bien que Vassilias souhaita au départ envahir la Terre, espérant ainsi dominer autant l'île que le monde d'en bas.

Le rassemblement des troupes fut rapide et efficace, seulement cinq mois après la mort du Korangär, il prit le pouvoir par un coup d'État directement sur le Quartier Général des cavaliers d'Argeya. Vassilias s'autoproclama roi, et son armée prit possession des lieux de pouvoir.



L'armée royale entreprit une vraie chasse aux sorcières dirigée contre les cavaliers d'Argeya qui tentaient d'organiser une résistance contre le roi, mettant en doute sa légitimité.
Vassilias ayant comprit que cette dernière passait avant tout par le peuple, organisa des mission d'aide aux réfugiés de guerre, beaucoup trop nombreux, la reconstruction de certains bâtiments ainsi que le ravitaillement des villes et villages.
Après cinq années de lutte et la capture de Vulcain par l'armée royale, Vassilias décida de proclamer publiquement un désir d'unification de l'île en proposant un marché aux dernières poches de résistance : la libération de tous les prisonniers, contre la reddition pure et simple des cavaliers d'Argeya. Ceux acceptant de se rendre étaient mit devant un choix : s'engager dans l'armée royale ou abandonner définitivement les armes pour reprendre une vie de citoyen.

Devant le désir d'arrêter les effusions de sang manifesté par le roi, et épuisé par des années de lutte, les derniers résistants se rendirent. Les prisonniers furent libérés, et, symboliquement, le roi proclama une nouvelle fête durant l'été pour célébrer la fin des combats.

Ce fut la fin définitive des cavaliers d'Argeya ainsi que du règne du griffon. Vulcain s'enfuit alors, demeurant toujours introuvable de nos jours.



Le règne de Vassilias




Vassilias remania profondément le pouvoir en place, et instaura une monarchie constitutionnelle. Il changea les grades, faisant une armée organisée et forte, et s'attela à panser les blessures de guerre de l'île.
Durant les 8 ans de règne du roi, l'île a connu un immense bond en avant concernant les technologies. Argeya est maintenant au moins au niveau, si ce n'est plus, du niveau technologique que peut posséder la Terre. Réseaux, appareils électroniques, voitures modernes, tout cela semble nouveau aux Argeyiens, qui pour autant les ont adoptés.
Mais il faut noter que depuis une centaine d'années, à cause de la guerre, le flux de terriens s'est énormément réduit. Maintenant, il n'y a quasiment plus de contact avec la Terre, la raison principale étant que cela est dangereux. Au temps des premiers règnes, lorsque la civilisation humaine terrestre n'en était qu'à ces débuts, il était facile de descendre, mais plus maintenant, à cause des surveillances électroniques ou tout bêtement, des satellites par exemple.

Aujourd'hui, cela fait 3 ans et 6 mois que les cavaliers d'Argeya ont été dissout. Le roi a l'appui de la majorité de la population, qui espère ne plus avoir affaire à une guerre aussi meurtrière. Le nombre de cavalier à été considérablement réduit, si bien que l'armée a entamé une campagne de recrutement pour les jeunes cavaliers.

Au début du moins de juin, on célèbre la fin de la guerre avec une grande fête. Moyen de faire repartir aussi un peu le commerce.



L'Histoire condensée:
 

↑ Remonter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Histoire générale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'histoire de la peugeot 106.
» HISTOIRE DE MONTESA
» Béquille latéral
» Histoire d'alternateur
» MAIS QUI EST FANTOMAS VOICI SON HISTOIRE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Troisième Dragon :: Tout savoir sur Argeya :: Présentation :: Histoire-
Sauter vers: